logoIC
Yaoundé - 12 juillet 2020 -
Actualités Investir Au Cameroun

Élimination du commerce illicite du tabac : les industriels camerounais redoutent un coup tordu des multinationales

Élimination du commerce illicite du tabac : les industriels camerounais redoutent un coup tordu des multinationales

(Investir au Cameroun) - Le Parlement camerounais vient de donner au chef de l’État, Paul Biya, le quitus pour ratifier le Protocole pour l’élimination du commerce illicite des produits du tabac, qui découle de la convention-cadre de l’Organisation mondiale de la Santé pour la lutte anti-tabac.

À en croire le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, la ratification de ce protocole permettra « de muscler » le dispositif local de lutte contre la contrebande et le commerce illicite des produits tabacoles, phénomènes qui font perdre au Trésor public environ 10 milliards de FCFA chaque année.

En clair, pour le gouvernement, l’adhésion à ce protocole à caractère supranational, qui consiste en un arrimage du Cameroun à un dispositif informatique international de traçage des produits tabacoles, est plus que salutaire. Ceci dans la mesure où cette innovation devrait permettre à l’État camerounais de gagner tout ou partie des 10 milliards de FCFA perdus chaque année du fait de la contrebande et du commerce illicite des produits du tabac.

Cependant, les espoirs du gouvernement camerounais dans l’application de ce protocole ne semblent pas partagés par la filière tabacole nationale, qui nourrit certaines appréhensions. Le 16 juin 2020, lors de la défense du projet de loi autorisant le chef de l’État à ratifier le protocole susmentionné, c’est la députée de l’opposition Rolande Ngo Issi, qui a été la première à révéler ces appréhensions.

 Les inquiétudes de la filière locale

 « Autre aspect important sur la mise en œuvre de ce protocole, l’industrie du tabac ne doit être impliquée ni influencer le choix pour l’acquisition et l’installation du système de contrôle. Car, au Cameroun, il existe des industries du tabac qui s’organisent, avec le soutien de certains compatriotes, pour influencer le choix de ce mécanisme de contrôle. Comment peut-on être juge et partie ? », s’est-elle interrogée.

À en croire cette élue, dans le cadre de la définition des politiques de santé publique, la convention-cadre de l’OMS sur la lutte anti-tabac exige « que les gouvernements ne soient pas influencés par les industries du tabac ». Et de poursuivre : « L’Etat du Cameroun doit mettre en place un système de traçabilité, quel que soit le coût. En réalité, il est question que l’État s’assume comme le Kenya, qui a un système de traçabilité efficace à copier et à suivre, contrairement à la Côte d’Ivoire, qui a utilisé le système qui lui a été proposé par l’industrie du tabac, au prétexte qu’il est moins coûteux ».

Au sein de la filière elle-même, où les opérateurs redoutent que les multinationales n’imposent au gouvernement un système de traçage et usent de ce dispositif pour « éliminer les petits industriels du marché », le sujet est qualifié « de déterminant pour l’avenir de la filière nationale ». « Le système de traçage des cigarettes doit préserver la production locale », martèle Patrice Yantho, un conseil en investissements proche des milieux du tabac.

 À en croire cet expert, dans le cadre de l’application du protocole sur l’élimination des produits du tabac, le Cameroun doit pouvoir mettre en place un système de traçage interne, « dont il a la maîtrise de bout en bout, pour pouvoir contrôler les recettes fiscales induites », et n’utiliser le dispositif international baptisé « Trace & Track », uniquement pour les exportations des produits locaux vers l’étranger, et des importations des produits tabacoles sur le marché local.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi:

04-06-2019 - Les brasseurs redoutent des pertes et une nouvelle hausse des prix, suite au marquage des bières annoncé par l’État du Cameroun

transport-aerien-avec-ses-230-032-passagers-en-2019-le-cameroun-est-la-1ere-destination-de-la-france-en-zone-cemac
La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) de France a rendu public son bulletin statistique du trafic aérien commercial pour l’année 2019. Ce...
budget-2020-des-objectifs-du-cameroun-compromis-par-les-contreperformances-des-comptes-d-affectation-speciale
En faisant le bilan des comptes d’affectation spéciale (CAS) désormais conformes à la réglementation, le ministère des Finances (Minfi) relève qu’au 30...
le-cameroun-quitte-la-tete-du-conseil-d-administration-de-la-bdeac-excedentaire-de-15-24-milliards-fcfa-en-2019-32
Le ministre camerounais des Finances, Louis Paul Motaze, a cédé, le 10 juillet dernier, sa place à la tête du conseil d’administration de la Banque de...
avec-15-641-tonnes-en-juin-2020-les-exportations-de-la-banane-camerounaise-progressent-de-10-sur-un-an
L’Association bananière du Cameroun (Assobacam) révèle que les producteurs de bananes dans le pays ont exporté 15 641 tonnes au cours du mois de juin...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n98 Juin 2020

Covid 19 Et maintenant, l’étendue des dégâts


Emmanuel de Tailly (SABC) : «Maintenir l’emploi coûte que coûte »


Business in Cameroon n88: June 2020

Covid 19 Its impacts so far


Emmanuel de Tailly (SABC) : «Preserving jobs at all costs»

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev