logoIC
Yaoundé - 15 novembre 2018 -
Mines

Port en eau profonde de Kribi et plan ferroviaire national

Port en eau profonde de Kribi et plan ferroviaire national

(Investir au Cameroun) - Le port en eau profonde de Kribi constitue la principale infrastructure du Cameroun qui permettra l'exportation des minerais et l'industrialisation du pays. Deux terminaux spécialisés y seront créés : il s'agit d'un terminal polyvalent et d'un terminal conteneur.

Les travaux de construction de ce port sont en cours de réalisation par l'entreprise chinoise China Harbourg Engineering Company (Chec). Le premier navire accostera ce port en 2014. Mais, d'autres terminaux spécifiques y seront aménagés à partir de 2015. Il s'agit des terminaux aluminium, hydrocarbures, alumine, minéralier, gaz naturel liquéfié, etc.
D'après le secrétaire général des services du Premier ministre, Louis Paul Motazé, par ailleurs président du comité de pilotage du complexe industrialo-portuaire de Kribi, « le port en eau profonde de Kribi, en permettant l'exportation en grandes masses des produits issus de l'exploitation des gisements miniers du Cameroun (fer, bauxite, gaz naturel notamment) et l'importation des matières premières pour les industries locales, sera un véritable levier de l'industrialisation du Cameroun et de la compétitivité de ses produits ».
Ce port permettra ainsi aux exploitants miniers d'acheminer leurs minerais vers l'étranger.

A côté de ce port en eau profonde, une autre infrastructure est disponible pour l'exploitation des minerais du pays. Il s'agit du chemin de fer Douala-Yaoundé-Ngaoundéré long de 1009 km.
Le plan ferroviaire national, dont les études de faisabilité sont bouclées, une fois mis en œuvre, facilitera davantage l'exportation des minerais du pays. Selon le ministre de l'Economie, de la Planification et du Développement du territoire, Emmanuel Nganou Djoumessi, grâce à ce nouveau tracé « nos minerais de fer seront aisément exploités grâce au nouveau chemin de fer, mais en même temps la mise en place d'une industrie sidérurgique pour la production locale de l'acier, facilitera l'essor du secteur des infrastructures en général et du réseau ferroviaire du Cameroun en particulier ».

Pour lui, aucune communauté sous-régionale ne prospère sans infrastructures d'échanges fiables et aucun pays ne s'industrialise sans infrastructures ferroviaires viable. Mais avant, il faudrait trouver des fonds pour concrétiser ce plan ferroviaire national.

Beaugas-Orain Djoyum

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n79: Novembre 2018

Le secteur financier camerounais se digitalise à grande vitesse

L’anacarde, un vaste potentiel de revenus et d’emplois



Business in Cameroon n69: November 2018

Cameroon’s finance sector goes through rapid digitalization

Cashew, a sector with great potential, both for revenues and job creation


  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev