logoIC
Yaoundé - 17 décembre 2018 -
Finance

Quatre banques locales injectent 120 milliards FCFA dans le projet de construction du barrage de Nachtigal (420 MW), au Cameroun  

Quatre banques locales injectent 120 milliards FCFA dans le projet de construction du barrage de Nachtigal (420 MW), au Cameroun  

(Investir au Cameroun) - Un consortium de quatre banques locales formé par SCB Cameroun, filiale locale du groupe bancaire marocain Attijariwafa ; Standard Chartered Bank Cameroun ; BICEC, filiale du groupe français BPCE ; et Société Générale Cameroun, ont mobilisé une enveloppe de 120 milliards de francs Cfa, afin de participer au financement du projet de construction du barrage de Nachtigal (420 MW), dans la région du Centre du pays.

Cette mobilisation des fonds s’est faite dans le cadre d’une opération arrangée par la filiale camerounaise de Société Générale (SG), qui a, à elle seule, misé 50 milliards de francs Cfa, soit près de 50% de l’enveloppe globale, a-t-on appris le 29 novembre 2018 à Dakar, la capitale sénégalaise. C’était au cours d’une table ronde sur «les financements structurés», organisée par le groupe SG, qui ambitionne d’augmenter de 20% sur 3 ans, ses engagements sur le financement des infrastructures en Afrique, dans le cadre de son programme «Grow with Africa».

Selon Mohamed El Fadel Kane, le responsable de la plateforme financements structurés pour la région Afrique de l’Ouest à la Société Générale, les financements mobilisés par ces quatre banques locales sur le projet Nachtigal sont entièrement garantis par la Banque mondiale.

« Il s’agit d’une garantie assez complexe, qui nous a permis d’étendre la facilité à 21 ans, parce qu’il n’est pas possible, au Cameroun, d’avoir des facilités de plus de 7 ans.», explique Mohamed El Fadel Kane. Avant de préciser : « cette garantie nous a permis d’avoir une maturité de 21 ans, structurée en 7 ans fois 3, de telle sorte qu’au bout de chaque période de 7 ans, chacune des banques concernées puisse sortir du deal si elle a besoin de la liquidité».   

Pour rappel, c’est le 8 novembre 2018 à Paris en France, que le ministre camerounais des Finances, Louis Paul Motazé, a signé les accords relatifs au financement du projet de construction du barrage de Nachtigal, avec 15 prêteurs internationaux et un consortium de quatre banques locales. Officiellement, ces 19 prêteurs ont mobilisé une enveloppe globale de 786 milliards FCfa.

Selon le gouvernement camerounais, les travaux de construction de cette infrastructure énergétique débuteront au cours de ce mois de décembre 2018, et vont durer 57 mois. Le contrat y relatif, a été confié à Besix Group, entreprise belge du secteur de la construction, qui réalisera l’ouvrage en partenariat avec la société française NGE (Nouvelles générations d’entrepreneurs, leader du terrassement en France) et la Société générale des travaux du Maroc (SGTM).

Construit sur le fleuve Sanaga, qui abrite 75% du potentiel hydroélectrique du Cameroun, le barrage de Nachtigal permettra d’augmenter de 30% les capacités de production actuelles du pays. Ce projet est porté par la société Nachtigal Hydro Power Company (NHPC), dont le capital est détenu à 40% par Electricité de France (EDF), 30% par l’Etat du Cameroun et 30% par la SFI. Après sa construction, l’ouvrage sera exploité par NHPC pendant une durée de 35 ans, selon la convention signée avec l’Etat camerounais.

« Le projet de Nachtigal, l’un des très rares partenariats public-privé (PPP) à avoir vu le jour dans le secteur de l’hydroélectricité en Afrique subsaharienne, va accélérer la réalisation des objectifs de développement du Cameroun, et notamment la réduction de la pauvreté.», soutient Elisabeth Huybens, la directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Cameroun.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi:

11-11-2018 - Le Cameroun réussit à mobiliser près de 800 milliards FCFA, pour la construction du barrage de Nachtigal (420 MW)

 04-05-2018 - Nachtigal Hydro Power Company s’engage à réserver 1 000 emplois directs sur 1 500, aux riverains du barrage de Nachtigal 

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n79: Novembre 2018

Le secteur financier camerounais se digitalise à grande vitesse

L’anacarde, un vaste potentiel de revenus et d’emplois



Business in Cameroon n69: November 2018

Cameroon’s finance sector goes through rapid digitalization

Cashew, a sector with great potential, both for revenues and job creation


  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev