logoIC
Yaoundé - 01 octobre 2020 -

L’opérateur pétro-gazier britannique Bowleven, côté sur la bourse de Londres, veut forer deux «puits d’appréciation en ciblant le potentiel de hausse important identifié dans l'intervalle du réservoir intra Isongo» sur son permis Etindé, situé dans l’off-shore camerounais, apprend-on dans un rapport de l’entreprise pour l’exercice clos au 30 juin 2015. Selon Kevin Hart (photo), le CEO de Bowleven, ces forages vont être réalisés «dès que possible en 2016».

La firme pétro-gazière britannique affiche d’autant plus d’optimisme dans la réalisation de cet objectif que son CEO annonce que Bowleven dispose déjà d’une enveloppe budgétaire de 40 millions de dollars, soit environ 22 milliards de francs Cfa, pour la conduite des travaux de forage et la réalisation des tests subséquents.

Malgré un environnement difficile pour les sociétés d’exploration et de production, notamment à cause de la baisse des cours mondiaux du brut, Bowleven affirme avoir «pris le temps d'examiner (sa) base de coût actuelle pour s’assurer qu'elle est de la bonne taille pour le plan actuel et (ses) objectifs stratégiques».

Pour rappel, Bowleven détenait à 75% le permis Etinde, un ensemble de trois blocs offshore couvrant 2316 km2 au Cameroun. L’entreprise a par la suite conclu un accord d’achat d’actions avec le Russe Lukoil et New-Age, pour leur vendre au total 50% de ses intérêts opérateurs. Cette cession a été actée par un décret du chef de l’Etat camerounais signé le 6 février 2015.

BRM

 

Lire aussi

09-02-2015 - New Age décroche une autorisation exclusive d’exploitation du gaz sur le permis Etindé au Cameroun

Published in Energie

Ça y est ! L’opérateur pétro-gazier britannique Bowleven a annoncé ce 17 mars 2015, avoir effectivement reçu la première tranche de 165 millions de dollars (102 milliards de francs Cfa) versée par les opérateurs russe et britannique Lukoil et New Age, respectivement pour la prise de 30 et 10% des actifs de Bowleven dans le permis Etindé, situé dans l’off-shore camerounais.

Pour la finalisation financière de la transaction d’amodiation d’un montant total de 250 millions de dollars (environ 154,5 milliards de francs Cfa), il reste donc à verser à Bowleven la somme de 52,5 milliards de francs, répartie comme suit : 5 millions de dollars (environ 3 milliards de francs Cfa) pour le fonds de roulement, 40 millions de dollars (environ 24 milliards de francs Cfa) pour la réalisation de deux puits d’appréciation, 15 millions de dollars (environ 9 milliards de francs Cfa) à la fin du forage d’évaluation, et 25 millions de dollars (15 milliards de francs Cfa) en espèces à recevoir après la fin du projet de développement du permis Etindé, pour lequel l’Etat du Cameroun a délivré une autorisation exclusive d’exploitation à New Age le 6 février 2015.

Au final, Bowleven ne conservera plus que 20% d’intérêt dans le permis Etindé, contre 30% pour New-Age qui bénéficiera désormais du statut d’opérateur à travers sa filiale Camop (Cameroon Overseas Petroleum), 30% pour Lukoil et 20% pour la société nationale des hydrocarbures(SNH), l’opérateur pétrolier public camerounais. Le permis Etindé couvre trois blocs off-shore d’une superficie totale de 2316 km2.

Lire aussi

25-02-2015 - Cameroun: Bowleven achèvera dans 15 jours son amodiation dans le permis Etinde à Lukoil et NewAge

09-02-2015 - New Age décroche une autorisation exclusive d’exploitation du gaz sur le permis Etindé au Cameroun

04-03-2015 - Cameroun : Bowleven retarde le démarrage du forage de Zingana, à cause des soucis mécaniques

Published in Energie

Un décret signé le 6 février 2015 par le chef de l’Etat camerounais accorde une «autorisation exclusive d’exploitation des hydrocarbures gazeux» sur un bloc de 460,5 Km2 dans le permis Etindé, situé dans l’offshore camerounais, à la société britannique New Age, à travers sa filiale locale Camop (Cameroon Offshore Petroleum Sarl). L’opérateur britannique, apprend-on, a pour partenaire sur ce projet la société russe Lukoil, avec laquelle il détient des actifs de 30% chacun, tandis qu’Euroil et la Société nationale des hydrocarbures (SNH), deux entités camerounaises, détiennent chacune 20% des actifs sur le projet.

Cette autorisation d’exploitation exclusive est «valable pour une période de 20 ans renouvelable une fois au plus, pour une durée de validité de 10 ans, sur demande de la société intéressée». L’exclusivité est surtout assortie de l’obligation de concourir à la réalisation des projets en cours tels que, souligne le décret présidentiel, «la construction d’une usine d’engrais chimiques avec approvisionnement en gaz pendant au moins 20 ans, la liquéfaction de gaz naturel avec un plateau de production de 600 millions de pieds cubes par jour».

Le décret présidentiel sus-mentionné ouvre la voie à la clôture définitive de la transaction d’amodiation sur le permis Etindé, conclut il y a quelques mois entre les sociétés britannique Bowleven, qui opère sur trois blocs couvrant 2316 km2 sur ce permis ; sa consœur britannique New Age et l’opérateur pétro-gazier russe Lukoil. Une amodiation à travers laquelle Bowleven cède 50% des 75% qu’il détenait jusqu’ici sur le permis Etindé.

Annoncée pour le 28 février 2015, la clôture de cette transaction d’un montant total de 125 milliards de francs Cfa (250 millions de dollars), permettra à Bowleven de renflouer ses caisses, afin de développer ses projets pétro-gaziers au Kenya et faire de nouvelles acquisitions en Zambie, avait annoncé l’entreprise dans son rapport d’activités au 30 juin 2014, publié le 12 novembre de la même année.

Brice R. Mbodiam

Published in Energie

La conclusion de la transaction de l’amodiation dans le permis Etinde, soit trois blocs offshores couvrant 2316 km2 au Cameroun, est repoussée au 28 février 2015. Cette prorogation est consécutive à une seconde longstop date d’extension convenue par les parties prenantes, dont Lukoil et NewAge, qui doivent prendre respectivement 37,5% et 12,5% dans le permis, a annoncé le 23 décembre 2014 l’opérateur de ce permis, Bowleven Plc.

Selon le  groupe pétro-gazier basé à  Edinburgh, la transaction avec Lukoil et NewAge est dans sa dernière phase et le décret présidentiel attendu à cet effet pourrait intervenir vers le 31 décembre 2014.

A l’achèvement de cette transaction pour une considération globale de 250 millions $ (environ 125 milliards de FCfa), Bowleven passera de 75% d’intérêt à 25% sur le permis Etinde, tandis que NewAge culminera à 37,5% d’intérêt pour devenir opérateur du permis, via sa filiale Camop.

Par ailleurs, Bowleven rappelle avoir introduit une demande de renouvellement du contrat de partage de production qui est arrivé à expiration le 22 décembre 2014, pour les blocs MLHP-5 et MLHP-6 du permis Etinde.

En juillet dernier, le pétro-gazier a décroché auprès des autorités camerounaises, l’autorisation d’exploitation du gaz pour une période initiale de 20 ans sur MLHP-7, le troisième bloc couvrant 461 km2 dans permis Etinde.

Lire aussi

10/12/2014 - Cameroun: Bowleven obtient un an de plus pour explorer le gaz de Bomono

13/11/2014 - Bowleven compte sur l’amodiation d’Etinde, au Cameroun, pour financer son développement au Kenya

04/08/2014 - Cameroun : Bowleven décroche le droit d’exploitation du gaz du bloc MLHP-7 sur Etinde

Published in Energie

Bowleven Plc, pétro-gazier opérant sur cinq blocs au Cameroun, a obtenu des autorités camerounaises la prorogation pour un an, soit jusqu’au 12 décembre 2015, de sa licence d’exploration de Bomono, deux blocs on-shore couvrant 2 328 km2 dans le bassin Douala. Ce qui lui permettra d’achever les opérations d’exploration en cours, qui inclues le forage de deux puits exploratoires dont le démarrage devrait intervenir vers la fin de l’année, a expliqué le 9 décembre 2014 la compagnie basée à Edinburgh et cotée à Londres.

Cette compagnie d’exploration sur le pétrole et le gaz naturel, active dans plusieurs pays en Afrique, a achevé son année fiscale au 30 juin dernier, a-t-elle précisé, par la pose de jalons clés vers la conversion de ses ressources en réserves. Par ailleurs, Bowleven a décroché le droit d’exploitation du gaz, pour une période initiale de 20 ans sur le bloc MLHP-7, un des trois blocs du permis Etinde au Cameroun.

Dans ce permis couvrant 2316 km2, le pétro-gazier britannique est engagé dans un processus d’amodiation, qui s’achèverait à la fin de l’année 2014, portant sur 50% de ses intérêts, dont  37,5% à Lukoil et 12,5% à  NewAge, pour une considération globale d’environ 250 millions $ (environ 125 milliards de FCfa).

Lire aussi

13/11/2014 - Bowleven compte sur l’amodiation d’Etinde, au Cameroun, pour financer son développement au Kenya

29/10/2014 - Cameroun : Bowleven repousse à fin 2014 la transaction de son amodiation dans Etinde

26/08/2014 - Cameroun : Bowleven Plc prolonge à fin octobre l’amodiation dans Etinde à Lukoil et NewAge

Published in Energie

Plus de crainte que de mal finalement pour la junior pétrolière minière Bowleven, qui a reçu au mois de juillet 2014, le permis du gouvernement camerounais pour exploiter son puits pétrolier d’Etinde aux larges des côtes camerounaises. Publiant ses résultats préliminaires le 12 novembre 2014, l’entreprise a annoncé que son année comptable, qui s’achève au 30 juin 2014, a finalement été pleine de promesses pour ses investisseurs, mais surtout pour des faits qui sont survenus après cette date butoir.

Il s’agit notamment de l’approbation officielle fin octobre 2014, par le gouvernement camerounais, de la cession de deux tiers des actifs de Bowleven au russe Lukoil et au consortium NewAge, maison mère de Camop. Cette cession garantit à Bowleven qu’elle pourra très bientôt encaisser les 170 millions de dollars (environ 85 milliards de francs Cfa) initiaux comme le stipulait le contrat de cession. 80 millions de dollars (40 milliards de francs Cfa) seront payés plus tard, dont une moitié en cash et l’autre moitié en production d’hydrocarbures.

«L’obtention du permis d’Etinde a été une avancée décisive… Nous avons fait de gros progrès dans notre processus visant à transformer les ressources en réserves. Avec le début annoncé du forage dans la localité de Bomono (littoral camerounais), nous serons en activité sur 4 puits d’exploitation et d’exploration», a déclaré Kevin Hart (photo), le Directeur général de la junior pétrolière qui est cotée sur le marché alternatif de la bourse de Londres.

Performances en demi-teinte sur la bourse de Londres

M. Hart a aussi indiqué que de nouveaux travaux sont envisagés et seront financés, non seulement grâce aux fruits de la cession du tiers des actions de Bowleven à Lukoil et NewAge, mais aussi grâce à une confortable trésorerie qui contient encore 14 millions de dollars (7 milliards de francs Cfa) et une facilité de financement relais de 30 millions de dollars (15 milliards de francs Cfa) qui n’a pas encore été exploitée.

Il faudra pourtant que l’opérateur bataille davantage pour rassurer ses investisseurs, parmi lesquelles certains partenaires minoritaires qui se montrent impatients. Un sentiment conservateur qui se ressent sur les performances boursières de l’entreprise, qui reste scotchée à 30 pennies de valeur pour chacune de ses actions, loin derrière les 115 pennies de valeur cible que lui confèrent certaines firmes d’investissement opérant sur le London Stock Exchange.

D’ailleurs, Barclays qui a constamment ajusté ses prévisions pour la valeur du titre Bowleven a indiqué jeudi 13 novembre 2014, qu’elle était surévaluée et a de ce fait revu ses prévisions de cours du titre Bowleven à 50 pennies. Reste à savoir si les autres vont suivre, car le 12 novembre 2014, Westhouse Securities conseillait le titre à l’achat, avec un cours cible inchangé de 115 pennies.

Opportunité éventuelle pour les banques locales

Au terme de l’année de Bowleven, il se dégage deux choses : l’entreprise ne pouvait plus faire face toute seule aux investissements nécessaires pour rendre rentables ses puits pétroliers, d’où l’arrivée de nouveaux acteurs. Aussi, si elle tarde à annoncer de meilleures nouvelles, elle risque une fois encore de perdre le soutien de certains de ses investisseurs.

Au Cameroun, on semble se trouver loin de ces débats d’actionnaires. Pourtant, et conformément aux diverses déclarations successives de l’entreprise, le gouvernement local sur la base du contrat de partage de production devrait, à travers la Société nationale des hydrocarbures (SNH), prélever 20% de la production, même si on ne peut pas dire si ce sera sur la production globale, ou sur la part de production exempte des charges d’exploitation.

Dans tous les cas, si la question du financement du projet devait se poser avec un désintérêt des investisseurs, ce serait un défi non seulement pour Bowleven, mais aussi pour le gouvernement camerounais, qui mise sur le moyen terme sur une augmentation de sa production pétrolière, afin de soutenir les finances publiques. Toutefois, ce défi serait une opportunité pour certaines banques et firmes d’investissements opérant au Cameroun, et qui semblent de plus en plus intéressées par le secteur de l’énergie, notamment dans les phases finales. Un exemple de cet intérêt des banques pour le secteur énergétique est la facilité accordée par BGFI Cameroun à Gaz du Cameroun

Idriss Linge

 

Lire aussi

14-11-2014 - Cameroun : Bowleven compte sur l’amodiation d’Etinde pour développer ses projets au Kenya

30-10-2014 - Cameroun : Bowleven repousse à fin 2014 la transaction de son amodiation dans Etinde

Published in Energie

Bowleven Plc, compagnie d’exploration sur le pétrole et le gaz active en Afrique, a rendu public le 12 novembre 2014 ses résultats préliminaires de l’année achevée au 30 juin 2014, marquée par la pose de «jalons clés» vers la conversion des ressources en réserves et l’annonce des activités d’envergure pour les 12 prochains mois. «Nous avons fait des progrès constants au cours de l’année en posant un certain nombre de jalons clés dans notre processus vers la conversion des ressources en réserves et la création de nouvelles valeurs à travers de futures activités d’exploration et d’évaluation», a déclaré Kevin Hart (photo assis à droite), Chief Executive de Bowleven.

M. Hart s’est félicité que la compagnie ait décroché les droits camerounais d’exploitation du permis Etinde de 2316 km2, qui sont un quitus pour l’exploitation du gaz sur le bloc MLHP-7 pour une période initiale de 20 ans. Au cours des 12 prochains mois, la compagnie, cotée à Londres et très active au Cameroun, envisage de participer au forage de quatre puits potentiels d’exploration et d’évaluation d’envergure.

Mais avant, elle veut achever au plus vite son amodiation de 50% d’intérêt dans le permis Etinde à Lukoil et NewAge, devant lui rapporter environ 250 millions de dollars, ainsi que des plans de forage à court terme sur Bomono, deux blocs onshore couvrant 2328 km2 dans le bassin Douala.

Le pétro-gazier basé à Edinburgh espère, suite à cette transaction, présenter un bilan assez solide pour financer entièrement les activités de sismique sur le bloc 11B au Kenya et de nouvelles acquisitions en Zambie qui ont apporté à son portefeuille, relève-t-il, des «intérêts d’exploration préliminaires».

Lire aussi

29/10/2014- Cameroun : Bowleven repousse à fin 2014 la transaction de son amodiation dans Etinde

04/08/2014- Cameroun : Bowleven décroche le droit d’exploitation du gaz du bloc MLHP-7 sur Etinde

27/06/2014- Cameroun :Bowleven Plcamodie 20% du permis Bomono à Africa Fortesa

Published in Energie

La transaction de l’amodiation enclenchée par Bowleven Plc, groupe pétro-gazier basé à  Edinburgh, dans le permis Etinde, un ensemble de trois blocs offshores couvrant 2316 km2 au Cameroun, est repoussée en fin d’année 2014.

La prorogation est consécutive à un accord à présent signé par les différentes parties pour une longstop date d’extension au 31 décembre 2014, a annoncé le 28 octobre le groupe d’exploration sur le pétrole et le gaz coté à Londres.

Bowleven a entrepris d’amodier au total 50% d’intérêt dans le permis Etinde à Lukoil et NewAge, soit 37,5% pour Lukoil et 12,5% pour NewAge, pour une considération globale d’environ 250 millions de dollars. A terme, il passera de 75% d’intérêt à 25%, tandis que NewAge culminera à 37,5% d’intérêt pour devenir opérateur du permis Etinde, via sa filiale Camop.

Au Cameroun, Bowleven Plc, que dirige Kevin Hart (photo), détient des participations dans cinq blocs, trois en offshore et en eaux peu profondes et deux en onshore.

Lire aussi

26/08/2014 - Cameroun : Bowleven Plc prolonge à fin octobre l’amodiation dans Etinde à Lukoil et NewAge

04/08/2014 - Cameroun : Bowleven décroche le droit d’exploitation du gaz du bloc MLHP-7 sur Etinde

15/07/2014 - Cameroun : l’amodiation sur le permis Etinde met fin à l’alliance stratégique Bowleven-Petrofac

27/06/2014 - Cameroun : Bowleven Plc amodie 20% du permis Bomono à Africa Fortesa

Published in Energie

Bowleven Plc, groupe d’exploration du gaz et du pétrole, a prolongé au 31 octobre 2014 son amodiation, à Lukoil et NewAge, de 50% d’intérêt dans le permis Etinde, un ensemble de trois blocs offshores couvrant 2316 km2 au Cameroun.

Cette amodiation, convenue en juin dernier sur 37,5% pour Lukoil et 12,5% pour NewAge, est prorogée pour permettre de satisfaire les conditions résiduelles de la transaction, a expliqué le 26 août 2014 le groupe pétrolier coté à la bourse de Londres.

La principale condition reste, dit-on, l’approbation du gouvernement camerounais du transfert des parts et du statut d’opérateur, suite à cette amodiation portant sur une considération d’environ  250 millions de dollars.

«Nous avons fait un progrès remarquable vers l’achèvement de cette amodiation», a commenté Kevin Hart (photo), DG de Bowleven, espérant l’appui du gouvernement du Cameroun pour la conclusion de la transaction qui, relève-t-il, «facilitera l’évolution des plans de mise en valeur d’Etinde».

A terme, Bowleven plc passera de 75% d’intérêt à 25%, tandis que NewAge culminera à 37,5%  d’intérêt avec lesquels elle devient opérateur, via sa filiale Camop, du permis Etinde.

Lire aussi

04/08/2014 - Cameroun : Bowleven décroche le droit d’exploitation du gaz du bloc MLHP-7 sur Etinde

15/07/2014 - Cameroun : l’amodiation sur le permis Etinde met fin à l’alliance stratégique Bowleven-Petrofac

27/06/2014 - Cameroun : Bowleven Plc amodie 20% du permis Bomono à Africa Fortesa

04/06/2014 - Le Cameroun promet à Bowleven un permis d'exploitation pour son projet d'Etinde

21/03/2013 - Cameroun : Bowleven fournira en gaz l’usine d’engrais de Ferrostaal

Published in Energie

Bowleven plc, groupe d’exploration du gaz et du pétrole coté à Londres, est à présent en possession de l’autorisation d’exploitation du permis Etinde, le quitus pour l’exploitation du gaz sur le bloc MLHP-7 avec ses partenaires, dont la SNH, la société nationale des hydrocarbures du Cameroun.

Le 4 août 2014, le groupe britannique a annoncé avoir obtenu cette autorisation, dont le décret a été signé par le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, marquant ainsi la fin du processus engagé à cet effet. «L’obtention de cette autorisation est une étape importante et permet de faire avancer les excitants plans de développement d’Etinde», a commenté Kevin Hart (photo), DG de Bowleven.

Cette autorisation confère à Bowleven et ses partenaires, précise-t-on, les droits de mise en valeur et d’exploitation du bloc MLHP-7 pour une période initiale de 20 ans reconductible pour 10 autres années.

Selon le groupe britannique, les plans de développement se focalisent sur le champ IM du bloc MLHP-7 et la vente initiale du gaz sec à une usine d’engrais proposée, de sorte à faciliter la production des fluides. Ceci, pendant que des solutions additionnelles d’off-take sont examinées, surtout, sur le CLNG.

Bowleven détient à 75% le permis Etinde, un ensemble de trois blocs offshore couvrant 2316 km2. L’entreprise a dévoilé, fin juin dernier, son accord d’achat d’actions avec le Russe Lukoil et New-Age, pour leur vendre au total 50% de ses intérêts opérateurs.

Lire aussi

15/07/2014- Cameroun : l’amodiation sur le permis Etinde met fin à l’alliance stratégique Bowleven-Petrofac

27/06/2014- Cameroun :Bowleven Plcamodie 20% du permis Bomono à Africa Fortesa

04/06/2014- Le Cameroun promet àBowlevenun permis d'exploitation pour son projet d'Etinde

21/03/2013- Cameroun :Bowlevenfournira en gaz l’usine d’engrais de Ferrostaal

08/11/2012- Bowleven etPetrofacs’associent sur le Cameroun

Published in Energie
Page 1 sur 2
les-pays-de-la-cemac-ont-perdu-500-milliards-fcfa-de-recettes-petrolieres-au-1er-trimestre-2020
La Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) vient de publier une note d’analyse sur l’exécution des finances publiques de la Cemac (Cameroun,...
le-matgenie-concoit-des-buses-et-tuyaux-en-beton-arme-pour-pallier-les-faiblesses-des-buses-metalliques
Le Parc national du matériel du génie civil (Matgénie), bras mécanique de l’État camerounais, dit avoir conçu des solutions innovantes pour pallier les...
la-douane-camerounaise-a-saisi-des-marchandises-de-contrebande-d-environ-1-milliard-fcfa-au-1er-semestre-2020
Au terme du premier trimestre 2020, la douane camerounaise révèle que, grâce à l’opération « Halte au commerce illicite » (Halcomi), elle a procédé à...
l-operateur-telecoms-orange-s-associe-a-l-etat-pour-ameliorer-le-cadre-et-l-offre-dans-l-education-de-base-au-cameroun
A travers sa fondation, la filiale au Cameroun du groupe des télécoms français Orange a signé, ce 1er octobre 2020, une convention de partenariat avec le...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n101 Septembre 2020

Covid-19 Des entrepreneurs s’expriment


Les populations défendent leur patrimoine foncier


Business in Cameroon n91: september-2020

Covid-19 Insights from entrepreneurs


Land squabbles between citizens and the government

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev