logoIC
Yaoundé - 25 février 2020 -
Gestion publique

Des produits de Chococam, filiale du Sud-africain Tiger Brands, au centre d’une polémique au Cameroun

Des produits de Chococam, filiale du Sud-africain Tiger Brands, au centre d’une polémique au Cameroun

(Investir au Cameroun) - Y a-t-il du chocolat dans les pâtes à tartiner des produits (Tartina et Choconut) de Chocolateries et confiseries du Cameroun (Chococam), filiale du Sud-africain Tiger Brands ? La Fondation camerounaise des consommateurs (Focaco) affirme avoir réalisé une enquête qui répond par la négative à cette question.

« Ces pâtes à tartiner représentent du chocolat sur leur emballage alors qu’elles n’en contiennent pas du tout. Elles utilisent les termes “choco” et “goût chocolat” alors qu’elles contiennent tout au plus de la poudre de cacao », révèle le rapport de la Fondation. 

La Focaco dénonce également des problèmes d’étiquetage. « Il a été vérifié que la pâte à tartiner Tartina ne contient pas de chocolat malgré l’indication en grand du slogan “Goût chocolat unique” sur son emballage et l’allégation mensongère sur le site www.chococamtigerbrands.com la définissant comme “la marque de pâte à tartiner au chocolat de Chococam-Tiger Brands” », explique l’association des consommateurs. « La pâte à tartiner “Choconut” encore appelée “Chocolaté” n’en contient pas non plus », ajoute-t-elle.

Selon le président de la Focaco, Alphonse Ayissi Abena, la marque Tartina met en avant sur l’emballage la mention « poudre de cacao » alors que cette pâte à tartiner contient plus d’arachides que de poudre à cacao. Ce qui, selon lui, est une entorse à la norme d’application obligatoire NC 04 sur l’étiquetage des denrées alimentaires préemballées au Cameroun. Elle dispose que « l’étiquette apposée sur les denrées préemballées ne devra pas décrire ou présenter le produit de façon fausse, trompeuse, mensongère ou susceptible de créer d’une manière quelconque, une impression erronée au sujet de sa nature ».

Selon la Fondation, l’étiquetage des pâtes à tartiner « Tartina » et « Choconut » n’indique ni le pourcentage d’arachides ni celui de la poudre de cacao que ces produits contiennent. On ne retrouve aucune mention du type d’huile végétale utilisée (palme ? tournesol ? coco ?).

Réponses de Chococam

Investir au Cameroun a obtenu des réponses de Chococam à travers une correspondance datée du 20 août 2019 et signée de Sandra Tchoukoudjeu, en charge du marketing au sein de cette entreprise.

 « Tous les ingrédients utilisés dans la fabrication de nos produits susvisés sont listés conformément à la norme NC 04 : 2000-20 sur l’étiquetage des données alimentaires préemballées », déclare cette responsable dans ce document. En outre, lit-on dans la même correspondance : « nos pâtes à tartiner chocolatées, tout comme l’ensemble des produits commercialisés par le Chococam, y compris leur étiquetage, ont fait l’objet d’évaluation de la conformité par l’Anor [Agence en charge de la norme] qui a délivré un certificat de conformité ».

Mme Tchoukoudjeu réfute l’affirmation selon laquelle les pâtes de Chococam représentent du chocolat sur leur emballage alors qu’elles n’en contiennent pas. Aussi, ajoute-t-elle que les produits de la filiale de Tiger Brands sont des pâtes à tartiner au cacao et non du chocolat (chocolat à croquer) tels que définis dans le rapport de la Fondation camerounaise des consommateurs. L’illustration sur l’emballage est bien de la pâte à tartiner, selon elle.

La responsable du marketing apporte également des précisions sur l’utilisation des termes « choco » et « goût chocolat ». « L’expression “goût de chocolat” se justifie bien par la présence de la poudre de cacao dans nos produits. Il nous semble qu’ici, il y a confusion entre “goût chocolat” et “au chocolat”. Nous n’avons pas compris votre préoccupation quant à nos choix de noms marques », écrit Sandra Tchoukoudjeu. Elle confesse tout de même : « pour ce qui est de la mention “la marque de pâte à tartiner au chocolat” sur notre site web, nous avons pris bonne note et prendrons soin de faire l’ajustement nécessaire ».

Sylvain Andzongo

le-brasseur-camerounais-sabc-investit-12-milliards-de-fcfa-dans-une-nouvelle-ligne-de-production-a-douala
Le 26 février 2020, le ministre de l’Industrie, Dodo Ndocke, procèdera à l’inauguration d’une nouvelle ligne de production à l’usine de la société anonyme...
la-nouvelle-unite-en-charge-du-transport-de-la-fibre-optique-au-cameroun-va-rester-sous-le-controle-de-camtel
Dans une série de tweets, le ministre de Poste et Télécommunications (Minpostel) apporte des précisions sur les réformes envisagées au sein de...
la-moitie-des-occupants-des-logements-sociaux-de-mbanga-bakoko-a-douala-n-ont-pas-de-contrat-avec-la-sic
Dans le cadre de la campagne d’identification des locataires des logements SIC lancée en septembre dernier, le directeur général (DG) de la Société...
louis-paul-motaze-enjoint-au-cenadi-de-mettre-fin-aux-faux-salaires-faux-avancements-et-fausses-pensions
Le 21 février 2020 à Yaoundé, la capitale camerounaise, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, a procédé à l’installation des responsables...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n94 Février 2020

Sociétés de transfert d’argent Le Cameroun au cœur de la bataille


Entretien : « Passer d’une administration bureaucratique à une gestion publique performante »


Business in Cameroon n84: February 2020

Money transfer business Cameroon is on the front line


Interview: «Shifting from bureaucratic management to efficient public management»

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev