logoIC
Yaoundé - 09 février 2023 -
Gestion publique

Industrialisation : le Cameroun devancé par le Gabon, la Guinée équatoriale et le Congo dans l’indice de la BAD

Industrialisation : le Cameroun devancé par le Gabon, la Guinée équatoriale et le Congo dans l’indice de la BAD

(Investir au Cameroun) - Selon l’Indice 2022 de l’industrialisation en Afrique, que vient de publier la Banque africaine de développement (BAD), en partenariat avec l’Union africaine (UA) et l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi), le Cameroun apparaît au 4e rang des pays les plus industrialisés dans la zone Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale). Dans ce classement présentant l’évolution de l’industrialisation des 52 pays africains sur la décennie 2010-2021, le Cameroun est surclassé par le Gabon, la Guinée équatoriale et la République populaire du Congo.

Premier dans l’espace Cemac et 12ème pays le plus industrialisé sur l’ensemble du continent, le Gabon apparaît en 2 e position (derrière l’Algérie) dans le quintile (cinquième portion d’un ensemble) « moyen supérieur » de ce classement. Juste derrière le « quintile supérieur », constitué des 10 pays les plus industrialisés d’Afrique, avec l’Afrique du Sud en tête de file. Classée 15e sur le continent, la Guinée équatoriale apparaît également dans le quintile moyen supérieur, loin devant le Cameroun, classé 24e en Afrique, juste derrière le Congo, l’autre pays de la Cemac avec lequel le Cameroun partage le « quintile moyen » de l’indice publié par la BAD.

Explications

Ce classement du Cameroun peut paraître curieux, dans la mesure où ce pays est présenté comme la locomotive économique de la Cemac, puisqu’il abrite, selon diverses données officielles, environ 40% du tissu industriel de cet espace communautaire à six Etats. Mais, souligne la BAD, dans le cadre de l’Indice de l’industrialisation de l’Afrique, « les pays les plus performants ne sont pas nécessairement ceux dont l’économie est la plus importante, mais ceux qui génèrent la plus forte valeur ajoutée manufacturière par habitant, avec une proportion importante de produits manufacturés destinés à l’exportation ».

Cette précision de la BAD a le don de mieux expliquer le classement du Cameroun par rapport à ses voisins. En effet, bien qu’étant le mastodonte économique de la Cemac, le Cameroun et ses 25 millions d’habitants est susceptible d’afficher « une valeur ajoutée manufacturière par habitant » bien plus faible que les trois autres pays cités plus haut. Ces derniers ont en effet en commun une population beaucoup plus faible (environ 6 millions d’habitants pour le Congo et 2 millions au plus pour le Gabon et la Guinée équatoriale, NDLR), qui compense une activité économique moins diversifiée que celle du Cameroun (le Gabon a réalisé des efforts notables ces dernières années, NDLR). Cette activité tourne essentiellement autour de l’industrie pétrolière (entre 45 et 80% des ressources budgétaires, selon les pays), sur laquelle repose les recettes d’exportation.

Pour rappel, l’Indice de l’industrialisation de l’Afrique de la BAD prend en compte 19 indicateurs répartis en trois composantes, à savoir « la performance », « les déterminants directs » et « les déterminants indirects ». Selon l’institution financière panafricaine, la composante performance « mesure la capacité des économies africaines à produire et à exporter des biens industriels, ainsi que leur part dans le volume total des échanges commerciaux de l’Afrique » ; tandis que la composante « déterminants directs » « évalue certains facteurs clé sdu développement du secteur manufacturier, notamment les investissements du secteur privé et la main-d’œuvre du secteur manufacturier ». La troisième composante (déterminants indirects), quant à elle, « évalue la manière dont les actions gouvernementales facilitent le développement industriel à travers la politique macroéconomique, l’application de la loi, la sécurité et le développement des infrastructures ».

Brice R. Mbodiam

transport-urbain-le-gouvernement-promet-une-augmentation-de-50-fcfa-des-tarifs-du-taxi-au-cameroun
Dans les prochains jours, les tarifs du transport urbain devraient connaître une augmentation de 50 FCFA au Cameroun. C’est la principale décision...
transport-urbain-les-activites-de-yango-suspendues-au-cameroun
Le ministre des Transports, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe, vient de suspendre les activités de transport urbain de personnes via la plateforme...
eau-potable-l-arret-de-l-usine-d-akomnyada-accentue-les-perturbations-d-approvisionnement-a-yaounde
Ce 8 février 2023, les robinets sont secs dans de nombreux quartiers de Yaoundé. L’arrêt de la station de production d’Akomnyada a empiré les...
bois-et-hydrocarbures-font-baisser-les-exportations-1-au-cameroun-au-2e-trimestre-2022-ins
Au cours du 2e trimestre 2022, le volume des exportations du Cameroun a diminué de 1% en glissement annuel. Selon le rapport des Comptes...

Les banques du Cameroun dominent à 78% le marché des titres publics au Gabon à fin 2021 avec Ecobank Cameroun qui détient la plus grande part de marché (17,50 %)

InfographieIAC banques camerounaises

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev