logoIC
Yaoundé - 16 avril 2024 -
Energie

Électricité : les aciéries s’opposent à la hausse des tarifs qui menacerait plus de 1 000 emplois dans la filière

Électricité : les aciéries s’opposent à la hausse des tarifs qui menacerait plus de 1 000 emplois dans la filière

(Investir au Cameroun) - Dans une correspondance adressée le 6 janvier 2023 au directeur général de l’Agence de régulation du secteur de l’électricité (Arsel), l’Organisation camerounaise des industries de transformation de l’acier (Ocita) sollicite le retrait pur et simple de la décision prise le 12 décembre 2022 par le régulateur. Celle-ci consacre une augmentation de 30% du tarif d’électricité applicable aux clients de la catégorie dite « grands comptes », à laquelle appartiennent les membres de l’Ocita. À en croire la corporation des sidérurgistes-métallurgistes, la mise en application de cette décision entraînera des « conséquences très graves pour les industries, les consommateurs et l’économie en général ».

« Si la mesure d’augmentation du prix de l’énergie venait à persister, elle devrait induire une augmentation du coût de production de l’ordre de 14 000 FCFA/tonne de fer à béton ; contraindre à une augmentation du prix final au consommateur que l’État ne souhaite pas ; menacer la stabilité de plus de 1 000 emplois dans la filière (soit environ 20% des emplois globaux, NDLR) ; compromettre les capacités de production des industriels et rendre ainsi difficile l’approvisionnement régulier et suffisant du marché ; compromettre la stratégie gouvernementale de développement industriel, de promotion de l’import-substitution dans un contexte de déséquilibre de la balance commerciale et d’ouverture des marchés à l’export (Zlecaf) ; contredire les orientations gouvernementales visant la promotion d’un secteur privé compétitif ; et aggraver les difficultés structurelles d’une filière quasiment en survie depuis une bonne période », détaille l’Ocita.

Pour rappel, la décision de l’Arsel de revoir à la hausse les tarifs d’électricité applicables aux entreprises, en général, survient dans un contexte d’accès difficile à l’énergie électrique, notamment pour les transformateurs de l’acier. En effet, suite à un incendie survenu en septembre 2022 sur le transformateur fournissant l’énergie électrique aux clients « grands comptes » de la zone industrielle de Douala-Bassa, les transformateurs de l’acier avaient dû, pendant une vingtaine de jours, mettre un bémol sur leurs activités de production, avec à la clé d’importantes pertes et des charges non compensées.

Des pénuries en vue

Le remplacement du transformateur consumé (50 MVA) par un autre de capacité plus faible (36 MVA) n’a jusqu’ici pas réussi à stabiliser la fourniture de l’énergie électrique dans la zone industrielle de Douala-Bassa, qui abrite toutes les aciéries du pays. De sources internes à la filière, en raison de la faiblesse du nouveau transformateur, les usines de production fonctionnent au rythme des interruptions de la fourniture de l’énergie électrique, devenues le lot quotidien de ces entreprises.

Pis, en date du 21 décembre 2022, le directeur général de la société d’électricité Eneo a fait tenir aux responsables des sociétés Aciéries du Cameroun, Prometal et Metafrique, un « programme d’effacement » de leurs usines de production du réseau électrique, à compter du mois de janvier 2023. À en croire le producteur et distributeur de l’électricité, ce programme d’effacement a pour objectif de préserver le nouveau transformateur sus-mentionné.

Pour l’Ocita, le rationnement de l’électricité qu’Eneo se prépare à mettre en œuvre imposera à la plupart des usines de transformation de l’acier de ne produire que quatre jours par semaine. Avec pour conséquences immédiates des mises en congé technique des employés, des licenciements pour motifs économiques, et des baisses importantes de production devant provoquer des pénuries sur le marché et des pertes financières pour les entreprises productrices.

Ces conséquences sont d’autant plus envisageables que le gaz naturel, souvent utilisé par les industries de transformation de l’acier comme substitut de l’énergie électrique, fait désormais l’objet d’une taxation spécifique dans le cadre de la loi de finances 2023 de l’État. Selon ce texte que vient de promulguer le président de la République, les industriels utilisant le gaz naturel devront désormais payer 70 FCFA par mètre cube de combustible consommé en guise de taxe spéciale sur les produits pétroliers (TSPP). Ce qui aggrave l’augmentation de leurs coûts de production observée depuis le déclenchement du conflit russo-ukrainien (les deux fournisseurs de matières premières aux aciéries). Une guerre elle-même précédée par la pandémie de Covid qui a impacté négativement la majorité des entreprises.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi :

29-12-2022 - Fer à béton : importations, délestages, hausse du tarif d’électricité, taxation du gaz étouffent les producteurs locaux

mairie-de-douala-le-mobile-money-bientot-admis-comme-moyens-de-paiement-des-taxes-et-autres-droits
Le maire de Douala, Roger Mbassa Ndine, le directeur général de MTN Cameroon, Mitwa Ng'ambi, et le directeur général de Mobile Money Corporation (MMC,...
cacao-le-cameroun-recense-les-beneficiaires-de-la-prime-sur-la-qualite-pour-les-saisons-2020-2021-et-2021-202
Les opérations de recensement des producteurs de cacao éligibles à la prime à la qualité des fèves débutent ce 16 avril 2024, dans tous les bassins de...
projet-de-bus-rapid-de-yaounde-le-lineaire-de-la-phase-pilote-connu
Le corridor pilote du projet de Bus Rapide Transit (BRT) de Yaoundé va relier Olembe, à l’entrée nord de la capitale, à Ahala, situé dans la partie la...
indication-geographique-l-oapi-organise-un-colloque-international-a-douala-pour-valoriser-les-produits-locaux
L’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) et ses partenaires, organisent, du 17 au 19 avril 2024 à Douala, capitale économique...

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev