logoIC
Yaoundé - 28 janvier 2021 -

BannerICBC2021

Economie

Dès 2021, les fournisseurs et prestataires de l’État du Cameroun en délicatesse avec le fisc ne seront plus payés

Dès 2021, les fournisseurs et prestataires de l’État du Cameroun en délicatesse avec le fisc ne seront plus payés

(Investir au Cameroun) - « Dans le cadre de la mise en œuvre des nouvelles réformes fiscales et budgétaires, notamment celles relatives à la prise en compte des contribuables actifs dans la chaîne de la dépense publique, le ministre des Finances (…) porte à la connaissance du grand public que pour compter de l’exercice budgétaire 2021, la qualité de “contribuable actif” sera indispensable pour engager les opérations financières avec l’administration camerounaise ». Telle est la teneur d’un communiqué signé le 11 janvier 2021 par le ministre des Finances, Louis Paul Motaze.

Selon les clarifications apportées par un haut cadre de la direction générale des impôts, ce communiqué du ministre des Finances signifie simplement que les fournisseurs et autres prestataires de l’État ne seront désormais payés que s’ils montrent patte blanche envers l’administration fiscale. Autrement dit, aucune prestation offerte à l’État du Cameroun ne sera plus payée tant que le prestataire ne sera pas à jour du paiement de ses impôts.

Grâce à cette mesure, le Cameroun ajoute ainsi une nouvelle perle au long chapelet des mesures prises ces dernières années, pour non seulement élargir l’assiette fiscale, mais aussi accroître et surtout sécuriser les recettes.

À la faveur de ces réformes, les recettes non pétrolières, principale composante des recettes publiques au Cameroun, ont plus que doublé au cours de la décennie 2009-2019, passant de 855,7 milliards FCFA à 1 944,4 milliards FCFA, soit une progression de 127,2% en valeur relative et 1 088,7 milliards FCFA en termes absolus.

Cette progression constante des recettes, si elle satisfait le gouvernement dont les besoins sont sans cesse croissants, n’est cependant pas du goût des opérateurs économiques, qui n’ont de cesse de dénoncer la pression, voire un « harcèlement fiscal » de la part du fisc. « Notre système fiscal est confiscatoire », aime à dire Célestin Tawamba, le président du Gicam, le regroupement patronal le plus puissant du pays.

BRM

Lire aussi:

07-01-012-Loi de finances 2021 : le Cameroun interdit le paiement des impôts et taxes en espèces

a-fin-2019-le-regulateur-des-telecoms-reclamait-a-camtel-et-nexttel-pres-de-78-milliards-de-fcfa-de-redevances
Au cours de l’année 2019, l’Agence de régulation des télécoms (ART) a recouvré des recettes d’un montant global de 49,9 milliards de FCFA, en baisse...
le-turc-karpowership-propose-au-cameroun-la-production-de-300-mw-d-electricite-dans-un-bateau-au-port-de-douala
Le 25 janvier 2021, une délégation de la société turque Karpowership a été reçue par le Premier ministre camerounais, Joseph Dion Ngute. De bonnes...
conforte-par-les-paiements-de-l-etat-l-electricien-eneo-leve-100-milliards-de-fcfa-aupres-de-huit-banques-locales
Concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun jusqu’en 2031, Eneo, entreprise contrôlée par le fonds d’investissement britannique Actis,...
le-cameroun-elargie-le-spectre-des-marches-pouvant-faire-l-objet-de-passation-electronique
Dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics au Cameroun, le ministre en charge du secteur (Minmap), Ibrahim Talba Malla, a signé le 19...

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n104 Décembre 2020

L’émergence d’une industrie automobile camerounaise


La bataille du « Made in Cameroon »


Business in Cameroon n94-95: Décembre-2020

The rise of Cameroon’s automotive industry


The «Made in Cameroon» war

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev