logoIC
Yaoundé - 27 février 2024 -
Finance

Douala : le Forum international des investisseurs court toujours après son premier accord de financement

Douala : le Forum international des investisseurs court toujours après son premier accord de financement

(Investir au Cameroun) - Au terme du 4e forum international des investisseurs (F2I), tenu du 25 au 26 octobre 2023 à Douala, aucune promesse de financement n’a été obtenue sur les 200 projets enregistrés pour un besoin global de 245 milliards de FCFA. D’après la Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA), organisatrice de l’évènement, plus de 60% de projets portent sur l’agro-industrie avec un accent sur la transformation locale de la matière première. Une orientation qui cadre avec l’import-substitution, au cœur des échanges de deux jours.

Selon le directeur de la promotion et de la coopération à la CCIMA, Landry Noutchang, les retombées concrètes des rencontres B to B, tenues en présentiel entre promoteurs, fonds d’investissement privés et institutions financières nationales (UBA, CFC, CCA Bank…) et internationales (BAD, SFI, UKEP…), sont attendues d’ici six mois. Ce dernier précise néanmoins que le Fonds africain de garantie et de coopération économique (Fagace) a signé un accord avec la CCIMA pour garantir les crédits accordés aux promoteurs locaux.

Pour les projets qui ne sont pas matures, « la CCIMA va coacher leurs promoteurs pour les maturer avant de solliciter des financements », explique Landry Noutchang. Il faut dire que au cours de cette 4e édition du F2I la CCIMA a signé six conventions de partenariats avec des institutionnels et des groupements socio-professionnels à l’instar du Groupement des transporteurs terrestres du Cameroun (GTTC), l’Institut universitaire du Golfe (IUG), la Chambre de commerce Cameroun-Ethiopie (CCCE) et la Chambre de coopération économique des diasporas monde (CCEDIAM), la Cour d’arbitrage et médiation de la chambre de commerce (CAM-CCIMA), et la Cour d’arbitrage de Londres (Angleterre). Objectif : pour renforcer ses capacités et celles de ses membres.

Organisé par la CCIMA, sous le patronage du ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt), le F2I est une plateforme permanente de relations B2B et d’opportunités d’affaires entre les acteurs économiques et institutionnels camerounais, les investisseurs étrangers et les institutions financières internationales. Il vise à mobiliser les ressources financières internes et à attirer les investissements directs étrangers (IDE) pour permettre le développement économique dans des domaines à forte création d’emplois et de valeur ajoutée.

Pourtant, depuis son lancement, le F2I n’a pas encore atteint son objectif. Les accords de financement de projets se font toujours attendre. « Aucune promesse de financement n’a encore été enregistrée depuis le lancement du forum en 2018. Mais les discussions entre porteurs de projets et investisseurs sont en bonne voie », indique, optimiste, Landry Noutchang. Le directeur de la promotion et de la coopération à la CCIMA explique qu’au départ, l’évènement était censé se dérouler tous les deux ans. « Mais il a été ramené à un an pour des raisons de pragmatisme ». Les deux premiers forums (2018 et 2019), poursuit-il, se sont déroulés en format B to B sans enregistrer de projets.

D’après ce dernier, l’édition 2020 a été annulée à cause de la pandémie à Covid-19. Landry Noutchang précise que « la 3e édition tenue en 2021 a enregistré les tout premiers projets du F2I, qui a parallèlement créé une plateforme digitale pour enregistrer les projets des promoteurs pour les mettre en relation avec des investisseurs ». Selon le responsable de la CCIMA, au terme de cette édition, 195 projets issus des secteurs public et privé ont été enregistrés pour un besoin global de 2000 milliards de FCFA, dont 1500 milliards relevant du secteur public et 500 milliards pour le secteur privé. Face à l’incapacité de la CCIMA de canaliser tous ces projets au regard du montant sollicité, « le F2I a réorienté sa stratégie depuis 2022 pour n’enregistrer que des projets du secteur privé », fait savoir Landry Noutchang. Il pense que le secteur public répond à d’autres modes de financement pour réaliser ses projets.

Frédéric Nonos

Lire aussi :

25-10-2023-Douala : l’import-substitution au cœur du 4e forum international des investisseurs, la Grande-Bretagne invité d’honneur

transport-urbain-et-interurbain-la-nouvelle-hausse-des-tarifs-devrait-entretenir-l-inflation-au-cameroun-en-2024
Dans le prolongement des mesures d’accompagnement décidées par le gouvernement (après l’augmentation des salaires et des allocations familiales), pour...
or-le-britannique-oriole-resources-annonce-la-reprise-des-travaux-d-exploration-sur-son-projet-mbe-au-cameroun
La junior-minière britannique Oriole Resources a annoncé le 26 février 2024 avoir relancé les travaux d’exploration d’or sur son projet Mbé, situé...
l-entreprise-allemande-grohe-accompagne-l-institut-technique-don-bosco-d-ebolowa-dans-le-cadre-de-son-programme-give
Ce vendredi 23 février, l'Institut Technique Don Bosco d'Ebolowa a accueilli une multitude d'invités de marque sur son campus. Parmi eux, l'évêque du...
aboudi-ottou-redaction-en-chef-d-investir-au-cameroun-prime-pour-son-courage-et-la-qualite-de-ses-enquetes-en-2023
Le journaliste Aboudi Ottou (photo), coordonnateur du Bureau Cameroun de l’Agence Ecofin et rédacteur en chef d’Investir au Cameroun, vient de remporter...

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev