logoIC
Yaoundé - 25 février 2020 -
Economie

Les charges de personnel de certaines entreprises publiques camerounaises dépassent 70% du chiffre d’affaires

Les charges de personnel de certaines entreprises publiques camerounaises dépassent 70% du chiffre d’affaires

(Investir au Cameroun) - Dans un rapport qu’elle vient de rendre public, la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic (CTR), qui s’est appuyée sur un échantillon, révèle que les charges de personnel dans 90% des entreprises publiques sont supérieures à 30% du chiffre d’affaires annuel réalisé par ces structures étatiques.

À en croire la CTR, dans certains cas, ces charges sont « au-dessus de 70% » du chiffre d’affaires de ces entreprises. Toute chose qui, souligne l’organisme en charge de la réhabilitation des entreprises publiques, « ne laisse pas de marge de manœuvre pour un fonctionnement optimal » et même pour le financement des investissements.

 Ce décalage criard entre les charges et le chiffre d’affaires, souligne la CTR, « se traduit par l’accumulation des dettes, le non-renouvellement des équipements qui, pour la plupart, sont obsolètes et grèvent la compétitivité » de ces entreprises. Ce, apprend-on, « malgré l’appui important apporté par l’État dans le cadre des contrats plans ».

Pour rappel, un contrat plan est une convention que l’État signe avec une entreprise publique ou un établissement public, qui rencontre des difficultés d’exploitation, afin de la relancer et la rendre plus compétitive.

Avant de signer ce contrat, l’État et la structure concernés identifient les opérations qui, si elles sont menées à bien, devraient impulser le développement de l’entité concernée. L’État finance alors généralement les opérations les plus importantes, les plus coûteuses et les plus urgentes.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi:

21-01-2020 - Les entreprises publiques du Cameroun emploient plus de 40 000 personnes, dont plus de la moitié pour l’agro-industriel CDC

la-nouvelle-unite-en-charge-du-transport-de-la-fibre-optique-au-cameroun-va-rester-sous-le-controle-de-camtel
Dans une série de tweets, le ministre de Poste et Télécommunications (Minpostel) apporte des précisions sur les réformes envisagées au sein de...
la-moitie-des-occupants-des-logements-sociaux-de-mbanga-bakoko-a-douala-n-ont-pas-de-contrat-avec-la-sic
Dans le cadre de la campagne d’identification des locataires des logements SIC lancée en septembre dernier, le directeur général (DG) de la Société...
louis-paul-motaze-enjoint-au-cenadi-de-mettre-fin-aux-faux-salaires-faux-avancements-et-fausses-pensions
Le 21 février 2020 à Yaoundé, la capitale camerounaise, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, a procédé à l’installation des responsables...
daniel-ona-ondo-les-pays-de-la-cemac-trainent-un-deficit-alimentaire-d-environ-2000-milliards-de-fcfa-par-an
Le 20 février à Douala, en ouvrant les travaux du Comité régional de l’Origine, qui permet d’identifier les produits pouvant bénéficier de la...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n94 Février 2020

Sociétés de transfert d’argent Le Cameroun au cœur de la bataille


Entretien : « Passer d’une administration bureaucratique à une gestion publique performante »


Business in Cameroon n84: February 2020

Money transfer business Cameroon is on the front line


Interview: «Shifting from bureaucratic management to efficient public management»

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev