logoIC
Yaoundé - 20 septembre 2019 -
Electricité

Grâce au barrage de Lom Pangar, le Cameroun vient de traverser « l’étiage le plus calme depuis 10 ans », selon l’électricien Eneo

Grâce au barrage de Lom Pangar, le Cameroun vient de traverser « l’étiage le plus calme depuis 10 ans », selon l’électricien Eneo

(Investir au Cameroun) - Cette année, la demande en énergie électrique au Cameroun a augmenté de 9%, révèle l’électricien Eneo, dans une correspondance adressée au ministre de l’Energie et de l’Eau, le 16 juin dernier. Cette hausse de la demande a induit un besoin de production supplémentaire de 50 MW, apprend-on.

Mais, en dépit de cette hausse de la demande, les consommateurs d’électricité n’ont pas beaucoup ressenti les délestages habituels (notamment dans la partie Sud du pays, puisque la situation s’est plutôt aggravée dans les trois régions septentrionales), qui sont d’ailleurs souvent plus intenses pendant la période d’étiage, du fait de la baisse de la production, elle-même induite par la réduction du niveau des eaux dans les barrages du pays.

A l’origine de cette amélioration de l’offre d’électricité observée dans le réseau interconnecté Sud, soutient la société Eneo, se trouve une combinaison de deux facteurs majeurs. Il y a d’abord, indique la firme contrôlée par le fonds d’investissement britannique Actis, «la mise en eau du barrage de Lom Pangar, qui a permis d’obtenir un débit régularisé de la Sanaga entre 960 m3/s et 1090 m3/s», offrant ainsi «aux centrales de Songloulou et d’Edéa de produire près de 10% d’énergie de plus que l’année dernière à la même période, soit 193 GWh».

Ensuite, apprend-on officiellement, les travaux réalisés dans les centrales ont permis d’obtenir des taux de disponibilité des machines plus élevés (de 91% à 93% dans l’hydro et de 66 à 83% dans le thermique). Ainsi, la réhabilitation de la centrale de Limbé (région du Sud-Ouest) a, par exemple, permis d’augmenter la capacité de production de cette infrastructure de 33 MW, contre 6 MW supplémentaires pour la centrale thermique de Bafoussam (région de l’Ouest), et 12 MW pour la centrale d’Oyobang, dans la région du Centre.

Mais, par-dessus tout, le catalyseur principal de cette embellie dans l’offre d’électricité, cette année (même si des pannes de réseau continuent d’induire des ruptures dans la distribution de l’énergie électrique dans plusieurs villes), souligne-t-on chez Eneo, est la régularisation des débits sur le fleuve Sanaga (sur lequel se trouve environ 75% du potentiel hydroélectrique du pays), rendue possible grâce à la mise en eau du barrage de Lom Pangar, construit dans la région de l’Est.

Construit par la société chinoise CWE, le barrage de Lom Pangar, d’une capacité de retenue d’eau de 6 milliards de mètres cubes d’eau, est le plus grand jamais construit au Cameroun. Sa mise en eau partielle intervenue en septembre 2015, alors qu’il avait déjà retenu plus de 3 milliards de mètres cubes d’eau, avait déjà permis une gestion moins pénible de l’étiage 2016. Cet aménagement hydroélectrique intègre également la construction d’une usine de pied d’une capacité de production de 30 MW, dont les travaux sont en cours de réalisation par la société China Camc Engineering.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi:

30-11-2015 - Mise en eau partielle du barrage de Lom Pangar au Cameroun : le satisfécit des bailleurs de fonds 

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n89: Septembre 2019

Le coût faramineux de la « crise anglophone »


Décollage réussi pour la Transahélienne de Camair-Co


Business in Cameroon n79: September 2019

The outstanding cost of the Anglophone Crisis


Camair-Co: The Trans-Sahelian line successfully launched

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev