logoIC
Yaoundé - 12 juillet 2020 -
Actualités Investir Au Cameroun

Un projet de pont frontalier entre Mfum et Ekok, pour doper les échanges commerciaux entre le Cameroun et le Nigeria

Un projet de pont frontalier entre Mfum et Ekok, pour doper les échanges commerciaux entre le Cameroun et le Nigeria

(Investir au Cameroun) - Le Cameroun et le Nigeria viennent de lancer conjointement un appel d’offres en vue de recruter un consultant indépendant qui va concevoir un pont frontalier entre Mfum (côté nigérian) et Ekok (côté camerounais). C’est sur le corridor Bamenda-Mamfe-Ekok (203 km) au Cameroun et Enugu-Abakaliki-Mfum (238 km) au Nigeria.

Une composante dite commune de ce corridor est la construction d’un pont sur la Cross River, y compris ses voies d’accès entre Ekok et Mfum de 403 ml de portée. L’objectif spécifique assigné au consultant qui sera retenu est d’examiner la conception du nouveau pont, afin d’en vérifier l’adéquation et l’efficacité. Durée du projet : 4 mois. Les postulants ont jusqu’au 27 juillet prochain pour déposer leur candidature.

La région concernée par ce projet dispose de ressources potentielles en ce qui concerne les cultures de rente, les ressources forestières et halieutiques, les mines, ainsi que les ressources touristiques. Seulement, la mise en valeur de ces ressources et le développement de la région sont essentiellement freinés par les mauvaises conditions actuelles de circulation et une forte pluviométrie (environ 3 400 mm/an dans la région de Mamfé et 2 000 mm/an dans la zone de Batibo).

À titre d’illustration, pour le trajet Mamfé-Ekok (70 km), le coût de transport d’une personne varie entre 2000 et 3000 FCFA en saison sèche et passe à 5000 FCFA en saison des pluies (soit environ 9 mois sur un an). Ce coût atteint 15 000 FCFA lorsque l’on se déplace à moto. Ceux qui viennent du côté de Mfum se plaignent également de la cherté du transport. Une situation que les parties camerounaises et nigérianes veulent changer en construisant un pont frontalier pour doper les échanges commerciaux.

S.A.

transport-aerien-avec-ses-230-032-passagers-en-2019-le-cameroun-est-la-1ere-destination-de-la-france-en-zone-cemac
La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) de France a rendu public son bulletin statistique du trafic aérien commercial pour l’année 2019. Ce...
budget-2020-des-objectifs-du-cameroun-compromis-par-les-contreperformances-des-comptes-d-affectation-speciale
En faisant le bilan des comptes d’affectation spéciale (CAS) désormais conformes à la réglementation, le ministère des Finances (Minfi) relève qu’au 30...
le-cameroun-quitte-la-tete-du-conseil-d-administration-de-la-bdeac-excedentaire-de-15-24-milliards-fcfa-en-2019-32
Le ministre camerounais des Finances, Louis Paul Motaze, a cédé, le 10 juillet dernier, sa place à la tête du conseil d’administration de la Banque de...
avec-15-641-tonnes-en-juin-2020-les-exportations-de-la-banane-camerounaise-progressent-de-10-sur-un-an
L’Association bananière du Cameroun (Assobacam) révèle que les producteurs de bananes dans le pays ont exporté 15 641 tonnes au cours du mois de juin...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n98 Juin 2020

Covid 19 Et maintenant, l’étendue des dégâts


Emmanuel de Tailly (SABC) : «Maintenir l’emploi coûte que coûte »


Business in Cameroon n88: June 2020

Covid 19 Its impacts so far


Emmanuel de Tailly (SABC) : «Preserving jobs at all costs»

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev