logoIC
Yaoundé - 25 juillet 2021 -
Economie

Beac : avec une cagnotte de 1327,7 milliards, le Cameroun, le Congo et le Gabon dominent le marché des obligations

Beac : avec une cagnotte de 1327,7 milliards, le Cameroun, le Congo et le Gabon dominent le marché des obligations

(Investir au Cameroun) - Entre mars 2020 et mars 2021, le Cameroun, le Congo et le Gabon ont levé une enveloppe globale de 1327,7 milliards de FCFA, par émissions d’obligations du Trésor assimilables (OTA) sur le marché des titres publics de la Beac. Dans son « rapport de politique monétaire » à fin juin 2021, l’institut d’émission des six pays de la Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, RCA, Tchad et Guinée équatoriale) révèle que le champion de ces emprunts de moyen et long termes (maturité de 2 à 10 ans) est la République du Congo.

Dans le détail, ce pays a levé, au cours de la période sous revue, une enveloppe de 482,2 milliards de FCFA, soit plus de 12 milliards de FCFA que le Cameroun, dont les opérations ont permis au Trésor public d’engranger 470 milliards de FCFA. La République gabonaise, elle, se contente d’une enveloppe totale de 411 milliards de FCFA. « Par maturité, les émissions d’OTA sont dominées par les instruments à 2 ans (491,4 milliards) et à 3 ans (387,6 milliards), qui concentrent plus de la moitié (60,4 %) des montants levés en OTA sur la période sous revue », précise la banque centrale des pays de la Cemac.

Cette dynamique observée autour des émissions d’OTA sur le marché des titres de la Beac a été impulsée dès l’année 2019 par le Cameroun. Le pays avait alors décidé de se recentrer sur le marché des titres publics pour ses emprunts de moyen et long terme, au détriment de la bourse unifiée de l’Afrique centrale. Le mouvement a ensuite été suivi en 2020 par le Congo et le Gabon, puis un peu plus tard et plus timidement par la Guinée équatoriale et le Tchad.

Marché des titres contre marché financier

À l’origine de cette ruée des Trésor nationaux de la Cemac vers les émissions d’OTA à la Beac, en lieu et place des emprunts obligataires sur le marché financier sous-régional, se trouvent la flexibilité du marché des titres publics et surtout la célérité et les coûts des opérations. « Dans un délai maximal de 45 jours, toutes les actions incitatives, de sensibilisation, de communication et de souscription pourront être accomplies, contrairement à l’emprunt obligataire qui prend en moyenne 6 à 8 mois pour aboutir », explique une note interne du ministère camerounais des Finances. Ce document révèle également que les émissions d’OTA sur le marché des titres publics peuvent faire économiser jusqu’à 2% du montant des souscriptions, comparées aux appels publics à l’épargne réputés onéreux.

De plus, fait remarquer Samuel Tela, le directeur de la trésorerie à la direction générale du Trésor du ministère camerounais des Finances, « le marché monétaire est le marché traditionnel des Trésors publics et des banques, pour émettre des OTA, dont la durée moyenne du prêt est plus longue que les emprunts obligataires (sur le marché financier, NDLR). Les OTA offrent un délai de grâce plus long à l’État, dans la mesure où le principal n’est remboursé qu’au terme de sa maturité, contrairement aux emprunts obligataires dont le remboursement intervient généralement par quart, à partir de la 2e année ».

Au regard de ces avantages, le compartiment des obligations du marché des titres publics de la Beac a littéralement explosé, dès l’année 2020. Au point où, révèle la banque centrale dans son « bulletin trimestriel du marché des titres publics de la Cemac » au 2e trimestre 2020, « pour la première fois, depuis le lancement du marché en novembre 2011, les émissions des États ont été dominées au cours de ce trimestre par les titres longs, en l’occurrence les obligations du Trésor assimilables (OTA), qui représentent 53,6% du total des émissions ».

Brice R. Mbodiam

Lire aussi :

18-09-2020 - Marché des titres publics : le coronavirus booste les emprunts à long terme en zone Cemac

electricite-les-industries-demandent-a-eneo-340-mw-d-energie-supplementaire
  Des demandes de fourniture d’électricité déposées chez Eneo, distributeur exclusif de l’énergie électrique au Cameroun, il ressort que les...
le-port-de-douala-casse-les-prix-pour-le-pesage-des-marchandises-en-direction-de-la-rca-et-du-tchad
L’autorité portuaire de la place de Douala-Bonabéri (PAD), principale porte d’entrée des marchandises au Cameroun, vient de baisser les prix de pesage des...
route-soa-awae-esse-le-maitre-d-ouvrage-remonte-les-bretelles-a-bofas-remplacant-du-nigerian-atidolf-defaillant
Au cours d’une mission d’inspection exécutée le 22 juillet, le ministre des Travaux publics (Mintp), Emmanuel Nganou Djoumessi, a remonté les bretelles à...
cacao-leger-flechissement-des-prix-dans-les-bassins-de-production-du-cameroun
Depuis le 22 juillet 2021, les prix moyens du kilogramme de fèves de cacao connaissent une légère baisse dans les bassins de production du pays. Selon le...

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n111 Juillet Août 2021

La Grande Bretagne avance ses pions au Cameroun


Alamine Ousmane Mey : « 8% de croissance annuelle sur 10 ans est un objectif tout à fait réaliste »


Business in Cameroon n101: July August-2021

The UK makes strategic moves in Cameroon


Alamine Ousmane Mey: “8% yearly growth over 10 years is a realistic target

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev