logoIC
Yaoundé - 18 mai 2022 -
Finance

L’Etat prend officiellement le contrôle de 54% des actifs d’Union Bank of Cameroon

L’Etat prend officiellement le contrôle de 54% des actifs d’Union Bank of Cameroon

(Investir au Cameroun) - « Ce lundi 22 novembre 2021 à Douala, s’est tenue l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires. L’ordre du jour portait principalement sur la mise à jour du plan de restructuration, qui a été actée par la ratification de la sortie de Ecobank Transnational Incorporated (ETI) et l’entrée de l’Etat du Cameroun à concurrence de 54% de l’actionnariat ». Par ce communiqué rendu public ce 23 novembre 2021, Union Bank of Cameroon (UBC) annonce officiellement la finalisation d’un processus de prise de participations entamé par l’Etat du Cameroun depuis le début de l’année courante.

En effet, afin d’éviter la liquidation d’UBC et de NFC Bank (le régulateur régional avait fixé le délai du 28 février 2021 à L’Etat, avant de passer à la liquidation), deux banques privées camerounaises en proie à des difficultés depuis 2009, l’Etat du Cameroun a décidé de participer à leurs plans de restructuration, en les recapitalisant. Cette décision est contenue dans une lettre datée du 18 février 2021, adressée par le secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, au secrétaire général des services du Premier ministre, Magloire Séraphin Fouda.        

« J’ai l’honneur de faire connaître que le président de la République autorise la prise en charge par l’Etat du coût de la restructuration à concurrence d’un montant ne pouvant excéder 29,1 milliards de FCFA pour National Financial Credit (NFC Bank) et 17,8 milliards de FCFA pour Union Bank of Cameroon (UBC) », indique la correspondance. De sources autorisées, en rachetant notamment le passif (créances douteuses qui seront ensuite recouvrées par la Société de recouvrement des créances, Ndlr) et les actifs d’UBC, l’Etat du Cameroun entend administrer à cette institution bancaire la même thérapie qu’à la Commercial Bank of Cameroun (CBC).

En effet, au terme d’une restructuration plutôt bien menée, le processus de cession des parts majoritaires de cette dernière banque à des privés est de nouveau en cours. Ceci, après 7 années d’administration provisoire, période tumultueuse finalement bouclée par une intervention de l’Etat qui, dès 2014, avait pris le contrôle de 98% du capital de cet établissement de crédit fondé par le défunt milliardaire Victor Fotso. Au demeurant, si la remise en selle de la CBC par l’Etat a pris environ 7 ans (de 2014 à nos jours), celle de UBC ne devrait pas excéder 5 ans. De bonnes sources, c’est le délai que se donne l’Etat du Cameroun pour reprivatiser cette banque, après avoir redoré son blason dans le secteur bancaire national.

Des états financiers plutôt reluisants…

Ce délai relativement court par rapport à celui pris dans le cas de la CBC peut s’expliquer par l’état de santé plus reluisant d’UBC au moment de l’arrivée de l’Etat dans son tour de table. En effet, en dépit des ravages de la pandémie du coronavirus sur les activités économiques, en 2020 les comptes d’UBC « confirment une croissance globale des activités », selon un communiqué publié par le conseil d’administration le 9 mars 2021.

Il en est ainsi des revenus annuels de la banque, qui ont cru de 9% par rapport à l’année 2019 ; des dépôts de la clientèle, qui ont connu une « croissance record de 18% », en comparaison avec l’année 2019 ; et surtout du résultat net bénéficiaire de 1,5 milliard de FCFA. Ce dernier indicateur poursuit « ainsi une série de résultats positifs pour la quatrième année consécutive », souligne Njong Eric Njong, le président du Conseil d’administration d’UBC.

Ces performances, UBC les doit à différentes mesures managériales et de reconquête des parts de marché déployées depuis quelques années par son désormais ancien actionnaire majoritaire, qui n’est autre qu’Ecobank Transnational Incorporated. Ce groupe panafricain avait pris le contrôle de cette banque camerounaise en 2010, en rachetant les parts du Nigérian Oceanic. Après avoir ensuite tenté en vain de revendre ses actifs, Ecobank Group aura finalement tout mis en œuvre ces dernières années pour mieux habiller la mariée UBC, avant ses nouvelles noces avec l’Etat du Cameroun.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi

10-03-2021 - Après 4 années bénéficiaires et une recapitalisation, Union Bank of Cameroun repart à la conquête des parts de marché

04-03-2021 - Le Cameroun sauve deux banques privées de la faillite, en les recapitalisant à hauteur de près de 47 milliards de FCFA

cemac-le-compte-d-operations-loge-au-tresor-francais-a-genere-des-interets-de-12-4-milliards-de-fcfa-14-7-en-2021
Les intérêts captés par la banque centrale des six pays de la Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale) sur le compte d’opérations...
exportations-face-aux-incomprehensions-en-rca-le-cameroun-clarifie-sa-decision-de-renforcer-les-controles
Dans une note verbale datée du 13 mai 2022, l’ambassadeur du Cameroun en République centrafricaine (RCA) dément les informations de médias...
promotion-au-cameroun-l-office-national-du-cacao-et-du-cafe-forme-les-hoteliers-a-la-preparation-du-cafe-local
L’Office national du cacao et du café (ONCC) vient d’organiser à Kribi, cité balnéaire de la région du Sud du pays, un atelier de formation des maîtres...
exportations-face-aux-incomprehensions-en-rca-le-cameroun-clarifie-sa-decision-de-renforcer-les-controles
Dans une note verbale datée du 13 mai 2022, l’ambassadeur du Cameroun en République centrafricaine (RCA) dément les informations de médias...

Les banques du Cameroun dominent à 78% le marché des titres publics au Gabon à fin 2021 avec Ecobank Cameroun qui détient la plus grande part de marché (17,50 %)

InfographieIAC banques camerounaises

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n120:Avril 2022

Covid-19, guerre en Europe : des entreprises camerounaises vont souffrir


Albert Zeufack: « Le marché le plus important aujourd’hui, c’est l’Asie »


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev