Les performances de la filiale camerounaise du groupe bancaire panafricain Ecobank ne cessent de s’améliorer au fil des ans. Après un bon de 154% enregistré au terme de l’année 2013, le résultat net 2014 d’Ecobank Cameroun a culminé à un peu plus de 6 milliards de francs Cfa, en hausse de 51% par rapport à l’année précédente, a annoncé la banque au sortir d’une assemblée générale le 27 février 2015 à Douala.

L’embellie est également perceptible sur les dépôts de la clientèle, qui ont cru de 14% l’année dernière, à 355,8 milliards de francs Cfa, contre 312,2 milliards de francs Cfa en 2013. Le total bilan quant à lui est également en hausse de 14%, à 439,4 milliards de francs Cfa, contre 384,3 milliards de francs Cfa en 2013.

Ces performances maintiennent la filiale locale de l’institution bancaire panafricaine dans le quinté de tête du secteur bancaire camerounais (qui compte 13 entités au total), et permettent aux actionnaires de recevoir un dividende global de 5 milliards de francs Cfa pour l’année 2014, soit 50 000 francs Cfa par action, contre 35 000 francs Cfa en 2013.

 

Lire aussi

12-03-2014 - Grâce à des bénéfices en hausse de 143% en 2013, Ecobank Cameroun distribuera un dividende de 35 000 FCfa

01-12-2014 - Ecobank désignée meilleure banque du Cameroun en 2014 par The Banker

12-02-2015 - Orange et Ecobank lanceront bientôt leur service de transfert d’argent au Cameroun

05-12-2014 - Le Camerounais Alain Nkontchou nommé administrateur non exécutif du groupe Ecobank

Publié dans Finance

Le groupe bancaire panafricain Ecobank et l’opérateur des télécoms Orange, ont annoncé qu’ils vont lancer dans plusieurs pays africains dans lesquels ils sont implantés, un service de transfert d’argent. Ce partenariat va permettre, apprend-on, aux clients d’Orange Money et du groupe Ecobank d’effectuer des transferts d’argent de leurs comptes mobile vers leur comptes bancaires et inversement.

Le service qui est déjà disponible au Mali est prévu pour être lancé sur le territoire camerounais au premier semestre 2015. Les clients des deux opérateurs en Guinée, au Niger, au Sénégal et en RDC pourront également bientôt bénéficier de ce nouveau service.

Selon le site de veille technologique www.ticmag.com, Orange Money compte plus de 12 millions de clients dans 13 pays. En 2014, près de 2640 milliards de francs Cfa (environ 4,5 milliards d’euros) ont été échangés via cette solution. Ecobank n’est pas non plus novice dans le domaine du paiement par mobile. En effet, le groupe bancaire panafricain a déjà conclu des partenariats dans ce sens avec des opérateurs de mobile tels qu’Airtel (2011) et MTN (mars 2014).

Publié dans Télécom

La filiale camerounaise de la Standard Chartered Bank a reçu le mandat du gouvernement camerounais, pour mobiliser les fonds destinés au financement du programme d’urgence qui sera lancé dès 2015, afin d’accélérer la croissance économique du pays. En effet, en plus des quatre décrets présidentiels habilitant le ministre de l’Economie à signer, pour le compte du gouvernement, des accords de prêts avec des banques locales et étrangères, un 5ème texte présidentiel autorise le ministre des Finances à délivrer une lettre de mandat à la Standard Chartered Bank Cameroun, pour la mobilisation, au profit de l’Etat, d’un montant de 300 milliards de francs Cfa dans le cadre du programme d’urgence qui va nécessiter une enveloppe globale de 925 milliards de francs Cfa.

L’argent que mobilisera probablement la filiale locale de cette banque britannique, avec le concours d’autres institutions financières, servira, précise le décret présidentiel y afférent, au «financement du projet de construction de deux axes routiers de désenclavement dans chaque région, ainsi que du projet de création d'agropoles et de 120 000 hectares de périmètre hydro-agricole ; du projet de construction des grands marchés de ravitaillement en denrées, à l'appui aux agro-industriels ; du projet de construction et d'aménagement des ouvrages de retenue d'eau dans les régions de l'Adamaoua, de l'Extrême-Nord et du Nord».

En ce qui concerne les prêts que contractera directement le gouvernement auprès des banques locales, les enveloppes à mettre à la disposition de l’Etat viendront, par ordre de grandeur, de la Banque Atlantique (190 milliards de Fcfa), pour la construction de 1000 logements sociaux et la réhabilitation des plateaux techniques des hôpitaux ; de BGFI Bank (100 milliards de Fcfa), pour la réhabilitation des routes secondaires et l’éclairage public des métropoles que sont Yaoundé et Douala ; et d’Ecobank (35 milliards de Fcfa), pour la construction de puits et forages dans 30 villes secondaires ; et Deutsche Bank (8,5 milliards de Fcfa), pour la construction d’abattoirs et entrepôts frigorifiques.

Lire aussi

11-12-2014 - Cameroun : cinq banques financeront le plan d’urgence gouvernemental de 925 milliards de FCfa

10-12-2014 - Cameroun : un plan d’urgence triennal de 925 milliards de FCfa pour accélérer la croissance

Publié dans Finance

Les 925 milliards de francs Cfa nécessaires pour le financement du plan d’urgence triennal (2015-2018), que s’apprête à lancé l’Etat du Cameroun, en vue d’accélérer la croissance économique du pays, sera financé par cinq banques, dont une seule institution bancaire étrangère. Il s’agit, apprend-on de bonnes sources, des filiales camerounaises de BGFI, Standard Chartered Bank, Banque atlantique, Ecobank et de la Deutsche Bank de Madrid.

L’on se souvient que le 12 mars 2013 à Yaoundé, une convention d’ouverture d’une ligne de crédit pour un montant global de 328 milliards de francs Cfa, soit 500 millions d’euros, avait été signée entre la filiale espagnole de la Deutsche Bank et l’Etat du Cameroun, représenté par le ministre de l’Economie, Emmanuel Nganou Djoumessi. Les fonds ainsi mis à la disposition du gouvernement camerounais, avait-on appris, devaient être décaissés sur une période de 3 ans.

Le plan d’urgence gouvernemental devant être financé par les ressources financières que pourvoiront les cinq banques susmentionnées, serviront, a-t-on appris, à l’implémentation de projets dans les domaines de l’agriculture et de l’élevage (distribution de semences, construction des marchés, des abattoirs et entrepôts frigorifiques), des travaux publics (construction de deux axes routiers majeurs dans chaque région), de l’énergie (stabilisation des lignes de transport d’électricité), du logement (construction de 1000 logements sociaux dans les 10 régions du pays)…

Lire aussi

10-12-2014 - Cameroun : un plan d’urgence triennal de 925 milliards de FCfa pour accélérer la croissance

14-03-2013 - Deutsche Bank ouvre une ligne de crédit de 328 milliards de FCFA à l’Etat du Cameroun

Publié dans Finance

Le 3 décembre 2014, Ecobank Transnational Incorporated (ETI), maison-mère du groupe bancaire panafricain Ecobank, a annoncé la nomination de quatre nouveaux administrateurs non exécutifs au sein de son conseil d’administration. Parmi ceux-ci, se trouve le Camerounais Alain Nkontchou, 51 ans, actuellement Directeur général de Enko Capital Management LLP, une société de gestion d’actifs sur les opportunités d'investissement en Afrique, basée à Londres, et fondée par son frère Cyrille Kamdem Nkontchou.

Ancien Directeur général de Macro Global Trading Group au Crédit Suisse, à Londres, Alain Nkontchou, qui a fait des études supérieures (Université de Paris VI, Supélec et Ecole supérieure de commerce de Paris) en génie électrique, finances et comptabilité, a également été Directeur général chez JP Morgan Chase & Co, toujours à Londres. In avait alors 30 ans. Il dispose donc, souligne Ecobank, d’«une impressionnante expérience de génération de dizaine de millions de dollars de revenus pour les entreprises avec lesquelles il a travaillé».

Alain Nkontchou, qui représentera certainement au sein du Conseil d’administration du groupe Ecobank, un gros client d’Enko Capital Management, rejoindra officiellement le Conseil au mois de Juin 2015, après la ratification de la nomination des quatre nouveaux administrateurs non exécutifs par les actionnaires du groupe bancaire. Ce sera lors de la prochaine assemblée générale annuelle d’ETI.

Aîné d’une fratrie (avec une seule fille, Mireille Nkontchou) de quatre experts de la haute finance en Afrique, en Europe et aux Etats-Unis, Alain Nkontchou est présenté comme l’un des premiers africains à s’être lancé sur les marchés des capitaux dans la City londonienne, dans les années 80. Alain Nkontchou devient ainsi le 2ème Camerounais à siéger au Conseil d’administration d’ETI, après André Siaka, qui a même assuré les fonctions de président du groupe Ecobank à titre intérimaire, après la démission du Nigérian Kolapo Lawson.

BRM

Publié dans Finance

The Banker, le magazine bancaire du groupe Financial Times, vient de rendre publics les résultats de ses «Banker Awards 2014», classant les meilleures banques en Afrique. Dans le hit-parade par pays, Ecobank arrive en tête au Cameroun. Selon The Banker, en effet, les actifs de la banque panafricaine au Cameroun ont progressé de 27% en 2013. Par ailleurs, cette banque a conquis 23 000 nouveaux clients, tandis que son rendement par action a quasiment triplé, passant de 13,1% à 31,7%. Ce qui a permis au dividende distribué aux actionnaires d’exploser de 150% cette année-là.

A l’origine de ces performances, explique le magazine bancaire du groupe Financial Times, «une stratégie en trois axes : renforcer la satisfaction des consommateurs, créer un cadre favorable pour permettre aux employés d'exceller, et assurer des retours sur investissement aux actionnaires. Des améliorations dans les deux premiers axes ont permis de booster le troisième».

Dans le cadre de l’amélioration du service à la clientèle, apprend-on, «Ecobank Cameroun a accru son réseau d'agence, le faisant passer à 33. Il a ensuite mis en place un forum qui permet aux clients de pouvoir poser leurs problèmes, et est la toute première banque du pays à avoir ouvert un département spécial dédié aux investisseurs chinois», dont les activités au Cameroun sont de plus en plus importantes dans le cadre des projets structurants en cours dans le pays.

Ont également milité en faveur de ce classement d’Ecobank Cameroun dans «The Banker Awards 2014», la diversification des produits de la banque avec Bankimmo, une offre lancée en partenariat avec le Crédit Foncier du Cameroun (CFC), afin de faciliter l’accès à la propriété foncière ; et Omniflow, offre qui permet au client de gérer son compte bancaire à distance.

En plus du Cameroun, Ecobank arrive en tête dans six autres pays africains, dont le Burkina Faso, le Tchad, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger et le Togo. Au demeurant, la meilleure banque à l’échelle continentale est, d’après ce classement, la nigériane UBA, qui arrive aussi en tête dans quatre pays : Côte d’Ivoire, Gabon, Sénégal et Sierra Leone.

Télécharger ici le détail par pays africain (en anglais)

 

Lire aussi

12-03-2014 - Grâce à des bénéfices en hausse de 143% en 2013, Ecobank Cameroun distribuera un dividende de 35 000 FCfa

05-03-2014 - Cameroun : Ecobank proposera à sa clientèle les produits de financement de l’immobilier du Crédit foncier

19-03-2014 - MTN et Ecobank Cameroun lanceront une offre commune de services bancaires sur téléphone portable

Publié dans Finance

Dans le classement 2014 des 200 meilleures banques africaines que vient de publier l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique, l’Afrique centrale aligne 13 banques, dont 6 du Cameroun. 63ème au classement général, avec une progression de 6 places par rapport à l’année dernière, la Camerounaise Afriland First Group est, selon ce classement, la meilleure banque du pays, et la 2ème en Afrique centrale, derrière le groupe gabonais BGFI.

Viennent ensuite Afriland First Bank, la filière de référence d’Afriland First Group, qui progresse de 8 places au plan continental (137) par rapport à l’année dernière (145ème) ; la Société générale (144ème au plan continental, en recul d’une place) ; la BICEC, qui chute de 4 places au classement général (148ème) ; SCB Cameroun, qui perd 8 places au classement africain (183ème) ; et Ecobank Cameroun, qui gagne six place par rapport au dernier classement.

Globalement, malgré des chamboulements de faibles amplitudes au classement général, avec les progressions remarquables d’Ecobank et d’Afriland First Group, puis le recul notable de SCB Cameroun, les positions au plan national demeurent échangées. En effet, le trio de tête dans le secteur bancaire camerounais demeure constitué d’Afriland First Bank, SGC et BICEC. Un classement auquel on est habitué depuis plus de 5 ans, avec simplement des relais ponctuels aux différentes positions.

Lire aussi

30-10-2013 - Cinq banques ouvrent des lignes de crédits d’un montant de 50 milliards de FCfa aux PME camerounaises

21-08-2014 - Afriland First Bank lance un concours d’architecture doté de 7,5 millions FCfa, pour l’extension de son immeuble siège

09-09-2014 - SCB Cameroun prépare un emprunt obligataire de 150 milliards de FCfa pour l’Etat

12-03-2014 - Grâce à des bénéfices en hausse de 143% en 2013, Ecobank Cameroun distribuera un dividende de 35 000 FCfa

Publié dans Finance

La filiale camerounaise du groupe bancaire panafricain Ecobank et la Société nationale des hydrocarbures (SNH), le bras séculier de l’Etat camerounais dans l’exploitation pétrolière, sont les deux principaux sponsors de la 2ème édition du Forum de l’étudiant, qu’organise le ministère de l’Enseignement supérieur.

Cette rencontre entre étudiant des universités d’Etat, instituts d’enseignement supérieur, conseillers d’orientation académique et professionnel et responsables des entreprises, se déroulera du 8 au 10 octobre 2014 au palais polyvalent des sports de Yaoundé, a annoncé Mme Litumbe Wanah, directeur de l’assistance et des œuvres universitaires au ministère de l’Enseignement supérieur. C’était le 2 octobre 2014 au cours d’une conférence de presse.

Au cours de ce Forum organisé sous le thème «l’orientation académique et professionnelle de qualité : gage d’un emploi décent pour l’avenir», cette rencontre entre étudiants et entreprises vise entre autres objectifs à «présenter et vulgariser les offres de formations nationales et étrangères, amener les conseillers d’orientation à mieux connaître les exigences du monde socio-économique, relever les enjeux des projets structurants, promouvoir une plateforme d’échanges et de réflexions permettant de fournir aux entreprises des ressources adaptées au contexte actuel, dynamiser l’esprit d’initiative entrepreneurial par la diffusion de la culture de création des entreprises… »

Publié dans Entreprises

Depuis sa création en 1977, le Crédit foncier du Cameroun (CFC), la banque de l’habitat du pays, a octroyé des crédits d’un montant total de 261 milliards de francs Cfa, ce qui a permis de construire 69 500 logements et d’aménager plus de 15 700 parcelles constructibles, a appris l’agence Ecofin à l’occasion de l’inauguration, le 24 mai 2014, de l’immeuble devant abriter l’agence du CFC d’Ebolowa, dans la région du Sud Cameroun.

Cet état des lieux n’incite cependant pas au triomphalisme, ainsi que le reconnaît le Directeur général du CFC lui-même, Jean Paul Missi, qui confesse qu’au Cameroun, de nos jours, «l’offre en matière de logements sociaux est toujours largement en dessous des besoins  exprimés ou réels». C’est à l’effet de satisfaire ces besoins de plus en plus croissants, a-t-on appris, que le CFC a récemment initié un vaste programme de promotion de ses offres de crédits en matière de logements sociaux dans le pays.

Dans le même temps, la banque de l’habitat du Cameroun est entrée en partenariat avec des institutions bancaires telles qu’Ecobank, afin de vulgariser ces offres aussi bien à l’intérieur du pays qu’auprès de la diaspora camerounaise. Le 3 mars 2014, le Crédit foncier du Cameroun a signé avec le Fonds spécial d’équipement et d’intervention intercommunal (Feicom), une convention pour l’ouverture d’une ligne de crédit de 10 milliards de francs Cfa, afin de faciliter le financement des projets de constructions de logements sociaux présentés par les communes camerounaises.

De fait, le déficit de logements dans le pays est sans cesse croissant. Selon les experts, malgré l’arrivée de promoteurs immobiliers et d’aménageurs privés dans le secteur, en dépit de l’intérêt que manifestent de plus en plus certaines collectivités locales décentralisées dans la promotion du logement social, «seulement 50% de la demande est satisfaite». La faute, apprend-on, à la cherté des matériaux de construction, l’accès difficile et onéreux à la propriété foncière, devenus autant  d’obstacles infranchissables pour une population au pouvoir d’achat relativement faible.

Lire aussi

05-03-2014 - Cameroun : Ecobank proposera à sa clientèle les produits de financement de l’immobilier du Crédit foncier

05-04-2013 - Le Crédit foncier du Cameroun ouvre une ligne de crédit de 10 milliards de FCFA en faveur du Feicom

Publié dans Entreprises

Le groupe de télécoms sud-africain MTN International et le groupe bancaire panafricain Ecobank ont annoncé, le 17 mars 2014, le lancement d’une offre commune de mobile-banking dans 12 pays africains. Ces pays sont, apprend-on, le Cameroun, le Bénin, la Côte-d'Ivoire, le Ghana, la Guinée Bissau, la Guinée Conakry, le Libéria, le Congo Brazzaville, le Rwanda, le Soudan du Sud, l’Ouganda et la Zambie.

Cette alliance entre les deux groupes africains permettra aux usagers de leurs filiales camerounaises, abonnés au service MTN Mobile Money et clients d'Ecobank, d’effectuer des opérations de retraits de fonds aux distributeurs automatiques d'Ecobank. Les clients des deux entreprises bénéficieront également de la possibilité de transférer de l'argent entre leurs comptes MTN Mobile Money et Ecobank.

Au 31 décembre 2013, le groupe MTN International revendiquait déjà 14,8 millions d'utilisateurs pour le Mobile Money, en hausse de 57,3% en une année. Le groupe Ecobank est, quant à lui, présent dans 35 pays africains, dont le Cameroun, et possède un réseau de 1250 agences. «MTN est particulièrement ravis de cet accord qui s'inscrit parfaitement dans nos efforts continus d’améliorer l'accès aux services financiers pour nos clients», a  commenté Pieter Verkade,  le directeur commercial du groupe MTN. «Ce déploiement démontre notre engagement à faire de la banque à distance une réalité. Notre empreinte panafricaine nous permettra aussi d'être à la pointe du développement d’un marché transfrontalier de services bancaires par téléphone en Afrique», a déclaré, de son côté,  Patrick Akinwuntan, directeur exécutif du groupe Ecobank chargé du Domestic Banking.

Lire aussi

18-03-2014 - Brussels Airlines se connecte au Mobile Money de MTN Cameroon

24-05-2013 - MTN Cameroun et Canalsat-Canal+ se connectent sur le Mobile Money

12-03-2014 - Grâce à des bénéfices en hausse de 143% en 2013, Ecobank Cameroun distribuera un dividende de 35 000 FCfa

05-03-2014 - Cameroun : Ecobank proposera à sa clientèle les produits de financement de l’immobilier du Crédit foncier

Publié dans Finance
Page 1 sur 2
  • Investir au Cameroun n°34
  • Investir au Cameroun n°32-33
  • Investir au Cameroun n°31
  • Investir au Cameroun n°30
  • Investir au Cameroun n°29
  • Investir au Cameroun n°28
  • Investir au Cameroun n°27
  • Investir au Cameroun n°26
  • Investir au Cameroun n°25
  • Investir au Cameroun n°24
  • Investir au Cameroun n°23
  • Investir au Cameroun n°21-22
  • Investir au Cameroun n°20
  • Investir au Cameroun n°19
  • Investir au Cameroun n°18
  • Investir au Cameroun n°16-17
  • Investir au Cameroun n°15

    Téléchargement gratuit

  • Investir au Cameroun n°14
  • Investir au Cameroun n°13

    Investir au Cameroun n°13 (téléchargement gratuit)

  • Investir au Cameroun n°12

    Investir au Cameroun n°12 (téléchargement gratuit)

Facebook

Inscription Newsletter

Votre email pour recevoir la newsletter hebdomadaire Investir au Cameroun:

 
Facebook Version mobile: Version iPad Version Android

Articles les plus lus