logoIC
Yaoundé - 23 septembre 2018 -
Finance

Entre mai 2017 et mai 2018, le Gabon a surclassé le Cameroun sur le marché des titres de la BEAC, en devenant le plus gros emprunteur

Entre mai 2017 et mai 2018, le Gabon a surclassé le Cameroun sur le marché des titres de la BEAC, en devenant le plus gros emprunteur

(Investir au Cameroun) - Sur la période allant de mai 2017 à mai 2018, le Cameroun a perdu son statut de principal animateur du marché des titres publics de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), au profit du Gabon, révèle cette Banque centrale des pays de la CEMAC (Cameroun, Congo, Gabon, RCA, Tchad, Guinée équatoriale) dans un rapport sur sa politique monétaire.

«Dans le compartiment des Bons du Trésor assimilables (BTA), le Trésor public du Gabon a été le plus actif sur la période, avec 39,9% du volume total émis, soit 455,6 milliards de francs Cfa. Le Trésor public du Cameroun occupe la deuxième position, avec 214,2 milliards de francs Cfa levés, contre 161,3 milliards de francs Cfa sur la période précédente (31 mai 2016-31 mai 2017).

Cette mutation intervenue dans l’animation du marché de la BEAC peut s’expliquer par la forte dépendance de l’économie gabonaise au pétrole brut, en dépit des efforts de diversification visibles depuis quelques années. 

En effet, face à la chute des cours mondiaux de l’or noir, dont les recettes représentent plus de 50% des recettes publiques, le pays d’Ali Bongo n’avait pas d’autre choix que de recourir à l’endettement, pour pallier les tensions de trésorerie et réduire son déficit budgétaire. Contrairement au Cameroun, dont l’économie est la plus diversifiée de la zone Cemac, les recettes pétrolières ne représentant qu’environ 25% des recettes publiques.

De plus, le pays se fait régulièrement taper sur les doigts par le Fonds monétaire international (FMI), qui recommande fortement à la locomotive économique de la zone CEMAC de se détourner de l’endettement à taux non concessionnel (comme celui sur le marché des titres de la BEAC), au profit de l’endettement à taux concessionnel des grandes institutions financières internationales. 

Pour rappel, au cours de la période sous-revue, les émissions des titres publics sur le marché de la BEAC ont permis aux Etats de cette communauté de mobiliser 1142,7 milliards de francs Cfa par émission des BTA (titres de court terme), contre seulement 73,8 milliards de francs Cfa au moyen des émissions d’obligations du Trésor assimilables (OTA), qui sont des titres de créance de long terme (maturité de plus d’un an). 

En pourvoyant ainsi des financements globaux de 1216,5 milliards de francs Cfa aux six Etats de la CEMAC, sur une période d’un an, le marché des titres publics de la BEAC, timidement lancé en 2011, est devenu un important outil de financement pour les pays de cet espace communautaire.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi:

12-09-2018 - Nouvel appel d’offres de la Beac, pour injecter 265 milliards FCFA dans les banques de la Cemac

10-09-2018 - Les six Etats de la Cemac ont levé 1 216,6 milliards FCFA par émissions de titres publics sur le marché de la Beac, entre mai 2017 et mai 2018

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n77: Septembre 2018

GRANDS CHANTIERS Le bilan des 6 dernières années

Itinéraire d’un Camerounais, entrepreneur aux Etats Unis »



Business in Cameroon n67: September 2018

MAJOR PROJECTS A review of the past six years

Journey of a Cameroonian entrepreneur in the US


  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev