logoIC
Yaoundé - 15 novembre 2018 -
Portraits

Aurèle Simo, l’entrepreneur camerounais sur les traces de Jack Ma

Aurèle Simo, l’entrepreneur camerounais sur les traces de Jack Ma

(Investir au Cameroun) - Déterminé et surtout très passionné de e-commerce, Aurèle Simo vient de lancer Toovendi. Un air ragaillardi par l’expérience qu’il cumule, mais aussi par les leçons qu’il tire de ses multiples échecs, ce jeune camerounais se dit plus que jamais prêt à conquérir l’Afrique avec son site de vente en ligne.

Sur plusieurs points, le parallèle peut être rapidement fait entre Aurèle Simo et l’entrepreneur chinois Jack Ma, fondateur du site de e-commerce Alibaba. Tandis que l’un incarne le rêve chinois, l’autre lui se construit à petits pas. Toutefois, ce que ces deux hommes ont en commun n’est pas négligeable. Ils ont choisi le e-commerce comme métier, mais aussi, dans leurs parcours, ils ont plusieurs fois connu le goût amer de l’échec. A voir la progression et l’ardeur à la tâche d’Aurèle, il est certain que ce Camerounais âgé de 29 ans fera briller son étoile à la mesure de son ambition.

Aurèle Simo qui vient de donner vie à Toovendi.com, à travers Griotys l’entreprise dont il est le fondateur n’est pas à sa première expérience entrepreneuriale. Alumnus de l’université de Dschang, où il a obtenu une licence professionnelle en Marketing, il va s’inscrire en cycle de master. Après six mois de cours, il met ses études en attente pour rejoindre l’équipe de Grid Engineering Sarl, une entreprise de services numériques basée à Douala. Là-bas, il est recruté comme Community manager. Pour optimiser ses capacités, ses collègues pour la plupart ingénieurs se proposent de lui donner des bases en codage informatique. « Pour être efficace, il a fallu que les ingénieurs de Grid me forment en HTML5, CSS3, un peu de PHP, et surtout en intégration de sites web avec Drupal, Magento, WordPress, Joomla et Prestashop » confie-t-il.

Après Grid Engineering, il travaille comme commercial dans une entreprise de distribution agroalimentaire à Yaoundé pendant six mois, avant de rejoindre l’équipe de Jumia, à l’époque appelé Kaymu comme Commercial, puis Social Media Manager. C’est dans cette entreprise qu’il recevra le prix du meilleur social media manager des sites de e-commerce du Cameroun à l’AfrikEbiz Awards.
Un an et demi après avoir intégré l’équipe de Jumia, il va déposer ses valises dans une agence de communication digitale basée à Yaoundé. Il y occupera toujours le poste de Social Media Manager, avant de rejoindre l’équipe d’AFRIMALIN comme Sales Manager Cameroon puis Digital Marketing Manager du groupe. C’est du sommet stratégique d’Afrimalin que celui qui estime qu’il est né entrepreneur, partira pour se mettre à son propre compte. « J’ai jugé qu’il était temps de me lancer dans l’entrepreneuriat il y a six mois, et en y réfléchissant, le projet Griotys est né » explique Aurèle.

A travers Griotys Group SARL, Aurèle et les quatre collaborateurs qui l’accompagnent se définissent comme les Griots du numérique en Afrique. « Nous chantons les louanges de l’innovation pour conseiller et accompagner les entreprises dans leur transformation digitale » clame-t-il fièrement.

Un parcours parsemé d’échecs

Aurèle a toujours été animé par l’envie de créer et de faire grandir des projets. « C’est le sentiment d’avoir réalisé quelque chose de positif pour la société qui donne un sens à ma vie » déclare-t-il très souvent. Avant Toovendi, l’expert en marketing digital est passé par plusieurs expériences sans succès. C’est le cas de Niango.cm, un magazine féminin afropolitain, Afriicar.com un site de vente de voitures en Afrique, Camer.cm, un portail d’actualité sur le Cameroun.
Après moult réflexions au départ d’Afrimalin, il fait une introspection et comprend définitivement pourquoi la plupart de ses projets se soldaient toujours par un échec. Confiant et très optimiste, il veut croire en Toovendi.com, sa première initiative sous le label Griotys ; le projet à l’intérieur duquel il a capitalisé toutes les leçons tirées de ses précédents échecs.

Toovendi

Toovendi est un site de vente en ligne, de la catégorie des petites annonces gratuites. Il permet une mise en relation entre des vendeurs (particuliers et entreprises) et des acheteurs. Le site est à l’image des plateformes comme leboncoin.fr en France, ou Avito.ma au Maroc. Il est entièrement gratuit. Rien à débourser pour s’inscrire, aucune commission n’est demandée. « Nous ne sommes pas intermédiaires dans les transactions. Quand on parle d’économie numérique généralement, on oublie les vendeurs du secteur informel qui sont pourtant majoritaires dans nos pays africains. Toovendi vient donc permettre à ceux-là de profiter aussi du digital, et de multiplier leurs opportunités commerciales. Tout le monde peut vendre sur Toovendi, Toovendi c’est pour tout le monde » précise le jeune entrepreneur !

Toovendi ambitionne d’être le plus grand site d’annonces gratuites en ligne d’Afrique. Toovendi Gabon sera ouvert le mois prochain et un bureau au Gabon en assurera la gestion. Ensuite, une filiale sera créée dans les autres pays de la zone CEMAC. Passée cette étape, Aurèle et son équipe iront à la conquête des pays de la côte ouest africaine. « Nous travaillons également sur une prochaine version de notre site web, et une application mobile sous Android, afin davantage améliorer l’expérience de vente en d’achats sur notre site » ajoute-t-il.
Quand on lui demande quel est le positionnement de Toovendi par rapport à ces grandes firmes de e-commerce déjà implantées au Cameroun et en Afrique, Aurèle Simo fait savoir qu’il ne voit pas les sites d’annonces gratuites existants comme des concurrents. Son cœur de cible est constitué de personnes qui ne maîtrisent pas encore très bien l’outil informatique. C’est pourquoi il préfère se focaliser sur l’éducation-client plutôt que d’appréhender une concurrence qui ne servirait pas à grand-chose. Il déclare d’ailleurs que « la différence se fera au niveau de la qualité de l’offre et de la satisfaction des utilisateurs ».

Jusqu’ici, l’investissement est fait sous fonds propres et le CEO de Griotys ne ferme pas la porte aux potentiels investisseurs dont les mises pourraient catalyser la croissance de sa plateforme.
Le conseil à ceux qui veulent entreprendre.

A mi-chemin de la réussite, Aurèle Simo, recommande le travail acharné à tous ceux qui veulent entreprendre. Celui qui postule à l’entrepreneuriat doit « se préparer à beaucoup travailler. Se former en permanence, acquérir de l’expérience en travaillant sur d’autres projets, avant de créer le sien. Il faudra aussi éviter de se distraire avec des offres qui viendront de gauche à droite même si on a des problèmes financiers, et tenir jusqu’au bout.

Un passionné de blogging

Parallèlement à ses projets sur Griotys, très souvent Aurèle offre des formations et des services de consultance en e-commerce et marketing digital. Passionné de blogging, il administre un blog qui porte son nom : aurelesimo.com. A ses heures perdues, il y condense des conseils et astuces pour réussir dans le digital au Cameroun et en Afrique.

BCJN

Actualité économique du Cameroun

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n79: Novembre 2018

Le secteur financier camerounais se digitalise à grande vitesse

L’anacarde, un vaste potentiel de revenus et d’emplois



Business in Cameroon n69: November 2018

Cameroon’s finance sector goes through rapid digitalization

Cashew, a sector with great potential, both for revenues and job creation


  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev