Coûts de construction

  • vendredi, 27 janvier 2012 10:23

Construire à peu de frais

La grande disponibilité des matériaux de construction et d'une main-d'œuvre formée contribuent à rendre les coûts de construction abordables au Cameroun.

François Bambou

Construire au Cameroun présente de nombreux avantages, comparativement aux pays voisins, car il existe déjà sur place des structures de production des intrants de base tels que le ciment, le fer, les pierres de construction ou de décoration, les charpentes de bois. Il existe aussi des carrières de sable et de pierre dans toutes les régions, ainsi que la terre pour la fabrication des briques, cuites ou non. À cela il faut ajouter une ressource humaine bien formée dans tous les métiers de la construction, depuis le plombier tâcheron, jusqu'à l'ingénieur et l'architecte.

Tout investissement immobilier n'est possible qu'à la condition de l'obtention de tous les certificats nécessaires couronnés par un permis de construire délivré par l'autorité municipale. L'obtention de ces documents pour une villa moyenne peut atteindre 500 000 FCFA, moyennant la fourniture des preuves de la propriété foncière du promoteur, et des plans dûment signés par un architecte agréé, et en conformité avec le schéma directeur d'aménagement urbain. Les services de l'architecte pour une villa moyenne seront également facturés à environ 500 000 FCFA.

Sable

À Yaoundé, un Camion de 20 tonnes de sable, l'intrant de base pour toute construction, coûte en moyenne 180 000 FCFA. Un prix qui peut varier légèrement en fonction des saisons ou de la variété de sable recherché (fin, gros grains, etc.). Le marché local du ciment est alimenté, pour l'essentiel, par Cimencam, filiale du groupe français Lafarge. Avec ses deux usines (Douala et Figuil), dont les broyeuses débitent près de 1,2 million de tonnes par an, Cimencam propose la tonne de ciment à environ 100 000 FCFA. Un prix suivi par les vendeurs de ciment importé.

Fer

Concernant le fer à béton, les prix homologués changent d'une grande ville à l'autre, et suivant le diamètre du fer recherché.

Prix du fer à béton à Douala et Yaoundé:

Type \ Prix par Ville Douala (FCFA) Yaoundé (FCFA)
Fer de 6 1200 1250
fer de 8 2660 2700
Fer de 10 4150 4225
Fer de 12 5850 5950
Fer de 14 8100 8250
Fer de 16 8800 9000

Il faut néanmoins compter avec les spéculateurs qui organisent souvent la pénurie, hors de la vigilance du Ministère du commerce, pour faire grimper les prix.

Tôles

Pour ce qui est de la couverture des bâtiments, les tôles en aluminium produites localement par Alucam, filiale du groupe Alcan coûtent 3 600 FCFA pour la tôle de 2 mètres et de 5 400 FCFA pour ceux de 3 mètres. Ces prix peuvent doubler si le promoteur de la construction est plus exigeant sur la qualité (tôle Bac plus épaisse) ou sur le prestige (tôles tuiles, ou tuiles en terre).

Bois

Dans ce pays producteur de bois aux essences variées, la charpente peut également être réalisée à de bons prix, puisque 4m de chevrons revient à 2000 FCFA sur les marchés les plus chers.

Tous ces matériaux étant produits au Cameroun, leurs prix restent abordables. Ces prix concernent essentiellement les villes de Yaoundé et de Douala. Pour les autres localités, les prix pratiqués seront majorés des frais de transport dûment justifiés. Une variation est observée dans la commercialisation des autres matériaux.

Finitions et décorations

Concernant les finitions et les accessoires de décoration (carreaux, portes et fenêtres, lustres, grilles, et autres équipements), la production locale satisfait une bonne partie de la demande. La présence de milliers d'ébénistes, qui travaillent sur la base de bois massifs locaux, apporte une garantie de durabilité. Le plus modeste doit compter pour 30 000 FCFA pour une porte en bois quelconque, ce prix pouvant être multiplié par dix pour le promoteur raffiné et exigeant, qui aura donc des ouvertures en bois sélectionné et travaillé par les meilleurs spécialistes.

Il existe aussi de nombreux menuisiers métalliques, qui travaillent le fer forgé ou l'aluminium, pour l'installation des grilles d'entrée ou des ouvertures métalliques pour la bâtisse. Le portail en fer, d'une villa moyenne coute environ 400 000 FCFA. Idem pour les tapissiers et les décorateurs de divers segments, souvent formés dans les centres européens pour les promoteurs les plus exigeants.

Si la production des marbreries artisanales et des pierres des décorations de façades permet de disposer des produits de grande qualité naturelle à des prix très intéressants, il y a également des importateurs sur le marché.

Pour les finitions de luxe, il existe désormais des filières pour avoir à bon prix des carreaux, lustres et accessoires de qualité à très bon marché comme le marché de Dubaï ou celui de Guangzhou en Chine.

Matériaux locaux

La Mission de promotion des matériaux locaux (MIPROMALO), un organisme public, effectue des recherches en vue de diminuer les coûts de construction par l'utilisation des matériaux locaux. Briques cuites ou crues, pierre de taille, céramique fine, tuiles, quartz ouvré, plusieurs variantes de services et de produits sont proposés par la Mipromalo et quelques opérateurs privés pour l'élévation des bâtiments, les finitions et les décorations. Les constructions utilisant les matériaux locaux reviennent environ 20% moins cher que les autres bâtisses en dur, et peuvent être plus esthétiques et adaptées au climat.

Cette disponibilité des matériaux de construction ne suffit cependant pas à impulser une forte dynamique dans la production immobilière, puisque certaines pesanteurs persistent. Les spécialistes évoquent une fiscalité excessive (le poids des taxes et impôts représente près de 40% du coût de la construction) ; les droits de douane élevés sur les matériaux importés ; et l'absence d'une politique d'emprunt à taux réduit et à long terme dans les banques.

Inscription Newsletter

Votre email pour recevoir la newsletter hebdomadaire Investir au Cameroun:

 
Facebook Version mobile: Version iPad Version Android
  • Investir au Cameroun n°28
  • Investir au Cameroun n°27
  • Investir au Cameroun n°26
  • Investir au Cameroun n°25
  • Investir au Cameroun n°24
  • Investir au Cameroun n°23
  • Investir au Cameroun n°21-22
  • Investir au Cameroun n°20
  • Investir au Cameroun n°19
  • Investir au Cameroun n°18
  • Investir au Cameroun n°16-17
  • Investir au Cameroun n°15

    Téléchargement gratuit

  • Investir au Cameroun n°14
  • Investir au Cameroun n°13

    Investir au Cameroun n°13 (téléchargement gratuit)

  • Investir au Cameroun n°12

    Investir au Cameroun n°12 (téléchargement gratuit)

  • Investir au Cameroun n°11

    Investir au Cameroun n°11 (téléchargement gratuit)

  • Investir au Cameroun n°10
  • Investir au Cameroun n°9
  • Investir au Cameroun n°8

    Télécharger gratuitement le n°8

  • Investir au Cameroun n°7

    Télécharger gratuitement le n°7

  • Business in Cameroon n°18
  • Business in Cameroon n°17
  • Business in Cameroon n°16
  • Business in Cameroon n°15
  • Business in Cameroon n°14
  • Business in Cameroon n°13
  • BC11
  • BC10
  • BC09
  • BC08
  • BC06
  • BC05
  • BC04
  • Business in Cameroon n°3

    Business in Cameroon n°3 (téléchargement gratuit)

  • BC02

    Business in Cameroon n°2 (gratuit)

  • BC01

    Freely download n°1 Business in Cameroon

  • BC-HS n°1

    Freely download the special issue on projects

cameroun_ereg

Immobilier et BTP

Panorama du secteur

Immobilier : de bonnes opportunités en...

Coûts de construction

Construire à peu de frais La grande...

Sociétés Civiles Immobilières

Me Arlète Tonye répond à vos...

CEEAC : 8000 milliards de FCFA pour les routes

Un réseau routier dense et en...

40 millions d’euros de la BEI pour Kribi

En mission commando – sur instruction...

Le port en eau profonde de Kribi

Un des projets majeurs d’infrastructures en...

L'autoroute Yaoundé-Douala

Pour le gouvernement camerounais, le projet...

Nouvelle cimenterie

Comment mener à bien les grands...

Logements sociaux : les chantiers piétinent

A Olembe et Mbanga Bakoko, chantiers...