logoIC
Yaoundé - 20 octobre 2018 -
Banque

L’offre ferme du Marocain BCP rencontre une opposition pour le rachat de la Bicec, filiale camerounaise de Bpce

L’offre ferme du Marocain BCP rencontre une opposition pour le rachat de la Bicec, filiale camerounaise de Bpce

(Investir au Cameroun) - Le groupe marocain Banque centrale populaire (BCP) va-t-il finalement racheter la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (Bicec), filiale du groupe bancaire français, Banque populaire Caisse d'épargne (Bpce) ?

Cette interrogation va peut-être trouver une réponse à l’issue de la procédure judiciaire qui vient d’être enclenchée au tribunal de Première instance de Bonanjo, à Douala, la capitale économique du Cameroun.

En effet, deux avocats au barreau du Cameroun, Michel Janvier Voukeng et Guy-Alain Tougoua, ont déposé une requête, le 4 octobre 2018, aux fins d’être autorisés à assigner en référé d’heure à heure, les dirigeants de la Bicec, Bpce, la Commission des marchés financiers (CMF) et la Commission bancaire des Etats de l’Afrique centrale (Bicec). L’ouverture du procès est prévue ce 12 octobre 2018.

Dans leur exposé des motifs, ces avocats reprochent à Bpce l’entrée en « négociations exclusives », avec le groupe marocain en vue du projet de cession de ses participations en Afrique. Me Michel Janvier Voukeng et Guy-Alain Tougoua pensent que la Bicec étant l’un des fleurons de l’industrie bancaire du Cameroun, « l’exclusion des nationaux tant personnes physiques que morales du processus de sa cession est une violation grave de principes constitutionnels et de droit public et privé en vigueur au Cameroun ». Ils ajoutent : « Cet ostracisme est particulièrement proscrit par les règles de droit applicables aux multinationales.»

Les requérants sollicitent la réforme du processus initié par le Bpce, du moins en ce qui concerne la Bicec, voire la suspension de celui-ci. La suite de la procédure devrait être riche en rebondissements.

Le Groupe Bpce a annoncé le 24 septembre 2018 qu’il est entré en négociations exclusives avec le Groupe Banque centrale populaire en vue de la cession des participations détenues par Bpce International dans ses filiales africaines.

Au Cameroun, le groupe français détient 68,5% dans la Bicec. A Madagascar c’est 71% dans la Banque Malgache de l’Océan Indien (BMOI). En République du Congo c’est 100% dans la Banque Commerciale Internationale (BCI). Et en Tunisie, Bpce détient 60% dans la Banque Tuniso-Koweitienne (BTK).

« Ce projet permettrait aux banques concernées de s’adosser à un partenaire financier et industriel disposant d’une solide expérience dans le domaine bancaire, et en mesure de développer davantage leur activité en Afrique.», avait indiqué Banque populaire Caisse d'épargne.

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n78: Octobre 2018

L’expansion africaine des entreprises camerounaises

Mirabell Mayack : « Un rêve devenu réalité »



Business in Cameroon n68: October 2018

African expansion of Cameroonian companies

Mirabell Mayack: “A dream come true“


  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev