logoIC
Yaoundé - 20 avril 2019 -
Agro-industrie

Au Cameroun, la filière cacao-café a été le principal catalyseur de la baisse des recettes d’exportation au premier semestre 2018

Au Cameroun, la filière cacao-café a été le principal catalyseur de la baisse des recettes d’exportation au premier semestre 2018

(Investir au Cameroun) - 794,6 milliards de francs Cfa. C’est le montant engrangé par l’économie camerounaise au premier semestre 2018, pour avoir exporté vers le marché extérieur, une cargaison de 2,5 millions de tonnes de produits divers. Selon l’Institut national de la statistique (INS), qui révèle ces chiffres, ces recettes d’exportation sont en baisse de 16,8% par rapport au premier semestre de l’année 2017.

En dépit du recul observé sur les revenus de la vente des huiles brutes de pétrole (-33,8%), de l’aluminium brut (-32,8%) et du caoutchouc brut (-33,1%), au cœur de cette baisse de recettes d’exportation, se trouve principalement le repli des ventes dans la filière cacao-café.

En effet, souligne le rapport de l’INS, à fin juin 2018, les recettes d’exportation des fèves de cacao au Cameroun ont chuté de 13,4%. Mais les ventes à l’extérieur ont été encore plus mauvaises sur les produits issus de la première transformation du cacao tels que la pâte et le beurre de cacao, dont les recettes ont respectivement chuté de 89,4% et 90,4% au cours de la période sous revue. Dans le même temps, les recettes d’exportation du café camerounais s’amenuisaient de 30,1%, selon les pointages de l’INS.

Cette baisse des recettes d’exportation, notamment sur le cacao et ses dérivés, peut d’abord s’expliquer par l’insécurité dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest du Cameroun. Cette insécurité plombe les activités de Telcar Cocoa (négociant locale de la firme américaine Cargill), entreprise opérant essentiellement dans cette partie du Cameroun, et qui assure généralement plus de 30% des exportations de fèves du pays.

Ensuite, derrière cette réduction des ventes à l’étranger, se cache le dynamisme observé ces dernières années dans le secteur de la transformation locale des fèves. A titre d’illustration, sur une production nationale commercialisée officiellement estimée à 253 510 tonnes, au cours de la campagne 2017-21018, le Cameroun a localement transformé 53 494 tonnes de fèves, en hausse de plus de 20 000 tonnes par rapport à la campagne cacaoyère 2016-2017.

L’embellie dans le secteur de la transformation est telle qu’une nouvelle unité (Atlantic Cocoa) d’une capacité de 48 000 tonnes extensibles à 64 000 tonnes, entrera en activité à la fin de cette année 2018 dans la zone industrielle du port en eau profonde de Kribi, au Sud du pays. Suffisant pour que Luc Magloire Mbarga Atangana, le ministre camerounais du Commerce, table, en matière de transformation de fèves, sur «une capacité installéede 130 000 à 150 000 tonnes au cours des trois prochaines années».

Brice R. Mbodiam

Lire aussi:

10-08-2018 - Cameroun : remontée de la transformation du cacao et meilleures perspectives sur un an, avec l’entrée en scène d’Atlantic Cocoa

06-08-2018 - A fin mai 2018, les tensions dans les régions anglophones du Cameroun ont fait chuter de 10% les exportations de fèves de cacao

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n84: Avril 2019

Cacao : l’industrie de transformation a le vent en poupe

Entretien avec Louis-Paul Motazé, ministre des Finances



Business in Cameroon n74: April 2019

Cocoa: The transformation industry is thriving

Interview with Louis-Paul Motaze, minister of finances


  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev