logoIC
Yaoundé - 24 octobre 2017 -
Transport

Camrail, filiale de Bolloré, déclaré responsable de la catastrophe ferroviaire qui a fait au moins 79 morts en 2016

Camrail, filiale de Bolloré, déclaré responsable de la catastrophe ferroviaire qui a fait au moins 79 morts en 2016

(Investir au Cameroun) - La présidence de la République du Cameroun a rendu public le 23 mai 2017 le rapport de la commission d’enquête créée le 25 octobre 2016, à la suite de la catastrophe ferroviaire d’Eseka (au moins 79 morts et 600 blessés) survenue le 21 octobre de la même année.

Selon le communiqué signé de Ferdinand Ngoh Ngoh, secrétaire général à la présidence de la République, la Commission a commis des experts internationaux. Elle a examiné un nombre de rapports et de documents, procédé à de nombreuses auditions, et effectué des descentes sur le terrain. « Au terme de ces investigations, la commission d’enquête a établi les responsabilités à titre principal du transporteur, la société Camrail dans le train Intercity n° 152. Le rapport d’enquête a conclu que la cause principale du renversement du dit train est une vitesse excessive de 96 Km à l’heure dans une portion de voie où la vitesse est fortement limitée à 40 Km/h », indique le document de la présidence de la République.

Toujours selon le communiqué présidentiel, les raisons de ce déplacement de vitesse sont dues selon les experts au non-respect par Camrail, filiale du français Bolloré, de certaines règles de sécurité. En effet, poursuit le document, le train n° 152 mis en circulation ce jour-là présentait de graves anomalies et défaillances. Notamment : « surcharges du convoi, rallonge inappropriée de la rame, utilisation de voitures voyageurs dont plusieurs présentaient des organes de freinage défaillants, l’utilisation d’une motrice dont le freinage était hors de service, absence de vérification sérieuse de la continuité du freinage de la rame avant son départ de Yaoundé, refus de prise en considération, par la hiérarchie de Camrail, des réserves émises par le conducteur du train, du fait des anomalies sus-citées ».

La commission d’enquête a également conclu que les services de l’Etat en matière d’organisation de secours en cas de survenance d’une catastrophe, doivent être renforcés pour une plus grande réactivité, une plus grande cohérence, une plus grande fluidité en vue d’une meilleure prise en charge des victimes.

Le président de la République, Paul Biya, a prescrit selon le communiqué, l’audit de la convention du 19 juin 1999, entre l’Etat du Cameroun et la société Camrail et des deux avenants conclus en 2005 et en 2008. Deuxièmement, Paul Biya ordonne l’ouverture d’une discussion entre partenaires au sein de Camrail pour une plus grande présence de l’Etat dans ladite société et une meilleure prise en compte des préoccupations sociales. C'est-à-dire, l’activité de transport des voyageurs.

Troisièmement, il est prescrit la création, à brève échéance, de la Société de gestion du patrimoine du chemin de fer, prévue dans ladite convention. Elle sera chargée de l’entretien du réseau ferré ainsi que des projets de modernisation et d’extension de la voie ferrée. Quatrièmement, Paul Biya instruit la prise des sanctions appropriées à l’encontre des responsables dont l’implication dans l’accident est reconnue dans l’enquête. Ainsi que la transmission à la justice pour qu’elle en tire toutes les conséquences.

S’agissant de la situation des victimes de l’accident, le président de la République a pris acte des mesures prises et envisagées par Camrail à l’effet d’indemniser les familles des personnes décédées et d’apporter une assistance financière aux blessés. Il préconise la finalisation de ce processus dans les meilleurs délais. Pour sa part, Paul Biya a décidé de débloquer une somme de 1 milliard de FCFA pour une assistance complémentaire à verser à ces victimes ou à leurs ayants-droit.

Sylvain Andzongo

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n66: octobre 2017

La bataille des eaux minérales au Cameroun


Jean Joseph Aouda, une expertise ferroviaire qui dépasse les frontières


Business in Cameroon n56: October 2017

The battle of mineral waters in Cameroon


J. J. Aouda, an expertise in the railway industry that goes beyond borders

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev