logoIC
Yaoundé - 26 mai 2020 -
Finance

En pleine crise de Covid-19, les offres de liquidité de la Beac ne font pas courir les banques de la zone Cemac

En pleine crise de Covid-19, les offres de liquidité de la Beac ne font pas courir les banques de la zone Cemac

(Investir au Cameroun) - Le 21 avril 2020, la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac), institut d’émission des six pays de la Cemac (Cameroun, Gabon, Congo, RCA, Tchad et Guinée Équatoriale), a une nouvelle fois fait une offre de liquidité d’un montant de 250 milliards de FCFA aux banques en activité dans cet espace communautaire. Selon les résultats de cette opération, les soumissions des établissements de crédit n’ont culminé qu’à 58,6 milliards de FCFA, ce qui représente un plus de 20% du montant offert.

Le 31 mars et le 7 avril, la Beac avait déjà proposé à chacune des opérations 250 milliards de FCFA au système bancaire pour des résultats similaires. Les soumissions des banques ont, en effet, été respectivement de 32,7 milliards FCFA (13%) et 57,3 milliards FCFA (23%).

Ce peu d’intérêt des banques face à la liquidité mise à disposition par la Beac est aux antipodes de l’appel à la facilitation de l’accès au refinancement lancé par les banquiers camerounais, au lendemain du déclenchement de la crise du Coronavirus dans le pays, début mars 2020.

«La Beac devrait renoncer temporairement à la décision de réduction des liquidités dans le système bancaire, qui a été prise par le Comité du marché monétaire lors de la session de février 2020, et envisager plutôt de faciliter l’accès des banques au marché monétaire par la baisse de ses taux d’intérêt et l’augmentation des plafonds de refinancement en cas de pression de liquidités », a suggéré l’Association des professionnels des établissements de crédit du Cameroun (Apeccam), dans un communiqué rendu public le 20 mars 2020.

Accédant à cette requête, la Beac, au sortir de son Comité de politique monétaire tenu par visioconférence une semaine plus tard, a baissé deux de ses taux directeurs. Dans le même temps, la Banque centrale a suspendu sa décision de ponctionner les coffres-forts des banques, et a plutôt annoncé la reprise des injections de liquidité, afin de permettre aux banques d’avoir des marges de manœuvre pour financer les économies. Par ailleurs, la Beac a montré ses bonnes dispositions à revoir à la hausse, jusqu’à 500 milliards de FCFA par semaine, en cas de besoin, le volume de liquidité à injecter dans le circuit bancaire de la Cemac.

Suspension du traitement des dossiers de crédits…

Un mois plus tard, le tableau est plutôt morose : la liquidité mise à disposition par la Banque centrale fait très peu courir les banquiers de la Cemac, crédités d’environ 2000 milliards de FCFA de réserves libres, selon le FMI. Mais au-delà de ce matelas financier dont disposent déjà les banquiers de la Cemac, c’est plutôt le ralentissement de l’économie dans sa globalité, qui semble expliquer le peu d’appétit des banquiers pour la liquidité de la Banque centrale.

« La banque va se refinancer sur le marché monétaire quand elle a des besoins de liquidité. Pour l’instant, nous n’en avons pas, puisque tout le monde est plongé dans une sorte d’attentisme. Dans les entreprises, l’heure est encore à l’observation des conséquences de la pandémie du Coronavirus. Les demandes de crédits ne fusent pas de la part des entreprises. Ce que nous faisons le plus en ce moment, c’est la restructuration des crédits déjà contractés par les entreprises, et qui sont ou seront bientôt à échéance. Cette restructuration vise à ne pas leur mettre la pression pour les remboursements, au regard de la crise sanitaire actuelle », explique un banquier.

Cependant, ce dernier confesse qu’en cas de sollicitation de prêt par une entreprise, notamment pour des importations de matières premières ou autres marchandises, les banques se montrent encore plus prudentes que par le passé, au regard du contexte. « Certains confrères ont d’ailleurs suspendu le traitement des demandes de crédits, principalement celles émanant des entreprises privées qui sont plus exposées à la crise sanitaire actuelle », apprend-on.

Cette réalité semble encore plus prégnante dans les établissements de microfinance. Selon nos sources, dans ces structures, en plus de la suspension du traitement des demandes de crédits des entreprises et des particuliers opérant principalement dans le secteur privé, des crédits préalablement validés ont ensuite été annulés. Ils n’ont donc plus été décaissés. Au grand dam des bénéficiaires.

Brice R. Mbodiam    

Lire aussi:

24-03-2020 - Face à la crise du Coronavirus, les banques du Cameroun demandent à la Beac un accès plus accru à la liquidité

30-03-2020 - En riposte au Covid-19, la Beac ouvre les vannes pour le financement des États et les entreprises de la Cemac

26-03-2020 - Du fait du Coronavirus, la Beac renonce temporairement à réduire la liquidité dans le système bancaire

27-03-2020 - Coronavirus : les banques de la Cemac détiennent un trésor de guerre de près de 2000 milliards de FCFA

le-syndicat-des-employes-de-viettel-cameroun-programme-une-greve-illimitee-des-le-7-juin-2020
Le Syndicat national autonome des travailleurs des nouvelles technologies de l’information et de la communication (Syntic) a déposé un préavis de grève...
sasel-veut-investir-5-milliards-de-fcfa-pour-doubler-la-capacite-de-production-du-sel-dans-son-usine-de-douala
La Société africaine de sel (Sasel) ambitionne d’étendre son usine située dans la zone industrielle de Bonabéri à Douala, la capitale économique du...
israel-multiplie-ses-contacts-au-cameroun-en-vue-d-investir-dans-le-secteur-de-l-eau-potable
Isi Yanouka, le tout nouvel ambassadeur d’Israël au Cameroun, a rencontré le ministre de l’Économie, Alamine Ousmane Mey, le 18 mai 2020 dans la capitale...
le-cameroun-en-negociations-avec-golar-et-gazprom-pour-augmenter-la-production-du-gaz-naturel-liquefie
La Société nationale des hydrocarbures (SNH) donne, ce mois de mai, un peu plus de détails sur son projet d’extension en cours du méthanier Hilli Episeyo,...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n97 Mai 2020

Routes, barrages, fibre optique, marchés… Les grands chantiers camerounais de l’intégration


« L’Afrique centrale est confrontée à d’énormes défis » (BAD)


Business in Cameroon n87: May 2020

Roads, dams, fiber optics, markets... Cameroon’s big projects toward integration


«Central Africa is facing enormous challenges» - AfDB

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev