logoIC
Yaoundé - 19 avril 2021 -
Agriculture

Après sa 10è usine d’égrenage, la Sodecoton met le cap sur une huilerie de 25 milliards de FCFA à Ngaoundéré

Après sa 10è usine d’égrenage, la Sodecoton met le cap sur une huilerie de 25 milliards de FCFA à Ngaoundéré

(Investir au Cameroun) - Dans la perspective de l’accroissement de sa production de coton, de manière à atteindre au moins 400 000 tonnes en 2025, la Société de développement du coton (Sodecoton), le mastodonte agro-industriel de la partie septentrionale du Cameroun, accélère ses investissements dans les unités de transformation.

En effet, après la pose de la première pierre de sa 10è usine d’égrenage de coton, le 6 mars 2021 dans la localité de Gouna, l’entreprise cotonnière camerounaise, qui encadre plus de 250 000 producteurs, donne un coup d’accélérateur à son projet de construction d’une nouvelle huilerie dans la ville de Ngaoundéré. Dans un communiqué rendu public le 15 mars 2021, le ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature invite les populations aux audiences publiques, du 22 au 27 mars 2021, à l’effet de plancher sur l’étude d’impact environnemental de ce projet.

La 3ème huilerie de la Sodecoton (après celles de Garoua et de Maroua, Ndlr) sera construite à Tchabal Margol-Ngaoundéré. Elle sera dotée d’une capacité de trituration de 300 tonnes de coton par jour, selon le communiqué du ministère de l’Environnement. Pour financer ce projet, qui engloutira environ 25 milliards de FCFA, apprend-on de bonnes sources, la Sodecoton a initié depuis 2019 des négociations avec des bailleurs de fonds, parmi lesquels la Banque africaine de développement (BAD).

L’huilerie en gestation, soutient le top mangement de la Sodecoton, permettra non seulement « de répondre aux besoins toujours croissants d’amélioration de la trituration et de satisfaire à moindre coût le marché de la partie méridionale du Cameroun », mais aussi de doper incidemment la production des aliments pour le bétail.

Coronavirus

Dans le cadre de l’amélioration de la trituration du coton, l’entreprise cotonnière camerounaise, détenue à 59% par l’Etat (30% par Geocoton et 11% par la Société mobilière d’investissement du Cameroun), a déjà pu moderniser son huilerie de Maroua, grâce à un prêt de 2,5 milliards de FCFA octroyé par le banquier camerounais Afriland First Bank. A la faveur de cet investissement, les capacités de trituration à Maroua sont passées de 70 000 tonnes de coton graine en 2016, à 110 000 tonnes en 2019. La modernisation de l’huilerie de Garoua est également projetée, grâce à un crédit de 6 milliards de FCFA en négociation avec la Banque arabe pour le développement économique de l’Afrique (Badea).

Pour rappel, lessivée par une perte sèche de 36 milliards de FCFA au cours du triennat 2014-2016, la Sodecoton, grâce à un plan de restructuration conduit par l’équipe managériale nommée à sa tête en 2016, a renoué avec les bénéfices dès la campagne 2017-2018. Après avoir affiché un résultat net de 5,1 milliards de FCFA au cours de cette campagne-là, l’enveloppe bénéficiaire a chuté un an plus tard, pour se situer à un peu plus de 3 milliards de FCFA en 2018-2019.

Mais, en dépit d’une nouvelle hausse de la production enregistrée au cours de la campagne cotonnière 2019-2020, l’entreprise a clôturé l’exercice par une nouvelle perte de 5,6 milliards de FCFA, en raison des ravages du coronavirus, apprend-on officiellement.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi

08-03-2021 - L’Etat camerounais investit 10 milliards de FCFA dans la construction de la 10è usine d’égrenage de la Sodecoton

17-02-2021 - Le top 5 des entreprises publiques camerounaises ayant généré le plus de bénéfices en 2019 (CTR)

07-09-2020 - Le Français Geocoton conditionne un investissement de 60 milliards de FCFA par une prise de contrôle de la Sodecoton

03-09-2020 - En dépit d’une nouvelle hausse de la production, la Sodecoton projette une perte sèche de 5,6 milliards de FCFA en 2020

le-gicam-et-les-banques-veulent-un-assouplissement-de-la-reglementation-des-changes-en-vigueur-dans-la-cemac
La nouvelle règlementation des changes dans la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) a fait l’objet d’un échange, le...
le-document-annexe-de-la-loi-de-finances-2021-qui-passe-au-scanner-la-situation-de-la-remuneration-des-agents-publics-divise-l-administration-publique-en-11-sous-secteurs-se-partageant-les-340-987-emplois-publics-pour-lesquels-l-etat-a-debourse-80
Selon la Caisse autonome d’amortissement (CAA), l’organe en charge de la gestion de la dette publique au Cameroun, le volume global de la dette intérieure...
les-impayes-des-etats-fragilisent-financierement-la-commission-des-forets-d-afrique-centrale
Le Conseil des ministres de la Commission des forêts d’Afrique centrale (Comifac) s’est réuni le 15 avril 2021, sous la présidence du ministre camerounais...
transfert-des-competences-huawei-etend-son-reseau-de-partenaires-au-cameroun-a-l-institut-africain-d-informatique
La filiale au Cameroun de l’équipementier chinois des télécoms Huawei a organisé le 14 avril 2021, sur le Campus de l’Institut africain d’informatique...

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n108 Mars 2021

Personnel de l’Etat Un régime minceur s’impose


Un soutien à la compétitivité de l’industrie camerounaise


Business in Cameroon n98: March-2021

State personnel Time for a slimming diet


More support to boost the Cameroonian industry’s competitiveness

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev