logoIC
Yaoundé - 04 décembre 2022 -
Finance

Financement agricole : les Mufid veulent accroitre leur apport chiffré à 86 milliards de FCFA à fin juin 2022

Financement agricole : les Mufid veulent accroitre leur apport chiffré à 86 milliards de FCFA à fin juin 2022

(Investir au Cameroun) - Lors de son assemblée générale ordinaire (AGO), tenue le 29 octobre dernier à Yaoundé, l’union des Mutuelles financières de développement (Mufid Union) a examiné les projets qui devraient permettre de réaliser son ambition d’être le « leader du financement agricole » au Cameroun. De source interne, depuis la création en 1992 de la première Mufid, qui ont le statut de microfinance, le réseau a accordé, à fin juin 2022, plus de 350 milliards de FCFA de crédits, dont 24,6% aux filières agropastorales. Ce qui fait un total de 86 milliards de FCFA consacrés au financement agricole en 30 ans, soit en moyenne près 3 milliards de FCFA par an.  

Pour aller au-delà de cette performance, la Mufid Union, dirigée par Justin Bomda, travaille en ce moment à la mise en place d’un « projet de développement du financement agricole ». Soutenu par le ministère allemand de la Coopération économique et du Développement (à travers la confédération allemande des coopératives DGRV), ce projet consiste à mettre en place « un dispositif de financement agricole » au sein des 94 établissements de microfinances de première catégorie, qui constituent le réseau Mufid. Concrètement, il est question de « permettre aux Mufid de fournir une gamme de produits et services agricoles adaptés à ses membres en milieu rural et périurbain, notamment dans le domaine du financement des chaînes de valeurs agricoles ».  

Stratégie  

Pour ce faire, une étude-diagnostic a été confiée en fin d’année 2021 au cabinet Ingénierie du développement et de la finance (IDF Corporate) et au bureau d’étude Agro-PME Ingénierie. Elle a identifié, parmi la gamme existante, trois produits et services financiers « à affiner ou améliorer, pour contribuer à accroitre la proposition de valeur offerte aux agripreneurs du réseau Mufid qui expriment des besoins financiers très divers dans le cadre du développement de leurs activités ». Il s’agit du warrantage (crédit obtenu en mettant en gage les produits de son exploitation) sur les produits agricoles, qui prennent de la valeur au stockage (maïs, cacao…) ; du crédit aux coopératives exerçant dans des filières stratégiques ou à l’agriculture contractuelle entre les agro-industries et les petits producteurs ; et de l’épargne obligatoire pour répondre aux défis de la mobilisation des ressources.  

Cette étude a également mis en exergue la nécessité d’accompagner les bénéficiaires (conseil, formation, information) ; de renforcer les capacités et les moyens de mobilité du personnel dédié au financement agricole ; de digitaliser et de vulgariser les services des Mufid… Des préoccupations qui ont commencé à être adressées. Un atelier de renforcement des capacités des Mufid dans le financement agricole et le contrôle interne a, par exemple, été organisé en octobre dernier. En outre, les responsables de Mufid Union affirment avoir acquis un core-banking. Ce système informatique devrait permettre à ces microfinances de proposer une gamme de services bancaires digitaux à travers le E-banking, le mobile banking, le SMS banking, le transfert rapide d’argent, la collecte journalière via les smartphones, les terminaux de paiement électronique (TPE), la monétique (distributeurs automatiques de billets).    

Transition réussie  

Nées sous la dénomination de Mutuelles communautaires de croissance (Mc2), les Mutuelles financières de développement (Mufid) veulent donc monter en puissance. On craignait pourtant pour leur survie après l’adoption en 2017 du règlement relatif au gouvernement d’entreprise dans les établissements des microfinances (EMF). Ce texte, entré en vigueur en janvier 2020, oblige les EMF de première catégorie à exercer leurs activités exclusivement à l’intérieur d’un réseau et à se constituer exclusivement sous la forme de société coopérative avec conseil d’administration. Ces dispositions, présentées comme « une véritable menace pour la survie des Mc2 », ont même poussé le milliardaire camerounais Paul Kammogne Fokam, qui contrôle Afriland First Bank, à leur retirer son parrainage.    

Les chiffres publiés à l’issue de l’AGO de l’organe faitier des Mufid, tenue le 29 octobre 2022 à Yaoundé, montrent plutôt une transition réussie. Par rapport à fin 2019, le nombre de coopérateurs est en hausse de 19% et se situe à 282 890 ; les fonds propres nets progressent de 18,5% pour s’établir à 12,1 milliards de FCFA, tandis que le total bilan augmente de 28,7% et se chiffre à 76,6 milliards de FCFA. De 250 milliards de FCFA au 31 mai 2019, le cumul des crédits accordés depuis 1992 bondit à 350 milliards à fin juin 2022, soit une hausse de 40%. Le volume de nouveaux crédits accordés chaque année passe donc d’une moyenne de 20 milliards de FCFA entre 2015 et 2019, pour se situer à plus de 33 milliards entre mai 2019 et juin 2022.  

Aboudi Ottou  

Lire aussi :

26-07-2019-Les MC2, microbanques parrainées par le milliardaire Paul K. Fokam, dans la tourmente au Cameroun

btp-le-cameroun-a-entretenu-moins-de-1-de-son-reseau-routier-au-cours-de-l-annee-2022-faute-de-financements
Selon les chiffres révélés le 25 novembre 2022 à l’Assemblée nationale par le Premier ministre, Joseph Dion Nguté, lors de la présentation du programme...
le-gicam-elabore-une-charte-pour-ameliorer-les-relations-d-affaires-entre-grandes-entreprises-et-pme
Le 30 novembre 2022, le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), la plus puissante organisation patronale du pays, a officiellement lancé la...
e-commerce-energie-infrastructures-les-emirats-arabes-unis-en-prospection-au-cameroun
Le ministre d’État au Commerce extérieur des Émirats arabes unis, Thani Bin Ahmed Al-Zeyoudi, accompagné d’une dizaine d’investisseurs ont été reçus, le...
commerce-exterieur-le-deficit-du-cameroun-s-aggrave-en-2021-7-5-malgre-la-hausse-des-exportations-32-8
Au cours de l’année 2021, le déficit commercial du Cameroun s’est aggravé, atteignant 1 478 milliards de FCFA, contre 1 375 milliards de...

Les banques du Cameroun dominent à 78% le marché des titres publics au Gabon à fin 2021 avec Ecobank Cameroun qui détient la plus grande part de marché (17,50 %)

InfographieIAC banques camerounaises

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev