logoIC
Yaoundé - 08 décembre 2016 -
Mines

Le Cameroun serait une plaque tournante des exportations des diamants de guerre centrafricains, selon Partenariat Afrique Canada

Le Cameroun serait une plaque tournante des exportations des diamants de guerre centrafricains, selon Partenariat Afrique Canada

(Investir au Cameroun) - La veille d’une mission d’évaluation du Processus de Kimberly au Cameroun, un rapport rendu public ce 2 décembre 2016 dénonce «l’incapacité» du pays «à mettre en œuvre le Processus de Kimberley», le mécanisme international de certification des diamants destiné à mettre fin au commerce des diamants issus des conflits armés.

En effet, dans un rapport intitulé «Du conflit à l’illégalité : Cartographier le commerce des diamants de la République centrafricaine au Cameroun», Partenariat Afrique Canada (PAC), un mécanisme de financement soutenu par des ONG canadiennes et africaines, ainsi que par l’Agence canadienne de développement international ; révèle que «le Cameroun permet à des diamants de conflit provenant de la République centrafricaine de franchir ses frontières et de pénétrer la chaîne d’approvisionnement légale, en raison de ses faibles contrôles, de la contrebande et de la corruption».

A en croire Joanne Lebert, directrice générale de PAC, «bien que le tollé international soulevé par le financement de la guerre au moyen des "diamants du sang" en République centrafricaine ait entraîné l’adoption de mesures pour arrêter le commerce, on n’a pas porté la même attention aux voisins de la RCA. Notre examen montre la réalité sur le terrain et la façon dont les diamants de conflit provenant de la RCA ont conservé des points d’entrée sur les marchés internationaux par l’entremise du Cameroun».

PAC souligne que le rapport a été élaboré grâce aux témoignages des mineurs, des négociants et des exportateurs, qui «ont décrit en détail la contrebande des diamants de la République centrafricaine qui traversent la frontière de 900 km que ce pays partage avec le Cameroun ; la corruption parmi les fonctionnaires chargés de vérifier l’origine des diamants ; et les importantes expéditions de diamants de conflit sous embargo», lesquels sont généralement «auto-déclarés» comme provenant du Cameroun.

Face à ces conclusions, qui sont plutôt de mauvaise augure pour l’issue de l’évaluation que doit subir le Cameroun, l’auteur du rapport, Offah Obale, suggère qu’«au moment de visiter le Cameroun, le Processus de Kimberley doit agir sans délai et montrer aux sociétés, aux détaillants -et par-dessus tout aux consommateurs- qu’il est capable de mettre un terme au flux de diamants de conflit».

Brice R. Mbodiam

Lire aussi

22-09-2016 - Le Cameroun subira la première évaluation de son processus de certification des diamants en décembre 2016

23-01-2014 - Croisade contre les diamants centrafricains dans les localités transfrontalières de la région de l’Est du Cameroun

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n55: november 2016

Les opportunités du Cameroun attirent la finance


Aurion, le jeu vidéo camerounais qui séduit Hollywood


Business in Cameroon n45: november 2016

Cameroon’s opportunities are attracting the financial sector


Aurion, the Cameroonian video game bewitching Hollywood

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev