5892-HIMA-PUB12-Meet-Inn-French-Resized 1000-x-90-px V2

Viettel Cameroun, le 3ème opérateur de la téléphonie mobile dans le pays, a déjà construit sont réseau à 70%, à un peu plus de trois mois du lancement officiel de ses activités prévu pour le 18 septembre 2014, révèle Jules Kenmy, l’un des administrateurs de cette entreprise des télécoms, dans un entretien accordé au quotidien gouvernemental camerounais.

Ce dernier annonce d’ailleurs que le nouvel opérateur, qui a introduit une requête pour la prorogation de son monopole sur la 3G jusqu’en 2016, effectuera l’interconnexion de son réseau avec ceux d’Orange et de MTN, ses deux concurrents, ainsi que celui de Camtel, l’opérateur public de téléphonie fixe qui gère la fibre optique ; dès la fin du mois de juin courant.

Selon la même source, les communications internes sur le réseau de Viettel sont déjà effectives depuis quelques semaines, entre Yaoundé, Douala, Bafoussam, Bamenda et Ngaoundéré, grâce au préfixe «6» qu’utilisera le 3ème opérateur de téléphonie mobile. «Quant aux prix, dont la question est de préoccupation nationale, nous pensons pouvoir être compétitifs», rassure M. Kenmy.

Lire aussi

23-06-2014 - Tensions au sein du Conseil d’administration de l’opérateur de mobile Viettel Cameroun

29-05-2014 - L’opérateur télécom Vittel Cameroun accusé d’importer massivement la main d’œuvre du Vietnam

04-04-2014 - Viettel sollicite du gouvernement camerounais une prolongation de son monopole sur la 3G

Publié dans Télécom

Alors que la demande de prorogation du monopole sur la 3G introduite auprès du gouvernement camerounais par le 3ème opérateur de téléphonie mobile, Viettel Cameroun, attend encore la décision des autorités publiques, le débat sur le déploiement de cette technologie télécoms dans le pays s’anime davantage. Le 13 juin dernier, une délégation de responsables de la filiale locale de la firme Sud-africaine MTN a rencontré les députés de la Nation, et n’ont pas hésité a dénoncé cette restriction sur l’octroi de la 3G, qui nuit gravement aux intérêts du Cameroun, selon les hôtes des députés.

C’est dans ce contexte de bataille à peine voilée autour de la 3G, que l’hebdomadaire Repères a récemment révélé une correspondance adressée, en juin 2012, au secrétaire général de la présidence de la République du Cameroun, juste après le lancement, le 28 mai 2012, de l’appel d’offres pour l’octroi de la 3ème licence de mobile au Cameroun. Dans ce document, Tom Philipps, Chief Regulator Officer de l’Association GSM, qui regroupe les entreprises des télécoms de 218 pays dans le monde, relevait les «préoccupations» de l’AGSM suite à la publication de l’appel d’offres gouvernemental.

L’AGSM ne comprenait pas en effet, que les opérateurs existants, MTN et Orange en l’occurrence, soient «exclus du processus d’obtention d’un nouveau spectre d’octroi de fréquences pour les services mobiles 3G à large bande». Ce d’autant que, soutient l’AGSM, «un nouvel entrant sur le marché devra consacrer un important investissement financier pour construire un réseau (…) tandis que les opérateurs déjà sur le terrain seraient capables de déployer rapidement les services mobiles offerts par la 3G, tout simplement en mettant à jour leurs infrastructures commerciales et techniques existantes».

Fort de cet argumentaire, l’AGSM conclu que «pour tirer les bénéfices des services mobile à large bande, en termes de croissance économique, de diversification et de création d’emplois au Cameroun, les opérateurs mobiles existants ne devraient pas être exclus du processus d’acquisition d’une licence 3G».

Malgré ces réserves de l’AGSM, le gouvernement camerounais a accordé, fin 2012, l’exclusivité (2 ans) de la 3G dans le pays à Viettel, qui n’a toujours pas réussi à lancer ses activités un an et demi plus tard. De plus, la firme vietnamienne demande désormais une prorogation de son monopole sur cette technologie jusqu’en 2016. Dans le même temps, Orange et MTN Cameroon rongent leurs freins, soucieux qu’ils sont de se voir rapidement octroyer des licences 3G.

Lire aussi

17-06-2014 - MTN Cameroon justifie sa mauvaise qualité de service et défend sa cause pour la 3G devant des députés

04-04-2014 - Viettel sollicite du gouvernement camerounais une prolongation de son monopole sur la 3G

29-05-2014 - L’opérateur télécom Vittel Cameroun accusé d’importer massivement la main d’œuvre du Vietnam

Publié dans Télécom

Le 13 juin dernier, une équipe de l’opérateur de téléphonie mobile MTN a rencontré les députés membres de la commission des Finances et ceux de la commission de la Production et des Echanges. Au cours de cet entretien qui s’est tenu dans une des salles de l’Assemblée Nationale, les trois parties ont abordé le problème de la mauvaise qualité de service constaté sur le réseau de l’opérateur depuis qu’il a vendu ses tours télécom.

Christian Ngono, directeur chez MTN, a expliqué que la vente des tours télécom n’est pas la cause de cette dégradation du réseau. Ce sont plutôt les ruptures régulières des câbles de fibre optique de la Cameroon Telecommunications (Camtel), gestionnaire exclusif de cette infrastructure sur tout le pays. Pour lui, grâce à la vente des tours, l’opérateur a pu investir dans de nouveaux services à moindre coût.

Bien que n’étant pas au programme, les responsables de MTN n’ont pas pu résister à aborder avec les députés la question de la prolongation de l’exclusivité sur la 3G, demandée par Viettel au gouvernement. Pour la délégation de MTN, cette restriction de l’octroi de la 3G à un seul opérateur qu’est Viettel est un scandale et nuit gravement aux intérêts du Cameroun.

Lire aussi 

04/04/2014- Viettel sollicite du gouvernement camerounais une prolongation de son monopole sur la 3G

Publié dans Télécom

Selon des statistiques internes de l’entreprise, l’opérateur de téléphonie mobile MTN Cameroon, filiale locale du géant des télécoms sud-africain, compte désormais 9,2 millions d’abonnés au téléphone mobile à fin mars 2014, contre 8,7 millions d’abonnés au 31 décembre 2013, soit une progression de 500 000 nouveaux abonnés en trois mois.

 

MTN Cameroun consolide ainsi son leadership sur le marché camerounais de la téléphonie mobile, devant l’opérateur français Orange, qui revendique 6,5 millions d’abonnés sur la même période. Au total donc, le Cameroun compte environ 15,7 millions d’abonnés au téléphone mobile de nos jours, sur une population officiellement estimée à 20 millions d’âmes.

 

Il est cependant à noter que les abonnés pointés par MTN peuvent également figurer dans le portefeuille d’Orange Cameroun, plusieurs Camerounais disposant de puces des deux opérateurs à la fois.

 

Lire aussi

27-03-2014 - Orange Cameroun revendique un portefeuille de 6,5 millions d’abonnés

Publié dans Télécom

L’opérateur de téléphonie mobile MTN Cameroon a paré son service de transfert d’argent mobile de trois nouveaux atours, lancés officiellement le 14 avril 2014. Il s’agit de « Money Transfer », « Airtime Top Up » et « Bill Payment », des innovations qui annoncent également plusieurs avantages pour les utilisateurs, notamment l’achat de crédit de communication via Mobile Money, le bonus après chaque transaction et des tarifs réduits sur le transfert d’argent et le paiement de biens et services via Mobile Money.

La solution « Money Transfer » a été conçue pour les émetteurs réguliers de mandat. Elle donne droit à un bonus en crédit de communication à chaque émission ou réception de transfert d’argent, de frais de transfert s’élevant à 50 FCfa pour une somme de 50 000 FCfa.

L’offre « Airtime Top Up » s’adresse à ceux qui rechargent habituellement leur crédit de communication par Mobile Money. Ils bénéficient d’achat gratuit de crédit de communication via Mobile Money, de bonus à chaque recharge par Mobile Money, et de bonus à l’usage.

Enfin, la dernière offre, « Bill Payment », octroie des avantages aux utilisateurs qui payent régulièrement leurs diverses factures par Mobile Money. Ils ont droit à des dépôts d’argent gratuit dans leurs comptes Mobile Money, à des bonus en crédit de communication à chaque paiement de facture par Mobile Money, à la réduction de 50% des frais de paiement de la facture d’électricité et la gratuité pour toutes les autres factures.

Lire aussi

17/03/2014- MTN et Ecobank lancent une offre mobile-banking commune dans 12 pays africains  

05/12/2013- Au Cameroun, les abonnés MTN pourront régler leurs achats par téléphone dans les supermarchés

Publié dans Télécom

La compagnie aérienne kenyane, Kenya Airways, et l’opérateur de téléphonie mobile camerounais, MTN Cameroon, viennent de sceller un partenariat pour la promotion du Mobile Money, un service de mobile banking lancé par la filiale locale du groupe sud-africain MTN International.

Grâce à ce partenariat, apprend-on, les clients de la compagnie arienne kenyane, titulaires d’un compte Mobile Money, pourront acheter leur titre de transport à partir de leurs téléphones portables, sans avoir besoin de se déporter vers une agence de voyage.

Kenya Airways est la seconde compagnie aérienne, après Brussels Airlines, à se connecter au Mobile Money de MTN Cameroon. Pendant un mois, les premiers acheteurs de billets d’avion par ce canal bénéficient d’une réduction de 5%.

Lire aussi

18-03-2014 - Brussels Airlines se connecte au Mobile Money de MTN Cameroon

14-03-2014 - Cameroun : les entreprises peuvent payer leurs impôts via le téléphone portable

Publié dans Télécom

Neuf entreprises camerounaises figurent dans le classement des 500 meilleures entreprises africaines, que vient de publier l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique. Sur les neuf entreprises, cinq sont des entreprises opérationnelles dans le secteur de l’énergie, tandis que deux exercent dans le secteur des télécoms, contre une seule dans le secteur de l’agro-alimentaire.

Dans le détail, dans ce top 500 des entreprises africaines, le secteur énergétique camerounais est représenté par la Société nationale de raffinage (Sonara), classée première dans le sous-région Afrique centrale ; la société nationale des hydrocarbures (Snh), 2ème dans la sous-région, le groupe AES qui est présente dans la production et la distribution de l’électricité ; Tradex, filiale de la Snh spécialisée dans le trading et la distribution des produits pétroliers ; et Corlay Cameroun, qui distribue les produits pétroliers à travers ses stations-services MRS.

Les télécommunicants sont représentés dans ce classement par MTN et Orange Cameroun, les deux opérateurs de téléphonie mobile dans le pays, tandis que la Société anonyme des Brasseries du Cameroun, filiale locale du groupe Castel, est la seule représentante du secteur agro-alimentaire. La liste des entreprises camerounaises dans le top 500 de Jeune Afrique est complétée par CFAO Cameroun, dont les activités dans le pays sont assez diversifiées.

Cette prédominance des entreprises du secteur énergétique au Cameroun est transposable à l’ensemble du classement, puisque les deux premières sociétés africaines, selon le classement, sont l’Algérienne Sonatrach et l’Angolaise Sonangol, deux mastodontes du secteur des hydrocarbures en Afrique.

Lire aussi

08-01-2014 - Tradex a amélioré ses parts de marché dans la distribution des produits pétroliers au Cameroun en 2013

04-04-2014 - International Business Corporation condamné à payer plus de 2 milliards de FCfa à la SNH

06-12-2013 - La suspension des activités à la SONARA crée des perturbations dans la distribution du super au Cameroun

Publié dans Entreprises

L’hebdomadaire camerounais Repères vient de révéler que Viettel Cameroun, le 3ème opérateur de téléphonie mobile, a adressé une correspondance à la présidence de la République, afin d’obtenir du gouvernement camerounais une prolongation de son monopole sur la 3G dans le pays. En effet, selon un contrat de concession signé avec le gouvernement camerounais en décembre 2012, Viettel Cameroun jouit de l’exclusivité de l’exploitation de la 3G dans le pays, à compter de la date de signature du contrat. Logiquement donc, le monopole du 3ème opérateur de téléphonie mobile au Cameroun sur la 3G s’achève en décembre 2014.

Pourtant, cette entreprise des télécoms, après avoir reporté le lancement de ses activités à deux reprises, n’envisage désormais de mettre ses premières puces sur le marché qu’en septembre 2014, soit à 3 mois de l’expiration du délai de son monopole sur la 3G. La nouvelle démarche des responsables de Viettel Cameroun en direction des autorités camerounaises, vise donc, apprend-on, à convaincre le gouvernement de commencer à comptabiliser la période du monopole à partir «du lancement effectif des activités», et non plus à partir de la signature du contrat de concession. Un avis favorable de la partie camerounaise repousserait alors à 2016, ce monopole déjà vertement critiqué par MTN et Orange, les deux autres opérateurs du marché camerounais.

Cependant, la requête de Viettel Cameroun intervient dans un contexte extrêmement défavorable pour cet opérateur. En effet, apprend-on, le contrat de concession d’une durée de 15 ans, signé le 7 juillet 1999 entre l’Etat camerounais et Orange, s’achève logiquement en juillet 2014. Les deux parties renégocieront alors un nouveau contrat (si ce n’est déjà en cours), qui intégrera forcément l’octroi d’une licence 3G, si l’on s’en tient aux critiques formulées par cet opérateur à la suite du monopole accordé à Viettel Cameroun.

En février 2015, s’achèvera également le contrat de concession de 15 ans entre le Cameroun et MTN, conclu le 15 février 2000. Avant même l’expiration de son contrat et l’ouverture des négociations pour une nouvelle concession, la filiale camerounaise du géant sud-africain, par la voix de son DG, Karl Toriola, a déjà annoncé qu’elle a introduit auprès du gouvernement camerounais, une demande pour obtenir une licence 3G.

Au cours d’une de ses récentes sorties médiatiques, le DG de MTN Cameroon a même annoncé que l’entreprise était prête à investir jusqu’à 600 milliards de francs Cfa, si le gouvernement camerounais lui accordait l’exploitation de la 3G. Tels sont autant de détails sur lesquels le gouvernement camerounais accordera certainement une attention toute particulière, avant de répondre à la requête de Viettel Cameroun de voir son monopole sur la 3G être prorogé.

BRM

Lire aussi

14-02-2014 - Mtn Cameroon prêt à investir 600 milliards de francs Cfa, si…

04-11-2013 - Le Dg de MTN Cameroon compte sur la 3G pour résorber la mauvaise qualité de la connexion internet

18-02-2014 - Le lancement des activités de Viettel Cameroun dans l’impasse

13-12-2012 - Viettel paraphe son contrat au Cameroun ce 14 décembre

Publié dans Télécom

Selon un document interne dont l’agence Ecofin a pris connaissance, l’entreprise de téléphonie mobile, Orange Cameroun, filiale du groupe français Orange, détient à ce jour un portefeuille de 6,5 millions d’abonnés. Ce qui confirme sa position de 2ème opérateur sur le marché de la téléphonie mobile dans le pays, derrière MTN Cameroun, dont le nombre d’abonnés officiel est estimé à 8,7 millions.

Avec ces nouvelles informations, le Cameroun compte désormais environ 15,2 millions d’abonnés au téléphone portable (sur une population de 20 millions d’habitants), contre 13 millions seulement à fin 2012, ainsi que l’a révélé l’Agence de régulation de télécommunications (ART) l’année dernière.

Pour mémoire, depuis l’ouverture du marché de la téléphonie mobile au Cameroun au début des années 2000, MTN et Mobilis, qui deviendra ensuite Orange, sont toujours les seuls opérateurs du marché, malgré l’attribution d’une 3ème licence à la firme vietnamienne Viettel en 2012. Les premières puces de ce nouvel opérateur sont désormais attendues en septembre 2014, après deux prorogations du lancement des activités.

Lire aussi

04-03-2014 - Orange Cameroun lance une nouvelle offre tarifaire à 30 FCfa la minute

29-10-2013 - MTN Cameroun revendique 8,2 millions d'abonnés

Publié dans Télécom

Le groupe de télécoms sud-africain MTN International et le groupe bancaire panafricain Ecobank ont annoncé, le 17 mars 2014, le lancement d’une offre commune de mobile-banking dans 12 pays africains. Ces pays sont, apprend-on, le Cameroun, le Bénin, la Côte-d'Ivoire, le Ghana, la Guinée Bissau, la Guinée Conakry, le Libéria, le Congo Brazzaville, le Rwanda, le Soudan du Sud, l’Ouganda et la Zambie.

Cette alliance entre les deux groupes africains permettra aux usagers de leurs filiales camerounaises, abonnés au service MTN Mobile Money et clients d'Ecobank, d’effectuer des opérations de retraits de fonds aux distributeurs automatiques d'Ecobank. Les clients des deux entreprises bénéficieront également de la possibilité de transférer de l'argent entre leurs comptes MTN Mobile Money et Ecobank.

Au 31 décembre 2013, le groupe MTN International revendiquait déjà 14,8 millions d'utilisateurs pour le Mobile Money, en hausse de 57,3% en une année. Le groupe Ecobank est, quant à lui, présent dans 35 pays africains, dont le Cameroun, et possède un réseau de 1250 agences. «MTN est particulièrement ravis de cet accord qui s'inscrit parfaitement dans nos efforts continus d’améliorer l'accès aux services financiers pour nos clients», a  commenté Pieter Verkade,  le directeur commercial du groupe MTN. «Ce déploiement démontre notre engagement à faire de la banque à distance une réalité. Notre empreinte panafricaine nous permettra aussi d'être à la pointe du développement d’un marché transfrontalier de services bancaires par téléphone en Afrique», a déclaré, de son côté,  Patrick Akinwuntan, directeur exécutif du groupe Ecobank chargé du Domestic Banking.

Lire aussi

18-03-2014 - Brussels Airlines se connecte au Mobile Money de MTN Cameroon

24-05-2013 - MTN Cameroun et Canalsat-Canal+ se connectent sur le Mobile Money

12-03-2014 - Grâce à des bénéfices en hausse de 143% en 2013, Ecobank Cameroun distribuera un dividende de 35 000 FCfa

05-03-2014 - Cameroun : Ecobank proposera à sa clientèle les produits de financement de l’immobilier du Crédit foncier

Publié dans Finance
Note de la rédaction d'Investir au Cameroun
 
La rédaction d'Investir au Cameroun a appris que des personnes malveillantes se faisant passer pour des journalistes de nos équipes, arpentent certaines administrations camerounaises en promettant la rédaction d’articles en leur faveur dans le magazine Investir au Cameroun. La rédaction d'Investir au Cameroun décline sa responsabilité sur les actes ou promesses que ces personnes pourraient poser à titre personnel dans l'optique d'en tirer des gains personnels. Elle invite par ailleurs les entreprises et administrations à faire preuve de vigilance. Seules les personnes dont le nom est indiqué dans l’ours sont habilitées à représenter le titre. La rédaction ne se fait jamais rétribuer pour ses articles.

Facebook

Inscription Newsletter

Votre email pour recevoir la newsletter hebdomadaire Investir au Cameroun:

 
Facebook Version mobile: Version iPad Version Android

Articles les plus lus