logoIC
Yaoundé - 25 février 2020 -
Economie

Louis Paul Motaze se pose en sapeur-pompier dans le conflit ouvert entre le patronat et le fisc camerounais

Louis Paul Motaze se pose en sapeur-pompier dans le conflit ouvert entre le patronat et le fisc camerounais

(Investir au Cameroun) - Louis Paul Motaze (photo), le ministre des Finances (Minfi), a signé le 23 janvier, une note d’information. Dans ce document, le Minfi « encourage » la communauté des affaires à garder l’« esprit de dialogue » et à utiliser les cadres de concertation public-privé « pour l’examen et la résolution des problèmes qui se poseraient dans leurs activités respectives ».

Comme l’indique Louis Paul Motaze, sa sortie est une réaction à la correspondance envoyée au chef de l’État, Paul Biya, 16 janvier dernier, par le président du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), Célestin Tawamba. Cette lettre, qui a fuité dans la presse et les réseaux sociaux, a en objet : « rupture consommée des relations entre le directeur général des impôts (DGI) et les entreprises ».

Dans cette correspondance, le président du Gicam accuse le DGI de « ramer à contre-courant » des « hautes directives » du président de la République visant à redresser l’économie du pays. Modeste Mopa le ferait « par des faits porteurs des germes susceptibles de mettre à mal les relations entre l’État et le secteur privé et de compromettre irrémédiablement l’investissement et le développement des entreprises ».

Il est notamment reproché au DG des impôts, « son inaptitude à dialoguer et à faire face à la contradiction, le refus de délivrer des documents administratifs qui a entraîné des retards considérables dans la réalisation des investissements, son incapacité à concevoir une politique fiscale à court et moyen termes de nature à impulser la croissance tout en assurant un niveau appréciable de recettes à l’État, sa méconnaissance de la réalité de l’entreprise », selon les termes de la lettre du président du Gicam.

Dans son programme économique et financier conclu avec le Fonds monétaire international (FMI), le Cameroun s’est engagé à accroitre le taux annuel de pression fiscale en moyenne de 0,5% du produit intérieur brut (PIB) entre 2017 et 2019.

À en croire Louis Paul Motaze, « cet objectif de maximisation du recouvrement des recettes fiscales et douanières (peut) présenter un potentiel conflictuel avec les différents contribuables ». Conscient de cela, soutient le Minfi, « le gouvernement s’est résolument engagé dans une perspective de dialogue permanent et fécond avec le secteur privé ». « Le Premier ministre anime, pour ce faire, des discussions régulières avec le secteur privé dans le Cameroon Business Forum. De même, des cadres de concertation avec le secteur privé ont été créés par le ministre des Finances en 2019 et se tiennent très souvent aux fins de rechercher les voies de consensus aux différents problèmes qui peuvent se poser », assure le ministre des Finances. Pour Louis Paul Motaze, c’est donc au sein de ces « cadres de concertation » que le Gicam devrait poser ses problèmes.

SA

la-moitie-des-occupants-des-logements-sociaux-de-mbanga-bakoko-a-douala-n-ont-pas-de-contrat-avec-la-sic
Dans le cadre de la campagne d’identification des locataires des logements SIC lancée en septembre dernier, le directeur général (DG) de la Société...
louis-paul-motaze-enjoint-au-cenadi-de-mettre-fin-aux-faux-salaires-faux-avancements-et-fausses-pensions
Le 21 février 2020 à Yaoundé, la capitale camerounaise, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, a procédé à l’installation des responsables...
daniel-ona-ondo-les-pays-de-la-cemac-trainent-un-deficit-alimentaire-d-environ-2000-milliards-de-fcfa-par-an
Le 20 février à Douala, en ouvrant les travaux du Comité régional de l’Origine, qui permet d’identifier les produits pouvant bénéficier de la...
en-2019-le-cameroun-a-pu-mobiliser-643-milliards-de-fcfa-par-emission-de-titres-publics
Les activités du gouvernement camerounais sur le marché des titres publics ont permis de renflouer les caisses de l’État à hauteur de 643 milliards de...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n94 Février 2020

Sociétés de transfert d’argent Le Cameroun au cœur de la bataille


Entretien : « Passer d’une administration bureaucratique à une gestion publique performante »


Business in Cameroon n84: February 2020

Money transfer business Cameroon is on the front line


Interview: «Shifting from bureaucratic management to efficient public management»

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev