logoIC
Yaoundé - 18 août 2022 -
Economie

Le magazine Investir au Cameroun scrute les performances des sociétés d’État, accusées de produire de « piètres résultats »

Le magazine Investir au Cameroun scrute les performances des sociétés d’État, accusées de produire de « piètres résultats »

(Investir au Cameroun) - « Entreprises publiques, un fardeau pour l’État ». Tel est le titre du dossier que livre le magazine Investir au Cameroun, dans son édition de mars 2020 actuellement disponible S’inspirant du rapport 2019 de la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic (CTR), votre magazine scrute les performances de ces entreprises publiques, qui, selon le FMI, sont passées maîtresses dans l’art de produire de « piètres résultats ».

Pour preuve, nombre d’entre elles, au lieu de procurer des dividendes à l’État-actionnaire, sont devenues des espèces de parasites, qui vivent au dépend du Trésor public, dont elles menacent d’ailleurs l’équilibre en raison de leur endettement abyssal. Mais, il n’y a pas que du mauvais dans le portefeuille de l’État. Il y’en a aussi qui, du fait de leurs performances enviables, donnent à espérer de l’entreprenariat public dans le pays.

La nouvelle livraison de votre magazine c’est également un entretien avec le tout nouveau patron en Afrique centrale de la Société financière internationale (SFI), filiale de la banque mondiale dédiée au financement du secteur privé. Basé à Douala, la capitale économique camerounaise, l’Ivoirien Sylvain Kakou révèle les ambitions de cette structure de financement pour le Cameroun, notamment la fenêtre ouverte aux start-ups.

Comme à l’accoutumée, la nouvelle livraison de votre magazine revient sur les faits marquants qui ont ponctué l’actualité économique dans le pays au cours des dernières semaines. Avec notamment la première introduction d’une structure financière à la bourse sous-régionale, basée à Douala, opération dont la particularité est de pouvoir acheter des actions via le Mobile Money. Ce mode de paiement s’impose de plus en plus dans les transactions commerciales et financières dans la zone Cemac, notamment au Cameroun.

BRM

marches-publics-jugee-frauduleuse-la-pratique-des-rabais-consentis-manuscrits-desormais-interdite-au-cameroun
La pratique des « rabais consentis » manuscrits qui consiste pour les soumissionnaires d’indiquer après l’ouverture des offres, dans leur acte...
le-brasseur-sabc-offre-des-couveuses-made-in-cameroun-a-8-hopitaux-pour-ameliorer-la-prise-en-charge-des-prematures
Le 16 août 2022, la SABC, l’entreprise leader du marché brassicole au Cameroun, a procédé à la remise de huit couveuses fabriquées localement à huit...
budget-le-cameroun-peine-a-tenir-compte-de-l-egalite-homme-femme-malgre-les-instructions-de-paul-biya
Dans sa récente circulaire relative à l’intégration et à l’évaluation de la budgétisation sensible au genre (c’est-à-dire qui tient en compte l’égalité...
rentree-scolaire-la-start-up-camerounaise-evo-solutions-lance-un-service-de-commande-et-de-livraison-de-manuels
En composant le numéro court 8098 sur son téléphone, il est désormais possible pour les parents d’élèves vivants dans les villes de Yaoundé et Douala...

Les banques du Cameroun dominent à 78% le marché des titres publics au Gabon à fin 2021 avec Ecobank Cameroun qui détient la plus grande part de marché (17,50 %)

InfographieIAC banques camerounaises

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev