logoIC
Yaoundé - 23 mai 2018 -
Portraits

Paul Emmanuel Ndjeng, co-fondateur de Mapubi Coworking

Paul Emmanuel Ndjeng, co-fondateur de Mapubi Coworking

(Investir au Cameroun) - Je m’appelle Paul Emmanuel NDJENG, je suis né le 29 Avril 1987 à Bamenda. J’ai passé une bonne partie de mon enfance dans les villes d’Edéa et Douala. A Edéa, j’ai effectué mes études secondaires qui se sont sanctionnées par un baccalauréat D obtenu en 2004 au Lycée Classique et moderne de cette ville.
Mon baccalauréat obtenu, je suis allé poursuivre mes études supérieures à Douala. J’y ai obtenu une licence en sciences de Gestion à l’université de Douala puis un Master en Gestion des ressources humaines à l’Ecole Normale Supérieure de l’Enseignement Technique de la même ville.
Détenteur de plusieurs certifications, je suis en effet certifié en Inbound Marketing (pratique de marketing sur internet ayant obtenu les meilleurs des résultats depuis 2006) ; en marketing de contenu et marketing par e-mail. Je suis également détenteur d’un Certificat en Customer Care, Online Business et Photoshop.

PRÉSENTATION DU PROJET
Mapubi Coworking a débuté ses activités le 1er Avril 2017. L’objectif, avec ma collaboratrice Mme Olivia MBOU, ingénieure en informatique et consultante pour Lufthansa Industry Solutions est de créer un espace où se développeront des communautés de professionnels et un hub de talents multiples.
A MAPUBI Coworking nous développons la mutualisation des ressources humaines, qui permet que les uns bénéficient des aptitudes des autres au sein de leurs projets respectifs.
Nous souhaitons, dans le fond, donner un coup de main à des jeunes et moins jeunes ayant des projets à développer, mais n’ayant pas les moyens de se payer un espace à eux dans le centre-ville.
Nous leur permettons ainsi de bénéficier de l’expertise des uns et des autres selon une charte, et organisons régulièrement des rencontres avec des professionnels d’horizons divers au cours de sessions de networking dont la plus récente s’est passée avec Mme Lorraine ABENG, cheffe de cuisine canadienne qui a pu ainsi recruter des bénévoles au sein du hub de talents du coworking, pour le festival qu’elle organise et qui se déroulera en Février à Yaoundé.

LA PETITE HISTOIRE DE DÉPART
Ma collaboratrice, que j’appelle affectueusement la meilleure partenaire du monde, m’a rencontré au travers de Facebook (en Août 2016), et s’est intéressée à moi à cause de mon blog, Inbound361 car elle désirait que je parle d’Inbound Marketing devant des chefs d’entreprise et autres responsables, lors d’une soirée de réseautage clôturant le « Summer School », une semaine de transmission de connaissances avec des étudiants de l’IUT de Douala.
Elle avait également écrit à Churchill MAMBE et Olivier MADIBA via Facebook, mais très certainement comme ça a été le cas avec moi, son message est tombé dans les spams. C’est par une divine circonstance que j’ai fait un tour dans mes spams et que j’ai vu ses messages, à quelques jours de l’évènement seulement. J’y ai répondu, et au lieu de faire juste une présentation durant la session de networking, j’ai passé toute la semaine avec l’équipe de l’ONG, j’ai tenu un atelier devant les étudiants portant sur comment faire la promotion de son application à moindre coût, et j’ai dirigé l’équipe chargée d’élaborer les spécifications de l’application qui a été conçue et qui est en cours de test, durant la période du Summer School.
Il a fallu que j’agisse en bénévole pour aujourd’hui me retrouver à la tête de ma propre entreprise, une ambition de longue date.

PRÉSENTATION DE LA PORTÉE DU PROJET ET PERSPECTIVES POUR L'AVENIR
A ce jour, via notre hub de talents, nous travaillons régulièrement avec 30 jeunes au Cameroun et au Nigéria, au développement de projets sociaux.
Via les évènements que nous organisons, nous avons déjà touché plus de 500 jeunes, formé 155 jeunes au total sur différents sujets (comment organiser une équipe pour conduire un projet de digitalisation, développement d’applications, rédaction web, blogging, faire la promotion d’applications à moindre coût, gestion des réseaux sociaux pour les entreprises) et formés 25 professionnels, dont Mme DJANABOU ALI, Social Media Manager pour Brussels Airlines Afrique, en Marketing de Contenu.
L’an dernier notamment, nous avons organisé, avec le BlogHub , la communauté des blogueurs de Yaoundé, un BlogCamp évènement spécifique dédié au Blogging, avec 8 ateliers spécifiques portant sur « comment écrire » et « comment choisir sa plateforme ». C’était le premier évènement du genre dans la ville de Yaoundé, et au Cameroun.
A long terme, nous souhaitons redonner des perspectives aux jeunes, et endiguer autant que possible la fuite des cerveaux, car il y a beaucoup à faire dans le pays, et il est possible de réussir, peu importe ce qu’on peut considérer comme difficultés.
S’il faut parler de « récompenses », je parlerai plutôt de reconnaissance. Au Cameroun, j’ai été cité en deuxième position parmi les blogs camerounais à suivre absolument par le webzine populaire Au letch. À l’international j’ai été mentionné en première position dans le top 9 des blogueurs professionnels à suivre en Afrique francophone par l’organisation African Shapers, et pour finir, j’ai été appelé sous les termes « enfant prodige d’internet » par Afrik.com, un site d’information d’une certaine importance sur le continent.

PRÉSENTATION DE TA PHILOSOPHIE DU LEADERSHIP
« Leadership » est un terme que je n’avoue ne pas aimer, car il se retrouve galvaudé, sur utilisé et même « meurtri » par ceux qui se proclament « leaders ». Le leader est pour moi le premier des serviteurs. Je le dis souvent à ceux qui m’entourent : « si vous trouvez que je suis un bon leader, attendez de me voir en second… » Je suis excellent dès lors qu’il s’agit de me mettre au service de quelqu’un d’autre, et c’est ce qui fait qu’aujourd’hui les autres se mettent naturellement au service de toute cause que je défends.
Le leader sert. Le leader est désintéressé. Le leader est généreux, et il a une vision qui va au-delà de sa personne car tout ce qu’il développe doit lui survivre. Il doit savoir s’écarter afin que vive le projet dont il porte la vision ; il doit connaître ses forces, mais aussi et surtout ses faiblesses, pour laisser la place à ceux qui sont meilleurs que lui dans les domaines où il n’excelle pas. C’est uniquement ainsi, en évitant de se voiler la face, qu’il développera une communauté soudée autour de lui, et qu’il pourra bâtir des éléments solides, pour le bien de tous.

ACTIVITÉS CONNEXES
On m’appelle « tonton à temps plein ». J’ai une véritable passion pour ma famille et pour mes neveux et nièces. Sur les réseaux sociaux, on m’appelle affectueusement « tonton PEN », même si aujourd’hui je suis plutôt part-time uncle.
En dehors de Mapubi Coworking , j'écris des ouvrages (je l’ai fait pour d’autres par le passé et aujourd’hui je le fais pour mon propre compte. Le premier devrait être disponible en Décembre et portera sur le Blogging)
Je suis également volontaire pour Wikipedia Cameroun. il faut aussi ajouter que je suis le Créateur de Inbound361, auteur pour Blogpascher (N°1 en France de la vente de sites internet et de blogs sous WordPress) et rédacteur web freelance.
Par ailleurs, je chante depuis 2003. Je fais du coaching pour les personnes désireuses d’apprendre à chanter, j’encadre également une chorale de jeunes. J’exprime cette passion dans un groupe appelé J.O.B.S. (Jesus Our Best Story), très populaire dans la ville de Douala, depuis 6 ans déjà (qui fait de la musique gospel sous différents styles).
Entre autres, j’écris aussi des histoires pour des projets de dessins animés tout comme je fais des vidéos en 2D pour promouvoir nos projets.

ÉDIFICATION DIVERSE
Si je peux dire quelque chose à ceux qui souhaitent réussir dans ce domaine, et même en entrepreneuriat ou en blogging en général, c’est de faire preuve d’une réelle générosité. Il est difficile de développer des collaborations avec des individus qui sont essentiellement intéressés. Il faut être quelqu’un de désintéressé et être pointu dans son domaine, pour hériter de la confiance d’autres personnes et atteindre des objectifs parfois inattendus.
C’est mon histoire et aujourd’hui je suis entouré de professionnels qui font preuve d’un dévouement et d’une disponibilité inouïe chaque fois que j’organise quelque chose ou que je lance un projet. Ils m’ont vu me dévouer sans ménagement pour des causes désintéressées, et aujourd’hui on bâtit des projets qui pourront nous faire gagner nos vies convenablement à l’avenir.
Je peux aussi conclure en précisant qu’il est possible de réussir, même au Cameroun !