logoIC
Yaoundé - 20 juillet 2019 -
Agriculture

Une partie du prochain appui budgétaire de l’Union européenne au Cameroun sera injectée dans la filière coton

Une partie du prochain appui budgétaire de l’Union européenne au Cameroun sera injectée dans la filière coton

(Investir au Cameroun) - De sources internes, le prochain appui budgétaire de l’Union européenne (UE) au Cameroun sera orienté vers le développement des chaines de valeur agricoles. Et le secteur cotonnier fait partie des filières ciblées. On ignore pour l’instant, le volume de financements qui y sera consacré. Les contours de cet appui budgétaire, deuxième du genre après celui de 63 milliards de FCFA conclu en novembre 2017, sont encore en négociation.  

Tout ce que l’on sait, c’est que, ce financement européen, accordé au Cameroun sans contrepartie directe, devrait s’étaler de 2020 à 2021. Une partie des fonds sera utilisée pour drainer le maximum d’investissement dans la filière coton à travers un montage financier appelé blending (mixage dons-prêts).

En vue de mobiliser les institutions financières internationales, censées apporter une partie du financement, la Banque européenne d’investissement et la délégation de l’UE au Cameroun ont organisé le 8 mai 2019 à Yaoundé, un forum sur la filière coton. Autour de la table : les partenaires techniques et financiers, les banques locales, les acteurs du secteur (association des producteurs, Sodécoton, Cicam…) et le gouvernement camerounais.

60 milliards de FCFA à trouver

Durant les échanges, les institutions financières ont salué l’initiative. Elles ont par ailleurs manifesté leur intérêt pour le secteur cotonnier camerounais.

Les besoins de financement du secteur sont importants. À court terme, les deux principaux acteurs de la filière recherchent 60 milliards de FCFA. Pour faire passer sa production de coton de 300 000 tonnes en 2018 à 400 000 en 2022, comme arrêté dans son plan de redressement, la Société de développement du Coton (Sodécoton) a besoin d’un investissement de 40 milliards de FCFA.

Dans le détail, cette entreprise, détenue à 59 % par l’État du Cameroun, doit construire deux usines d’égrenage (15 milliards FCFA), une nouvelle huilerie (20 milliards FCFA) et une centrale solaire (3 milliards FCFA). Il lui faut par ailleurs renforcer sa brigade des pistes (2 milliards FCFA).

Pour remonter la pente sur les 2 prochaines années, la Cotonnière industrielle du Cameroun (Cicam) envisage de transformer 7 000 tonnes de coton fibre. Pour cela, il lui faut un investissement de près de 20 milliards de FCFA.

Secteur stratégique

Le secteur cotonnier est le pilier de l’économie des régions septentrionales où on enregistre les taux de pauvreté les plus élevés du pays. Il couvre 85 000 km2 et fait vivre directement 2 millions de personnes dans le grand-nord. À l’échelle nationale, le secteur pèse 2,5 % du PIB et 5 % du PIB agricole. Il représente 4 % des exportations nationales et 15 % de celles de produits agricoles. Son impact fiscal oscille entre 30 et 40 milliards de FCFA par an. 

C’est cette place stratégique dans l’économie du septentrion qui pousse l’UE à s’intéresser à ce secteur. Il faut dire que lors du 5e sommet Union Afrique – Union européenne, tenu en novembre 2017 à Abidjan en Côte d’Ivoire, Bruxelles s’est engagée à lutte contre les causes profondes de migrations clandestines vers l’Europe. Parmi ces causes figurent en bonne place la pauvreté et le chômage des jeunes.

Aboudi Ottou

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n87-88: Juillet / Août 2019

Ces multinationales qui réussissent au Cameroun


Le combat d’un Camerounais pour une justice fiscale internationale


Business in Cameroon n77-78: July - August 2019

Discovering multinationals that thrive in Cameroon


Meeting with the Cameroonian who fights for global tax fairness

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev