logoIC
Yaoundé - 16 mai 2022 -
Finance

Titres publics : en décembre 2021, le taux de souscription aux valeurs du Cameroun a été le plus bas depuis juin 2019

Titres publics : en décembre 2021, le taux de souscription aux valeurs du Cameroun a été le plus bas depuis juin 2019

(Investir au Cameroun) - En décembre 2021, le taux de souscription moyen aux titres publics émis par l’État du Cameroun pour mobiliser des financements sur le marché des titres de la BEAC a culminé à 80,05%. Selon les données de la BEAC, c’est la performance la plus basse depuis juin 2019, mois au cours duquel cet indicateur avait atteint 160,86%, avant de descendre à 142,60% en juin 2020. Les chiffres de la banque centrale révèlent même qu’après les années 2019 et 2020, l’attrait des investisseurs pour les titres camerounais s’est décuplé en juin 2021. Ce mois-là, révèle le rapport de la BEAC, le Cameroun a affiché un taux de souscription moyen à ses valeurs du Trésor de 209,39%.

En clair, alors que les investisseurs proposaient au Trésor camerounais une fois et demi le montant des financements sollicités en juin 2019 et juin 2020, ce montant correspondait à plus du double du montant sollicité en juin 2021. Mais, six mois plus tard, les offres faites au Cameroun par ces mêmes investisseurs n’atteignaient plus le montant sollicité (80% de taux de souscription).

Le rapport de la BEAC n’explique pas les causes de cette baisse du taux moyen de souscription aux titres publics du Cameroun, qui demeurent cependant les plus courus dans la zone Cemac. Mais, l’on peut observer que ce recul de l’affluence des investisseurs survient dans un contexte marqué par la ruée des autres États de la Cemac vers ce marché, sur lequel le Gabon, du fait de son intense activité au cours de l’année 2021, a surclassé le Cameroun comme principal animateur du marché.

Mieux, le Gabon et le Congo, qui rivalisent désormais de dynamisme avec le Cameroun sur ce marché, et qui jouissent d’une signature peu confortable par rapport à celle du Cameroun, proposent généralement aux investisseurs une rémunération (taux d’intérêt) nettement plus compétitive. Cette réalité a pour conséquence d’intéresser nombre d’investisseurs du marché des titres aux valeurs de ces deux pays.

BRM

ciment-le-cameroun-autorise-les-importations-du-congo-et-de-la-rdc-pour-satisfaire-la-demande-nationale
Dans une correspondance datant du 10 mai 2022, le ministre du Commerce (Mincommerce), Luc Magloire Mbarga Atangana, demande aux sociétés de...
emprunt-obligataire-2022-le-cameroun-fait-les-yeux-doux-aux-investisseurs-gabonais-et-congolais
Le ministre camerounais des Finances, Louis Paul Motazé (photo), lance ce 16 mai 2022, le Road-show du 6e emprunt obligataire de l’histoire des...
banque-mondiale-le-camerounais-albert-zeufack-nomme-directeur-des-operations-pour-l-angola-la-rdc-le-burundi
Dans une communication interne, la Banque mondiale vient d’annoncer la nomination de l’économiste camerounais Albert Zeufack au poste de directeur des...
bvmac-les-entreprises-affichent-une-capitalisation-boursiere-de-159-milliards-de-fcfa-a-fin-janvier-2022-en-hausse-de-13
Selon les informations du ministère camerounais des Finances, au 31 janvier 2022, les entreprises de la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique...

Cette start-up camerounaise veut lutter contre les déserts médicaux en Afrique

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n120:Avril 2022

Covid-19, guerre en Europe : des entreprises camerounaises vont souffrir


Albert Zeufack: « Le marché le plus important aujourd’hui, c’est l’Asie »


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev