logoIC
Yaoundé - 24 septembre 2022 -
Gestion publique

Financements des projets : le Cameroun dispose de plus de 3700 milliards de FCFA à décaisser jusqu’en 2025

Financements des projets : le Cameroun dispose de plus de 3700 milliards de FCFA à décaisser jusqu’en 2025

(Investir au Cameroun) - Selon la dernière note de conjoncture de la Caisse autonome d’amortissement (CAA), organisme en charge de la gestion de la dette publique, l’État du Cameroun (administration centrale uniquement) dispose, à fin juin 2022, auprès de bailleurs de fonds extérieurs, de 3 746,9 milliards de FCFA (hors appuis budgétaires) pour financer ses projets. Cet argent a déjà fait l’objet d’accords de prêt, mais n’a pas encore été consommé par le pays. D’où l’appellation technique de Soldes engagés non décaissés (SEND’s).

Ces SEND’s sont liées à 57,7% aux conventions de financements signées avec les bailleurs de fonds multilatéraux, dont 1 064,9 milliards de FCFA à décaisser auprès de la Banque mondiale (soit 49,3% des SEND’s multilatéraux) ; 25,1% à la coopération bilatérale, dont 638,8 milliards de FCFA à décaisser auprès de la Chine (soit 68,0% des SEND’s bilatéraux) ; et 18,6% des prêts signés avec les partenaires commerciaux, dont 189,4 milliards de FCFA à décaisser auprès de ICBC de Chine (27,2% des SEND’s commerciaux).

Suivant l’hypothèse d’exécution des projets bénéficiaires et conformément au plan de décaissement, ces fonds devraient être totalement utilisés d’ici 2025. Une mission impossible si l’on en croit la CAA. « Il est à noter qu’avec un niveau des SEND’s de plus de 3700 milliards de FCFA [à fin juin 2022], pour les absorber en 4 ans, il faudrait décaisser en moyenne plus de 900 milliards de FCFA. Pour une absorption en 5 ans, il faudrait des décaissements minimums de 700 milliards de FCFA par an. Malheureusement, sur les deux précédentes années, les décaissements annuels sur prêts projets n’ont pas excédé 450 milliards de FCFA, expliqués entre autres par la crise née de la covid-19 et l’environnement international morose », révèle la CAA.

Inquiétudes

« Les lenteurs dans le processus de l’exécution de nombre de projets constituent un frein important pour l’absorption rapide des financements disponibles, nécessaires pour la réalisation des projets du Cameroun, dans les délais afin d’atteindre la vision souhaitée par le chef de l’État du Cameroun, d’un Cameroun émergent, uni dans sa diversité, à l’horizon 2035 », s’inquiète la CAA. Elle ajoute que si rien n’est fait, il faudrait environ 8,3 années pour absorber les SEND’s actuels (sans prise en compte des nouveaux SEND’s issu des projets en cours de négociation).

Pour maintenir l’éveil des pouvoirs publics face à cette situation, la CAA dit avoir lancé l’élaboration d’un document du portefeuille des projets et programmes actifs et suivi des SEND’s. Ce document devrait être produit de façon continue et après chaque fin d’année de préférence avant la fin du mois de juin de l’année suivante.

Ce document, apprend-on, se veut être un outil d’aide à la communication sur l’implémentation effective des projets de l’État à financement conjoint, suivis par la CAA, ainsi qu’un curseur fiable sur la mobilisation des ressources publiques affectées. Pour atteindre cet objectif central, les contributions des maitres d’ouvrage, des unités de gestions des projets et différents autres acteurs sont nécessaires afin de diagnostiquer l’ensemble des projets, et surtout de proposer des solutions pour une réelle absorption de ces ressources d’emprunts qui devraient soutenir la croissance visée.

Sylvain Andzongo

Lire aussi :

25-03-2021-Si rien n’est fait, le Cameroun va perdre 655 milliards de FCFA mis à disposition par la Banque mondiale

affaires-glencore-et-sinosteel-au-cameroun-cas-pratiques-du-besoin-de-plus-de-transparence-sur-les-contrats-extractifs
Durant le mois de mai 2022, le Cameroun a connu une polémique à propos d’une convention d’exploitation de fer signée entre son gouvernement...
reconstruction-de-raffinerie-de-la-sonara-le-trader-suisse-vitol-se-positionne
Le trader suisse Vitol SA est intéressée par la reconstruction de la raffinerie de la Société nationale de raffinage (Sonara) du Cameroun, ravagée par un...
titres-publics-de-la-beac-avec-plus-de-81-de-l-encours-les-prets-de-plus-d-un-an-dominent-le-marche
Selon la Cellule de règlement et de conservation des titres (CRCT) de la Beac, la structure des titres sur le marché des titres publics à fin août 2022...
bvmac-la-premiere-cotation-de-l-emprunt-obligataire-2022-2029-de-l-etat-du-cameroun-annoncee-pour-le-28-septembre
Le 6e emprunt obligataire de l’État du Cameroun (2022-2029), qui avait permis au pays de lever 235 milliards de FCFA sur la Bourse des valeurs...

Les banques du Cameroun dominent à 78% le marché des titres publics au Gabon à fin 2021 avec Ecobank Cameroun qui détient la plus grande part de marché (17,50 %)

InfographieIAC banques camerounaises

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev