logoIC
Yaoundé - 16 mai 2022 -
Economie

CAN 2021: au cœur de la bataille entre les sociétés brassicoles SABC et UCB autour des droits d’exclusivité

CAN 2021: au cœur de la bataille entre les sociétés brassicoles SABC et UCB autour des droits d’exclusivité

(Investir au Cameroun) - C’est à une Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football un peu particulière que se livrent l’Union camerounaise de brasseries (UCB) et la Société anonyme des brasseries du Cameroun (SABC), respectivement 3e et leader du marché local. Le 17 janvier 2022, UCB a saisi le secrétaire général de la Confédération africaine de football (CAF), pour dénoncer ce qu’elle considère comme une « violation du droit d’exclusivité » qui lui a été accordé par la CAF, « en vertu du contrat de supporter national » pour la CAN 2021 de football, que le Cameroun accueille depuis le 9 janvier 2021.

En effet, explique le numéro 3 du marché brassicole au Cameroun, à la faveur de ce contrat, l’instance faîtière du football continental a « consenti à UCB un droit d’exclusivité pour son secteur d’activités, à savoir les services de production et de distribution de boissons alcoolisées et non alcoolisées », au cours de la compétition qui s’achève le 6 février 2021. Mais, poursuit UCB, « malgré cette exclusivité sectorielle (…) nous assistons depuis le début de la compétition à des actions menées par la SABC, brasseur concurrent, qui nous privent des avantages liés à notre statut de supporter national ».

À l’appui de son argumentaire, UCB cite le déploiement par le leader du marché brassicole local du matériel de communication publicitaire sur les sites identifiés CAN ; la diffusion à la télévision de contenus publicitaires concurrents concomitamment aux évènements liés à la CAN, à l’instar des conférences de presse d’avant et après match ; l’utilisation de la compétition comme vecteur d’attraction du grand public, avec notamment l’ouverture d’un fan zone à Douala, en partenariat avec la Fédération camerounaise de football (Fecafoot).

Toutes ces « violations du droit d’exclusivité », auxquelles UCB invite la CAF à mettre un terme, sont balayées par la SABC. « Le contrat de supporter national couvre la fourniture en boissons durant la compétition dans les stades et les lieux CAF, notamment les fan zones CAF. Or, il existe une foultitude de fan zones. Jamais, il n’a été question d’obliger les gens à boire Kadji (bière leader de UCB, NDLR) dans les bars, dans les maisons ou dans toutes les fan zones », soulignent les services de communication de la SABC.

Ping-pong accusateur

Pour le leader du marché brassicole au Cameroun, en sa qualité de « sponsor de la Fecafoot et des Lions Indomptables », l’entreprise « accompagne » simplement « la Fecafoot dans son projet de soutien aux Lions Indomptables, à travers cette formidable plateforme de regroupement des supporters (La Tanière du Lion) ». De ce point de vue, tranche cette société brassicole, « le groupe SABC n’a donc violé aucune règle de sponsoring ni usurpé la place de qui que ce soit. Le groupe occupe une place légitime à laquelle il a pleinement droit ».

Ce d’autant plus que, fait remarquer l’entreprise, « les fans villages Fecafoot ont été créés à 80% dans les villes et régions où ne se trouvent pas la CAF », tandis que ceux de Douala et Yaoundé, eux, « sont situés à plus de 10 km des fan zones CAF, alors que l’accord-cadre demande 5 km ». De l’avis de ce brasseur, la Fecafoot et la SABC, à travers les concepts « Le lion peut » et « La tanière du Lion », contribuent plutôt à démocratiser la CAN au Cameroun, en lui apportant « une couverture géographique nationale, pour permettre à tous les supporters camerounais de communier avec notre équipe nationale ».

 Au terme de sa réaction face aux accusations de son concurrent, le groupe SABC lui renvoie l’ascenseur. « Il serait intéressant de rappeler que c’est UCB qui a violé, avant même le début de la compétition, les règles de sponsoring des Lions Indomptables, en affichant une campagne très clairement et explicitement en référence avec les Lions. Ils se sont fait rétorquer par la Fecafoot à ce sujet, dans un courrier du président en date du 3 janvier 2022 ».

BRM

ciment-le-cameroun-autorise-les-importations-du-congo-et-de-la-rdc-pour-satisfaire-la-demande-nationale
Dans une correspondance datant du 10 mai 2022, le ministre du Commerce (Mincommerce), Luc Magloire Mbarga Atangana, demande aux sociétés de...
emprunt-obligataire-2022-le-cameroun-fait-les-yeux-doux-aux-investisseurs-gabonais-et-congolais
Le ministre camerounais des Finances, Louis Paul Motazé (photo), lance ce 16 mai 2022, le Road-show du 6e emprunt obligataire de l’histoire des...
banque-mondiale-le-camerounais-albert-zeufack-nomme-directeur-des-operations-pour-l-angola-la-rdc-le-burundi
Dans une communication interne, la Banque mondiale vient d’annoncer la nomination de l’économiste camerounais Albert Zeufack au poste de directeur des...
bvmac-les-entreprises-affichent-une-capitalisation-boursiere-de-159-milliards-de-fcfa-a-fin-janvier-2022-en-hausse-de-13
Selon les informations du ministère camerounais des Finances, au 31 janvier 2022, les entreprises de la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique...

Cette start-up camerounaise veut lutter contre les déserts médicaux en Afrique

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n120:Avril 2022

Covid-19, guerre en Europe : des entreprises camerounaises vont souffrir


Albert Zeufack: « Le marché le plus important aujourd’hui, c’est l’Asie »


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev