logoIC
Yaoundé - 17 septembre 2019 -
Finance

Afin de juguler la crise des devises, le patronat camerounais propose la suspension temporaire de certaines importations

Afin de juguler la crise des devises, le patronat camerounais propose la suspension temporaire de certaines importations

(Investir au Cameroun) - « Face aux menaces réelles de paralysie de l’économie, le Gicam maintient le contact avec les autorités monétaires pour que des solutions à cette problématique soient identifiées et mises en œuvre. Le Gicam propose notamment que trois mesures conservatoires soient prises dans l’urgence, qui permettront de limiter les effets néfastes de cette crise des devises : la suspension temporaire de l’importation de certains produits ; le contingentement de l’importation de produits plus ou moins essentiels ; et la priorité donnée au paiement des importations de produits et services essentiels ainsi que des secteurs stratégiques ». Telles sont les mesures proposées aux autorités monétaires de la Cemac par le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), afin de juguler la crise des devises qui sévit dans cet espace communautaire depuis plusieurs mois.

Selon Célestin Tawamba, président du Gicam, la principale organisation patronale du Cameroun, la rareté actuelle des devises est « d’une ampleur sans précédent ». Cette situation se traduit au sein des entreprises locales, explique-t-il dans un communiqué officiel, par « un ralentissement considérable des opérations d’importation d’intrants, produits et équipements de production, ainsi que de maintenance de l’outil de production ». La gravité de la situation est telle que si rien n’est fait dans l’urgence, soutient le président du Gicam, « à plus ou moins brève échéance », la pénurie des devises au Cameroun et dans l’ensemble de la zone Cemac « pourrait contraindre les entreprises à suspendre, voire cesser leurs activités, du fait d’une perte de confiance dans des relations distendues avec leurs fournisseurs et partenaires extérieurs ».

À en croire l’organisation patronale la plus représentative du Cameroun, au-delà du coup dur porté aux importations, la crise actuelle des devises recèle bien d’autres dangers pour l’économie. « Les entreprises sont exposées à la perte de protection de leurs actifs, en lien avec le non-paiement effectif des primes dues aux compagnies de réassurance internationales. Le risque pays se dégrade et tend à détourner les assureurs-crédit de nos entreprises », soutient le président du Gicam.

Réglementation des opérations de change

Pour rappel, la pénurie des devises dans la Cemac découle du dessein de la Beac, banque centrale des six États de la Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, RCA et Tchad), de limiter la saignée du compte des opérations. Cette caisse commune aux États de la Cemac, qui est logée au Trésor français pour soutenir les importations des pays de la Cemac, a été très sollicitée et peu renflouée depuis 2015, à cause de la chute des prix des matières premières (notamment le pétrole brut) exportées par les pays de la Cemac.

Afin de reconstituer ce compte des opérations et de le maintenir à un niveau permettant d’éviter une dévaluation du FCFA, la Beac a entrepris de durcir les conditions des transferts des fonds à l’international. Cette politique monétaire restrictive se traduit par le difficile accès aux devises auprès des banques commerciales. Accusée par les banques d’être à l’origine de la rareté des devises, la Beac a toujours rejeté la responsabilité sur les banques commerciales. Elle les accuse à son tour d’entretenir des « pénuries artificielles ».

Dans l’optique de restreindre l’accès aux devises, la Beac a rendu publique une nouvelle règlementation sur le change jugée beaucoup plus contraignante. Le 10 juin 2019, cette banque centrale a défini « les conditions et modalités d’utilisation hors de la Cemac des instruments de paiement électronique ». Il y est prescrit que désormais, le montant des opérations de paiement et de retraits sur des guichets et terminaux situés à l’extérieur de la Cemac est plafonné à cinq millions de FCFA par individu et par voyage, et que le règlement des transactions à distance, notamment les paiements en ligne, est plafonné à un million de FCFA par personne et par mois. Au-delà de ces montants, les transactions doivent être justifiées.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi:

27-06-2019 - La Beac plafonne les retraits et paiements par carte bancaire hors de la Cemac

23-05-2019 - Le patronat camerounais tire la sonnette d’alarme sur le risque de pénurie des produits importés due à la rareté des devises

28-03-2019 - La BEAC durcit les conditions d'ouverture d'un compte en devises hors et dans la CEMAC

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n89: Septembre 2019

Le coût faramineux de la « crise anglophone »


Décollage réussi pour la Transahélienne de Camair-Co


Business in Cameroon n79: September 2019

The outstanding cost of the Anglophone Crisis


Camair-Co: The Trans-Sahelian line successfully launched

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev