logoIC
Yaoundé - 27 février 2024 -
Energie

Pipeline : comment Boko Haram a fait perdre au Cameroun des milliards de FCFA de droit de transit du pétrole nigérien

Pipeline : comment Boko Haram a fait perdre au Cameroun des milliards de FCFA de droit de transit du pétrole nigérien

(Investir au Cameroun) - Le Premier ministre de transition du Niger, Ali Mahaman Lamine Zeine, a présidé le 1er novembre 2023, la cérémonie d’inauguration d’un pipeline de 2 000 km reliant les champs pétroliers nigériens d’Agadem (plus de 1 500 km de Niamey) au port de Seme, au Bénin. Investissement d’un montant total de 2,3 milliards de dollars (environ 1 200 milliards de FCFA), cet oléoduc permet au Niger d’exporter son pétrole vers le marché international depuis le port béninois sus-mentionné, au détriment du port en eau profonde de Kribi, cité balnéaire de la région du Sud du Cameroun, initialement choisi.

« Le pétrole que nous nous proposons d’exploiter se situe dans la zone orientale de notre pays, à proximité de la frontière avec le Tchad. Le président Issoufou a trouvé commode, pratique et économique de le faire exporter à travers un pipeline que nous raccordons à l’oléoduc déjà en exploitation, qui relie le Tchad au port de Kribi », avait révélé le 28 février 2012 à Ndjamena, celui qui était alors le ministre des Affaires étrangères du Niger, Mohammed Bazoum. C’était au sortir d’une audience avec le chef de l’État tchadien, le défunt Idriss Déby Itno.

Le 30 octobre 2013 à Yaoundé, soit un peu plus d’un an après l’annonce faite dans la capitale tchadienne, le projet était matérialisé dans la capitale camerounaise, à travers la signature entre les autorités locale et nigérienne d’un accord bilatéral fixant les conditions de transit du pétrole nigérien sur le territoire camerounais. En effet, le Cameroun abrite environ 1 000 km de l’oléoduc de 1070 km reliant les champs pétroliers du Tchad au port en eau profonde de Kribi. Avec le projet de Niamey, il se profilait alors une nouvelle et importante source de revenus pour le Cameroun, grâce au droit de transit.

Pour rappel, le droit de transit est l’impôt que payent au Trésor public camerounais les sociétés pétrolières qui exportent leur brut via le pipeline Tchad-Cameroun, en fonction des quantités exportées. Sur chaque baril de pétrole tchadien qui transite sur son territoire, par exemple, le Cameroun perçoit des entreprises exploitant le pétrole au Tchad une redevance de 1, 321 dollar. Cette redevance, qui était d’abord de 0,41 dollar, a été réajustée à la demande du Cameroun en 2013, puis en 2018, après d’âpres négociations. L’avenant à la convention d’établissement de Cotco (l’entreprise qui exploite le pipeline), signé le 29 octobre 2013, prévoit la revalorisation de cette redevance tous les 5 ans, sur la base moyenne des taux d’inflation annuels enregistrés au Cameroun pendant cette période. Sur cette base, le taux du droit de transit devrait à nouveau être revalorisé à partir du 1er octobre 2023.

La menace Boko Haram

Concrètement, au cours de la période de 3 ans allant de 2020 à 2022, le droit de transit du pétrole tchadien sur le territoire camerounais a rapporté au pays des recettes globales d’un montant de 113,6 milliards de FCFA, selon les données révélées par la direction générale des douanes du ministère des Finances. À en croire la même source, pour la seule année 2022, le Cameroun a engrangé 36,5 milliards de FCFA au titre de cette taxe. Ce qui correspond à une augmentation de près de 5 milliards de FCFA, par rapport aux 31,3 milliards de FCFA encaissés en 2021.

Fort de l’exemple tchadien, l’exploitation du pétrole au Niger, pays qui ambitionne d’exporter 90% des 200 000 barils de brut par jour projetés dans les champs d’Agadem dès 2026, devait procurer d’importantes recettes au Cameroun. Mais, tout va basculer à partir de la fin d’année 2014. Les autorités nigériennes commencent à hésiter sur le raccordement au pipeline Tchad-Cameroun. Officiellement, les raisons de cette hésitation sont « l’insécurité grandissante à ses frontières et la menace permanente que fait désormais peser la secte fondamentaliste Boko Haram dans la région du lac Tchad ».

C’est ainsi que « jugé moins exposé » à la menace Boko Haram, le Bénin sera finalement choisi pour permettre l’exportation du brut nigérien, à travers un pipeline de 2 000 km, soit pratiquement 3,5 fois plus long que les 600 km d’oléoduc nécessaires pour relier les champs pétroliers nigériens d’Agadem au pipeline Tchad-Cameroun. Les travaux de construction ont été lancés le 17 septembre 2019, pour une livraison en 2022. Le chantier sera finalement livré avec retard, suite à la pandémie du Covid-19 de 2020. L’oléoduc Niger-Benin a été construit par la China National Petroleum Corporation (les bisbilles entre cette société et le Tchad ont également pesé dans la décision de préférer un oléoduc plus coûteux vers le Bénin que le raccordement à celui entre le Tchad et le Cameroun, NDLR), qui a également développé les champs d’Agadem, dont l’exploitation ne procurera finalement aucun dividende au Cameroun. À cause de Boko Haram.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi :

03-11-2017 - En 2018, le Niger relancera les négociations pour évacuer son pétrole via le pipeline Tchad-Cameroun

22-09-2023 - Revalorisable dès octobre 2023, le droit de transit du pétrole tchadien rapporte au Cameroun 113,6 milliards en 3 ans

22-11-2018 - COTCO, l’opérateur du pipeline Tchad-Cameroun, compte doubler les volumes de pétrole transportés à l’horizon 2022

transport-urbain-et-interurbain-la-nouvelle-hausse-des-tarifs-devrait-entretenir-l-inflation-au-cameroun-en-2024
Dans le prolongement des mesures d’accompagnement décidées par le gouvernement (après l’augmentation des salaires et des allocations familiales), pour...
or-le-britannique-oriole-resources-annonce-la-reprise-des-travaux-d-exploration-sur-son-projet-mbe-au-cameroun
La junior-minière britannique Oriole Resources a annoncé le 26 février 2024 avoir relancé les travaux d’exploration d’or sur son projet Mbé, situé...
l-entreprise-allemande-grohe-accompagne-l-institut-technique-don-bosco-d-ebolowa-dans-le-cadre-de-son-programme-give
Ce vendredi 23 février, l'Institut Technique Don Bosco d'Ebolowa a accueilli une multitude d'invités de marque sur son campus. Parmi eux, l'évêque du...
aboudi-ottou-redaction-en-chef-d-investir-au-cameroun-prime-pour-son-courage-et-la-qualite-de-ses-enquetes-en-2023
Le journaliste Aboudi Ottou (photo), coordonnateur du Bureau Cameroun de l’Agence Ecofin et rédacteur en chef d’Investir au Cameroun, vient de remporter...

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev