logoIC
Yaoundé - 17 décembre 2018 -
Portraits

Aymard Djadchin, l’étoile camerounaise révélée en France

Aymard Djadchin, l’étoile camerounaise révélée en France

(Investir au Cameroun) - Il demeure peu connu du public camerounais. Pourtant, cet ingénieur en conception informatique vient de rejoindre un cercle restreint où l’on retrouve des figures emblématiques de l’entrepreneuriat au Cameroun comme Olivier Madiba, Rebecca Enonchong, Arthur Zang, Arielle Kitio, etc.

Aymard Djadchin est, en effet, le vainqueur du We data Challenge, une compétition organisée par LumenAi à l’Université de Pau en France. Cette compétition prime les meilleurs projets intégrant l’intelligence artificielle. Son initiative à lui : Hospisoft, une application qui automatise la gestion d’un hôpital. En plus de cette fonctionnalité, Hospisoft est doté d’une intelligence artificielle qui aide à l’établissement d’un diagnostic médical fiable.

De manière concrète, l’application permet de suivre efficacement les patients dans les hôpitaux, de leur entrée à leur sortie, en leur générant automatiquement un dossier médical numérique où seront notés leurs paramètres cliniques et autres informations administratives relatives à leur passage dans cet hôpital. L’intelligence artificielle dans le fonctionnement de cette application permets aux médecins de dresser des diagnostics médicaux fiables et dépourvus de toute erreur. Grâce à cette invention, le prodige camerounais veut révolutionner la gestion des hôpitaux au Cameroun, en Afrique et dans le monde. Une ambition noble pour ce pur produit du système éducatif Camerounais.

Aymard Djadchin confie avoir passé la majeure partie de son enfance à Nkongsamba où il a fait le tour de plusieurs établissements scolaires à savoir l’école primaire de Barre, puis le lycée bilingue où il décroche son baccalauréat C. En classe de terminale C, il pulvérise les records de notes dans les disciplines telles que les mathématiques et la physiques. Premier de la classe, il tape à l’œil d’un de ses enseignants qui lui demande de porter sa candidature au concours d’entrée à l’Ecole nationale polytechnique de Yaoundé après son baccalauréat.

Admis à l’école nationale polytechnique, il n’a qu’une seule envie, être le meilleur de toute l’école. Parti d’une petite ville pour la capitale de son pays, il ne sombre pas dans les divertissements de la métropole camerounaise. Il s’attèle à la tâche, travaille énormément : « Mon objectif était celui d’être le meilleur en 1ere année à polytechnique. Je travaillais énormément au point de tomber malade (surmenage NDLR). Mais je réussis pour la deuxième année et c’est ainsi que je suis envoyé en stage en Génie Informatique », raconte-t-il.

Une fois son diplôme décroché, l’ingénieur en conception informatique travaille pour une banque de la place qu’il quitte pour une autre entreprise avant de démissionner pour créer sa propre entreprise. C’est au sein de Universal Software sa startup, qu’il met sur pied « Hospisoft » le logiciel qui va le propulser très haut.

Alors qu’il est invité à une conférence sur l’intelligence artificielle en France, il apprend qu’en annexe de cette conférence est organisé le We data Challenge, une compétition à laquelle il présente son application avec sa modélisation, ses contraintes et ses difficultés devant plusieurs chercheurs, professeurs, entrepreneurs puis remporte le premier prix.

Aujourd’hui, Hospisoft est disponible dans certaines formations des villes de Douala et Yaoundé. Confiant, Aymard Djadchin ne compte pas s’arrêter en chemin. « Nous pensons couvrir toute l’Afrique centrale avec notre logiciel de gestion puis couvrir tout le monde entier avec l’aide au diagnostic » ajoute-t-il.

Avec Universal Software, « nous devons devenir la référence en matière de software en Afrique pour produire les meilleurs logiciels performants, flexibles et à la pointe de la technologies » clame t-il.

Fervent apôtre du travail et de l’esprit d’équipe il recommande aux jeunes entrepreneurs de prendre conseil chez ceux qui ont déjà fait leurs preuves. Il les invite aussi à tirer toujours des leçons de leurs échecs, de les transformer en succès et de ne jamais reculer face aux difficultés.

Actualité économique du Cameroun

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n79: Novembre 2018

Le secteur financier camerounais se digitalise à grande vitesse

L’anacarde, un vaste potentiel de revenus et d’emplois



Business in Cameroon n69: November 2018

Cameroon’s finance sector goes through rapid digitalization

Cashew, a sector with great potential, both for revenues and job creation


  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev