logoIC
Yaoundé - 14 juillet 2020 -
Economie

Le Cameroun rationalise les contrôles en entreprise pour limiter le harcèlement des opérateurs économiques

Le Cameroun rationalise les contrôles en entreprise pour limiter le harcèlement des opérateurs économiques

(Investir au Cameroun) - Les opérateurs économiques en activité au Cameroun poussent un ouf de soulagement à compter de cette année 2020. Et pour cause, dans des notes séparées adressées le 17 décembre 2019 au directeur général des impôts, au directeur général des douanes, à l’inspecteur général des services administratifs et budgétaires et son collègue des régies financières, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motazé (photo), prescrit la « rationalisation des interventions en entreprise des services de contrôle du ministère des Finances ».

« Je suis régulièrement saisi par les milieux d’affaires, qui dénoncent la récurrence des interventions et les chevauchements des contrôles des services du département, un état de choses qui fait peser de graves risques sur le climat des affaires et à la productivité des entreprises », peut-on lire dans les correspondances adressées par le Minfi à ses collaborateurs.

Mieux, Louis Paul Motaze ordonne aussitôt aux inspecteurs généraux en charge des services des régies financières et des services administratifs et budgétaires, au sein de son département ministériel, de suspendre tous les contrôles en cours au sein des entreprises.

Aux directeurs généraux des douanes et des impôts, le ministre des Finances prescrit la mise en œuvre des contrôles conjoints auprès des entreprises, afin de limiter ce qui s’apparente souvent à un harcèlement des opérateurs économiques.

En cas de difficultés pour ces administrations à organiser des contrôles conjoints, du fait de la nature particulière desdits contrôles ou des « contraintes juridiques », Louis Paul Motaze instruit la mutualisation de l’information avec les autres services de son département ministériel, « sous la coordination du secrétaire général (…), afin de prévenir les chevauchements de procédures ».

La décision prise le 17 décembre 2019 rencontre les aspirations des opérateurs économiques locaux. Ces derniers n’avaient de cesse de se plaindre de la multiplication et des chevauchements des contrôles diligentés par divers services spécialisés du ministère des Finances. Une situation qui dresse généralement le lit de la corruption.

BRM  

face-aux-pressions-l-electricien-camerounais-eneo-suspend-a-la-methode-d-estimation-des-consommations-des-clients
Dans une lettre adressée à ses clients le 12 juillet 2020, la société Eneo, concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun, annonce que...
les-six-etats-de-la-cemac-ont-leve-262-3-milliards-de-fcfa-sur-le-marche-monetaire-au-mois-de-mars-2020
Dans son bulletin du marché monétaire, la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac), institut d’émission des six pays de la Cemac (Cameroun, Congo, la...
ethiopian-airlines-devient-la-3e-compagnie-autorisee-a-reprendre-ses-vols-au-depart-et-a-destination-du-cameroun
« Ethiopian Airlines est (…) heureuse d’annoncer la reprise ses vols vers des destinations ouvertes à travers le monde, au départ de Douala et Yaoundé,...
le-cameroun-le-congo-le-gabon-et-le-tchad-decrochent-des-financements-de-155-milliards-de-fcfa-a-la-bdeac
155,05 milliards de FCFA. C’est le montant global des financements que la Banque de développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC) vient d’octroyer...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n98 Juin 2020

Covid 19 Et maintenant, l’étendue des dégâts


Emmanuel de Tailly (SABC) : «Maintenir l’emploi coûte que coûte »


Business in Cameroon n88: June 2020

Covid 19 Its impacts so far


Emmanuel de Tailly (SABC) : «Preserving jobs at all costs»

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev