logoIC
Yaoundé - 25 février 2020 -
Finance

Du fait du programme avec le FMI et des avances de la Beac, la dette publique du Cameroun a cru de 37% en moins de 2 ans

Du fait du programme avec le FMI et des avances de la Beac, la dette publique du Cameroun a cru de 37% en moins de 2 ans

(Investir au Cameroun) - En s’adressant aux parlementaires camerounais le 8 juillet 2019 à Yaoundé, en prélude au débat d’orientation budgétaire, le ministre des Finances, Louis Paul Motazé (photo), a révélé que l’encours de la dette publique et à garantie publique a progressé de 37% sur une période de moins de 2 ans.

Selon ce membre du gouvernement camerounais, cette hausse vertigineuse de la dette publique s’explique par plusieurs évènements et autres décisions ayant marqué les finances publiques. Il s’agit d’abord de la signature par le gouvernement camerounais d’un programme économique et financier triennal avec le Fonds monétaire international (FMI).

Ce programme, qui s’achève au cours de cette année 2019 a, selon le ministre Motazé, induit des appuis budgétaires en faveur du Cameroun, pour un montant de plus de 714 milliards de FCFA.

Ensuite, a expliqué le ministre des Finances aux parlementaires, le gouvernement camerounais a dû consolider ses avances statutaires de la Beac en une « dette structurée de 557 milliards de FCFA ».

Enfin, en plus de l’emprunt obligataire de 200 milliards de FCFA lancé en 2018 sur le marché financier camerounais, l’État du Cameroun a dû mobiliser d’autres financements, notamment extérieurs, pour poursuivre les grands travaux d’infrastructures dans le pays, principalement en prélude à l’organisation de la CAN 2021.

Selon le ministre Motazé, dans l’optique d’éviter un surendettement au pays, le gouvernement se propose, au cours des trois prochains exercices budgétaires, d’implémenter une « politique d’endettement rigoureuse et contrôlée, en vue d’atténuer la vulnérabilité à moyen terme ».

À titre de rappel, au 30 avril 2019, l’encours de la dette publique camerounaise s’établissait à 7 557 milliards de FCFA. Elle est en hausse de 3,3% par rapport à la situation à fin décembre 2018 et de 15,5% en glissement annuel. Au demeurant, cette dette, qui ne représente qu’un peu plus de 35% du PIB, demeure soutenable. Les critères de convergence de la Cemac établissent en effet le plafond de l’endettement à 70% du PIB.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi:

08-10-2019- Jusqu’en 2026, le Cameroun aura « d’énormes difficultés » à régler sa dette à bonne date (gouvernement)

11-07-2019 - Au premier trimestre 2019, le Cameroun a payé des dettes pour 138,2 milliards de FCFA

21-05-2019 - Le Cameroun demande le soutien de la Banque mondiale et la BAD pour résoudre ses problèmes d’endettement

le-brasseur-camerounais-sabc-investit-12-milliards-de-fcfa-dans-une-nouvelle-ligne-de-production-a-douala
Le 26 février 2020, le ministre de l’Industrie, Dodo Ndocke, procèdera à l’inauguration d’une nouvelle ligne de production à l’usine de la société anonyme...
la-nouvelle-unite-en-charge-du-transport-de-la-fibre-optique-au-cameroun-va-rester-sous-le-controle-de-camtel
Dans une série de tweets, le ministre de Poste et Télécommunications (Minpostel) apporte des précisions sur les réformes envisagées au sein de...
la-moitie-des-occupants-des-logements-sociaux-de-mbanga-bakoko-a-douala-n-ont-pas-de-contrat-avec-la-sic
Dans le cadre de la campagne d’identification des locataires des logements SIC lancée en septembre dernier, le directeur général (DG) de la Société...
louis-paul-motaze-enjoint-au-cenadi-de-mettre-fin-aux-faux-salaires-faux-avancements-et-fausses-pensions
Le 21 février 2020 à Yaoundé, la capitale camerounaise, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, a procédé à l’installation des responsables...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n94 Février 2020

Sociétés de transfert d’argent Le Cameroun au cœur de la bataille


Entretien : « Passer d’une administration bureaucratique à une gestion publique performante »


Business in Cameroon n84: February 2020

Money transfer business Cameroon is on the front line


Interview: «Shifting from bureaucratic management to efficient public management»

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev