logoIC
Yaoundé - 24 septembre 2022 -
Mines

Vers un accroissement des réserves d’or dans les coffres du Trésor public camerounais

Vers un accroissement des réserves d’or dans les coffres du Trésor public camerounais

(Investir au Cameroun) - Afin de ramener dans le circuit formel les 90% de l’or produite au Cameroun, mais qui sont malheureusement écoulés dans le circuit informel, selon les estimations officielles, le gouvernement a mis en place le Cadre d’appui à l’artisanat minier (CAPAM). Le rôle de cette structure consiste à encadrer les artisans miniers, à inciter les opérateurs à la mécanisation plus poussée de la mine artisanale, mais surtout à racheter l’or produite par les exploitants miniers artisanaux, afin de constituer des réserves d’or au Trésor public, dans le cadre d’un projet baptisé «Opération Gold».

Mais, face à l’insuffisance des moyens mis à la disposition (un milliard de FCfa en 2014) du CAPAM pour canaliser l’or produite au Cameroun dans le circuit formel, et l’efficacité des trafiquants sur les sites miniers, le Premier ministre (PM) camerounais, Philémon Yang, a pris, le 1er août 2014, un décret autorisant le CAPAM a prélevé directement sur site, 15% de la production des opérateurs de l’artisanat minier peu mécanisé. Le décret précise d’ailleurs que sont à inscrire dans ce registre, tous les exploitants utilisant «une pelle chargeuse, un à trois excavateurs au maximum et un centre de lavage».

Pour les exploitants miniers engagés dans un partenariat technique ou financier avec une personne physique ou morale de droit camerounais, précise le décret, l’activité «est soumise aux dispositions législatives de la mine industrielle relative à la participation de l’Etat, au payement de l’impôt sur les sociétés et de la taxe Ad valorem». Par conséquent, apprend-on, les 15% à prélever par le CAPAM, dans ce cas, correspondent uniquement à la part de l’Etat et à l’impôt sur les sociétés. «L’opération Gold va prendre de l’envol avec ce décret du Premier ministre», annonce Jean Marcel Essomba, le Coordonnateur du CAPAM.

Suspension de la délivrance des autorisations

En effet, selon le décret du 1er août 2014, les prélèvements effectués par le CAPAM sont répartis ainsi qu’il suit : 70% pour l’Etat, dont 40% déposés au ministère des Finances pour la constitution des réserves d’or, et 30% pour la poursuite des activités de canalisation sur le terrain (10% pour la prise en charge du comité de suivi de l’artisanat minier mécanisé, 10% pour la réalisation de projets en faveur des populations riveraines des sites miniers, 10% pour l’appui au fonctionnement des équipes de collecte).

Cette réorganisation de l’exploitation minière artisanale au Cameroun intervient après la suspension, le 14 mai 2014, de la délivrance des autorisations par le ministère des Mines. A l’origine de cette décision, qui court jusqu’au mois de novembre prochain, plusieurs dérapages constatés sur le terrain.

Parmi ceux-ci, indiquent nos sources : la destruction de l’environnement ; l’implication des étrangers dans l’exploitation minière artisanale, prérogative qui est pourtant règlementairement l’exclusivité des nationaux ; l’exploitation minière clandestine, le non-respect des textes régissant l’artisanat minier tel que la tricherie sur le matériel utilisé. «Beaucoup d’étrangers sont en partenariat avec les locaux» et «ont poussé cette activité au-delà des exigences de l’artisanat minier, en utilisant jusqu’à sept excavateurs avec un centre de lavage», a par exemple révélé le Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Mines, Fuh Calistus Gentry, au terme d’une récente inspection des sites miniers de la région de l’Est.

BRM

Lire aussi

20-05-2014 - Le Cameroun suspend la délivrance des autorisations d’exploitation minière artisanale

01-08-2014 - Cameroun : les opérateurs étrangers accusés de bafouer les règles régissant l’artisanat minier

30-05-2014 - Des populations de l’Est Cameroun dénoncent l’accaparement de leurs terres par des exploitants miniers

08-07-2014 - Peurs sur les recettes minières du Cameroun en cette année 2014

affaires-glencore-et-sinosteel-au-cameroun-cas-pratiques-du-besoin-de-plus-de-transparence-sur-les-contrats-extractifs
Durant le mois de mai 2022, le Cameroun a connu une polémique à propos d’une convention d’exploitation de fer signée entre son gouvernement...
reconstruction-de-raffinerie-de-la-sonara-le-trader-suisse-vitol-se-positionne
Le trader suisse Vitol SA est intéressée par la reconstruction de la raffinerie de la Société nationale de raffinage (Sonara) du Cameroun, ravagée par un...
titres-publics-de-la-beac-avec-plus-de-81-de-l-encours-les-prets-de-plus-d-un-an-dominent-le-marche
Selon la Cellule de règlement et de conservation des titres (CRCT) de la Beac, la structure des titres sur le marché des titres publics à fin août 2022...
bvmac-la-premiere-cotation-de-l-emprunt-obligataire-2022-2029-de-l-etat-du-cameroun-annoncee-pour-le-28-septembre
Le 6e emprunt obligataire de l’État du Cameroun (2022-2029), qui avait permis au pays de lever 235 milliards de FCFA sur la Bourse des valeurs...

Les banques du Cameroun dominent à 78% le marché des titres publics au Gabon à fin 2021 avec Ecobank Cameroun qui détient la plus grande part de marché (17,50 %)

InfographieIAC banques camerounaises

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev