logoIC
Yaoundé - 18 janvier 2022 -
Gestion publique

Après la suspension du cabinet Atou, le Cameroun confie la gestion des actifs de trois ex-sociétés d’État à la SRC

Après la suspension du cabinet Atou, le Cameroun confie la gestion des actifs de trois ex-sociétés d’État à la SRC

(Investir au Cameroun) - Le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motazé, vient de signer une décision donnant mandat à la Société de recouvrement des créances (SRC) « pour assurer la continuité des opérations de gestion et de sauvegarde » des actifs résiduels des ex-Office national de commercialisation des produits de base (ONCPB), Office national des ports du Cameroun (ONPC) et Régie nationale des chemins de fers du Cameroun (Regifercam). L’information est contenue dans une lettre du Minfi adressée le 12 novembre 2021 à la directrice générale de cette entreprise publique, Marie-Rose Messi. 

Cette décision du ministre Motazé survient une semaine après la suspension, le 5 novembre 2021, du cabinet Atou, chargée depuis 2006 de la gestion de ce patrimoine d’une valeur de plus d’une centaine de milliards de FCFA. La suspension a été prononcée par la ministre déléguée à la présidence de la République chargée du Contrôle supérieur de l’État, Mbah Acha Rose Fomundam, dont les équipes de contrôle missionnées pour auditer la gestion des actifs des trois ex-sociétés d’État sus-mentionnées, « ont constaté les faits potentiellement constitutifs d’irrégularités de nature à porter un préjudice grave et irréversible à la puissance publique ».

La décision prise par la ministre Mbah Acha Rose Fomundam, qui a été aussitôt attaquée devant le tribunal administratif par Lazare Atou (requêtes déposées le 8 novembre2021), administrateur général du cabinet éponyme, confirme les soupçons de gabegie qui entourent la gestion des actifs des ex-ONCPB, ONPC et Régifercam. Pour rappel, cet huissier de justice en attente de charge, dont la gestion des actifs résiduels des trois sociétés d’État susmentionnées semble être l’unique activité depuis plus d’une quinzaine d’années, n’est pas à sa première bravade face à l’État, qui lui a pourtant confié le mandat qui vient d’être suspendu.

En effet, en juillet 2019, Lazare Atou s’était déjà opposé à une mission du Contrôle supérieur de l’État, arguant qu’une autre mission de cette institution avait déjà séjourné dans son cabinet pendant six ans (2012-2017), en vue de la vérification de la gestion de l’ensemble de ce patrimoine public. Le rapport de ladite mission, qui avait d’ailleurs été adressé au Tribunal criminel spécial (TCS), soutient M. Atou, est « truffé d’accusations mensongères de malversations » dirigées contre son cabinet.

À la vérité, en dépit des accusations de gabegie portées contre lui, ainsi que des tentatives infructueuses de certains ministres des Finances de lui retirer le mandat de la gestion des actifs concernés, M. Atou, à qui l’opinion attribue des soutiens hauts placés au sommet de l’État, a toujours clamé son innocence. Généralement de manière arrogante, comme peuvent en témoigner plusieurs correspondances adressées aussi bien à des membres du gouvernement qu’à de proches collaborateurs du chef de l’État. Pourtant, ces derniers, soutiennent-ils, désirent simplement, « sur très hautes instructions du président de la République », faire appliquer à la lettre le décret présidentiel du 24 janvier 2019 portant réorganisant du Port autonome de Douala (PAD), qui a succédé à l’Ex-ONPC.

Ce texte présidentiel stipule notamment que « l’État transfère au Port autonome de Douala en propriété et en jouissance, selon le statut juridique de ces biens, les actifs ainsi que le patrimoine de l’ex-Office national des ports du Cameroun localisés dans la circonscription portuaire de Douala-Bonabéri ».  Par ailleurs, le décret précise que ce patrimoine est constitué des « dépendances et les biens du domaine public portuaire, ainsi que les biens du domaine privé de l’État affectés au PAD, les biens du domaine privé de l’État attribués en propriété au PAD au titre de l’apport de l’État à la formation du capital de la société, le patrimoine de l’ex-ONPC situé à l’intérieur de la circonscription de compétence du PAD, les infrastructures et immeubles relevant du domaine public portuaire de Douala-Bonabéri, etc. ». Ce riche patrimoine, géré jusqu’ici par le cabinet Atou et que le PAD entend effectivement intégrer dans son portefeuille d’actifs, nourrit bien d’appétits.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi :

09-11-2021-Le cabinet Atou saisit la justice pour contester sa suspension de la gestion des actifs de trois ex-sociétés d’État du Cameroun

08-11-2021-Le cabinet Atou suspendu de la gestion d’un patrimoine estimé à plus d’une centaine de milliards de FCFA

26-08-2021-Port de Douala : un patrimoine de plusieurs milliards de FCFA au cœur d’une bataille entre l’État et le cabinet Atou  

telecoms-l-operateur-public-camtel-affirme-avoir-rempli-les-conditions-pour-lancer-son-reseau-mobile
Cinq mois après le lancement de « Blue », sa nouvelle marque commerciale, Camtel, opérateur public et historique des télécoms au Cameroun, vient de mettre...
crise-anglophone-pres-de-1-700-emplois-supprimes-chez-l-agro-industriel-pamol-en-2-ans
Entre 2018 et 2020, le nombre d’emplois au sein de la société à capitaux publics Pamol Plantations Plc a diminué de 1 688 personnels. Dans le détail,...
le-brasseur-sabc-offre-un-forage-aux-populations-du-village-mabanda-dans-la-region-du-sud-ouest-du-cameroun
Le 14 janvier 2022, le groupe brassicole SABC a rétrocédé un forage aux populations du village Mabanda, situé dans l’arrondissement de...
agro-industrie-la-cdc-a-perdu-plus-de-18-milliards-de-fcfa-en-2020-malgre-la-reprise-des-exportations-de-bananes
Au terme de l’exercice achevé au 31 décembre 2020, la Cameroon Development Corporation (CDC), l’entreprise publique qui exploite la banane, l’hévéa...

Les principaux clients du Cameroun en 2020

InfographieSBBC cameroun principaux clients 2020

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n116-117: Decembre 2021-Janvier 2022

La preuve par 9 du génie camerounais


Comment Gozem veut révolutionner le transport urbain au Cameroun


Business in Cameroon n106-107: December 2021-January 2022

Nine projects and innovations that demonstrate Cameroonians’ genius


This is how Gozem plans to revolutionize the transport sector in Cameroon

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev