logoIC
Yaoundé - 25 février 2020 -
Agriculture

Le Cameroun intègre le Conseil international consultatif du cajou

Le Cameroun intègre le Conseil international consultatif du cajou

(Investir au Cameroun) - Producteur embryonnaire de la noix de cajou (encore appelée anacarde), le Cameroun a intégré, le 10 juillet 2019, le Conseil international consultatif du cajou (CICC). Il s’agit d’un regroupement de pays producteurs de la noix de cajou, qui œuvre pour le développement de cette culture de rente encore peu connue au Cameroun. Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Gabriel Mbairobé (photo), a fait le déplacement à Abidjan, siège de l’organisation, pour parapher les documents de l’adhésion.

Dixième membre de cette organisation, le Cameroun est le tout premier pays d’Afrique centrale à intégrer le CICC. La locomotive économique de la Cemac entend ainsi profiter de l’expérience des autres membres pour enraciner la culture de la noix de cajou sur son territoire.

En effet, avec le concours de la coopération allemande, le Cameroun a adopté le 17 octobre 2018 à Yaoundé, la capitale du pays, la stratégie nationale de développement de la chaîne de valeur de la filière anacarde.

Parallèlement, le gouvernement camerounais, à travers l’Institut de recherche agricole pour le développement (IRAD), déploie un programme visant à produire 10 millions de plants d’anacardiers d’ici à 2021. Officiellement, cette quantité correspond à la création d’environ 100 000 hectares de plantations dans le pays.

Au Cameroun, la production de l’anacarde intéresse déjà une grande unité agro-industrielle. Il s’agit de la Sodecoton. Le mastodonte industriel des régions septentrionales du pays entend développer cette culture, non seulement pour procurer une nouvelle source de revenus aux producteurs de coton, mais aussi et surtout pour diversifier les cultures de rente dans cette partie du Cameroun, dans laquelle le coton dicte sa loi.

BRM

Lire aussi:

19-06-2018 - Le Cameroun vise le leadership mondial de la production d'anacarde, grâce à un un programme visant à planter 100 000 hectares d'anacardiers

23-10-2017 - Cameroun : le Gic Ribaou a produit 33,6 tonnes d’anacarde dans la région du Nord en 2017, augmentant sa récolte d’environ 40%

le-brasseur-camerounais-sabc-investit-12-milliards-de-fcfa-dans-une-nouvelle-ligne-de-production-a-douala
Le 26 février 2020, le ministre de l’Industrie, Dodo Ndocke, procèdera à l’inauguration d’une nouvelle ligne de production à l’usine de la société anonyme...
la-nouvelle-unite-en-charge-du-transport-de-la-fibre-optique-au-cameroun-va-rester-sous-le-controle-de-camtel
Dans une série de tweets, le ministre de Poste et Télécommunications (Minpostel) apporte des précisions sur les réformes envisagées au sein de...
la-moitie-des-occupants-des-logements-sociaux-de-mbanga-bakoko-a-douala-n-ont-pas-de-contrat-avec-la-sic
Dans le cadre de la campagne d’identification des locataires des logements SIC lancée en septembre dernier, le directeur général (DG) de la Société...
louis-paul-motaze-enjoint-au-cenadi-de-mettre-fin-aux-faux-salaires-faux-avancements-et-fausses-pensions
Le 21 février 2020 à Yaoundé, la capitale camerounaise, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, a procédé à l’installation des responsables...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n94 Février 2020

Sociétés de transfert d’argent Le Cameroun au cœur de la bataille


Entretien : « Passer d’une administration bureaucratique à une gestion publique performante »


Business in Cameroon n84: February 2020

Money transfer business Cameroon is on the front line


Interview: «Shifting from bureaucratic management to efficient public management»

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev