logoIC
Yaoundé - 05 avril 2020 -

Kiro'o Games, la jeune entreprise camerounaise qui s'est lancée dans la production d'un jeu vidéo à partir d'un studio local, a annoncé le closing de son capital d'investissement à 182 504 euros (120 millions de francs Cfa), deux ans après son lancement. «Le projet a généré suffisamment de garanties et de visibilité mondiale. Cela s’est ressenti par un effet «dynamite» en générant plus de concrétisations que de souscriptions», a confié à l'agence Ecofin, Olivier Madiba (photo), le jeune DG de l'entreprise, visiblement satisfait.

La somme peut paraître petite, mais dans l'environnement de création de l'entreprise au Cameroun, c'est pratiquement une réussite pionnière. Kiro'o Games est déjà le premier studio de production de jeux installé en Afrique francophone, il est aussi l'une des toute première très petite entreprise à avoir exploré les voies du capital risque pour mobiliser des financements en vue de son expansion.

Selon les données financières publiées par l'entreprise, la mobilisation de ces ressources a suivi trois étapes principales. Une première dite de "tirs rafales", qui consistait à ouvrir le capital à tout le monde. Dans la 2ème année en 2014, il était désormais question de "tirs de précision", avec pour effet d’obtenir peu de souscriptions pour près de 98% de concrétisations. En ce début d'année 2015, le projet a connu un effet "boule de neige", qui s'est caractérisé bien plus rapidement par un grand nombre de concrétisations.

«En observant la courbe de la somme levée cumulée du Tableau 2, on remarque aisément deux pentes brutes entre septembre 2013 et janvier 2014 d’une part, et entre janvier 2015 et avril 2015, d’autre part. Ces pentes traduisent une accélération au niveau des ventes de part et les périodes concernées correspondent respectivement aux parutions des articles sur le projet dans le journal Le Monde et l’ouverture du Studio d’une part, et d’autre part au reportage sur France 24 et la sortie de la démo, d’autre part», explique-t-on chez Kiro'o Games.

74% des participations pour les Camerounais

Les résultats de l’analyse statistiques démontrent que les tranches d’âge les plus sensibles sont de 26 à 30 ans et de 31 à 35 ans, puisqu’elles détiennent 60% du capital ouvert aux investisseurs. Toutefois, la comparaison avec les chiffres de 2013 à 2014 démontre deux choses : Les 26 à 30 ans ont été les plus réactifs, c’est-à-dire les plus aptes à prendre des risques dès la prise de contact. Les 30 à 31 ans ont pris plus de recul, mais une fois décidés, ils ont investi davantage que leurs homologues de 26 à 30 ans

Autre leçon qui ressort des tableaux de l'entreprise, c'est que le projet a accroché une majorité de Camerounais, qui dominent l'actionnariat, avec 74% des participations. Les personnes de nationalité française sont le deuxième gros actionnaire avec une participation de 20%. On retrouve par la suite des Togolais, des Congolais, des Allemands et des Béninois. Toutefois, le gros des Camerounais ayant investi dans le projet résident à l’étranger.

L'entreprise est désormais orientée vers l'optimisation de son capital, afin de tenir les promesses et les engagements pris auprès de ses investisseurs. « J'aime à dire qu'on est parti de loin et aujourd'hui on vit une aventure sans pareille. Personne n'y croyait vraiment sauf nous et aujourd'hui nous avons la confiance de plusieurs personnes. Je ne peux être que confiant et avec nos équipes nous avons à cœur de tenir nos promesses en terme de rentabilité», a confié Olivier Madiba.

Idriss Linge

 

Lire aussi

06-01-2015 - Kiro’o Games pourrait lancer le premier jeu vidéo made in Cameroun au premier trimestre 2015

Published in Télécom

Olivier Madiba (photo), CEO et fondateur de Kiro’o Games Studio est de plus en plus optimiste et confiant. Le premier jeu vidéo made in Cameroun, baptisé Aurion et produit par Kiro’o Games, devrait être lancé au mois de mars 2015, ou au plus tard en avril prochain, a-t-il confié au site de veille technologique Ticmag.com.

Le jeune entrepreneur camerounais tient son assurance de la mobilisation effective, à ce jour, de la somme de 70 millions de francs Cfa au travers de la vente d’actions du studio. «Nous sommes à plus de 70 millions de FCfa déjà levés, ce qui correspond à 200 parts vendues sur les 300. Nous devons encore vendre les 100 dernières à 40 millions de francs Cfa, et l’idée est d’essayer de clôturer en janvier ou février», affirme le CEO de Kiro’o Games.

Projet vieux de 10 ans, ce jeu vidéo, qui engloutira un budget d’environ 120 millions de francs Cfa, est inspiré de la culture et de la cosmogonie africaine. Face aux difficultés à obtenir des financements pour lancer Aurion, l’équipe de Kiro’o Games a eu l’idée de vendre des actions pour s’autofinancer. C’est ainsi que le projet a été divisé en 1000 parts sur lesquelles 300 sont mises en vente, à raison de 610€ (environ 400 000 FCfa) environ l’action.

Lire aussi

19-06-2014 - Cameroun : 55 millions de FCfa déjà levés par Kiro'o Games pour lancer son jeu vidéo «Aurion»

Published in TIC

Sorelle Kamdom, la responsable Communication et relations presse de Kiro'o Games a annoncé que la petite société qui se revendique être le premier studio de jeux vidéo d’Afrique centrale, a déjà réussi à lever 84 000 euros (55,100 millions FCFA) pour lancer son jeu vidéo « Aurion ». Vieux de 10 ans, ce jeu vidéo est inspiré de la culture et de la cosmogonie africaine. Olivier Madiba (photo), un jeune entrepreneur camerounais, co-fondateur du studio Kiro'o Games, espérait le lancer à la mi-2014. Mais, tous ceux qui attendaient de le découvrir devront encore patienter.

Contrairement aux grosses productions comme «Desert Storm», «Divinity», «FIFA 2013», qui ont déjà des financements tout trouvés, Kiro’o Games n’a pas encore réussi à réunir toute la somme dont il a besoin, 183 000 euros (120 millions FCfa), pour finaliser le développement de son projet. Face au scepticisme des investisseurs sur la viabilité du projet, Kiro'o Games a du mal à atteindre son objectif financier.

Pour contourner cet obstacle, la petite société a décidé de vendre des actions pour s’autofinancer. C’est ainsi que le projet a été divisé en 1000 parts sur lesquelles 300 sont mises en ventes, à raison de 610€ l’action. «Nous avons déjà écoulés 140 parts sur les 300 avec 30 actionnaires effectifs répartis dans le monde entier», explique Sorelle Kamdom.

Published in Télécom
la-bvmac-affiche-une-capitalisation-boursiere-totale-de-120-milliards-de-fcfa-au-26-fevrier-2020
La Bourse de valeurs mobilières de l'Afrique centrale (Bvmac) dont le siège est basé à Douala, au Cameroun, informe que, depuis le lancement effectif de...
au-cameroun-60-34-des-chefs-d-entreprises-se-disent-impactes-par-l-augmentation-de-la-pression-fiscale-gicam
Le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) vient de publier son « Tableau de bord de l’économie » pour le compte du 3e trimestre 2019. Le...
l-etat-du-cameroun-nourrit-l-ambition-de-racheter-les-actions-de-total-au-sein-de-la-sonara
En parcourant le rapport de la Commission de réhabilitation (CTR) des établissements publics au Cameroun, paru en septembre 2019, l’on y apprend que...
des-banques-impliquees-dans-la-collecte-des-ressources-dediees-au-fonds-special-de-lutte-contre-le-covid-19-au-cameroun
Une ou plusieurs banques vont jouer, dans les prochains jours, un rôle important dans la collecte des apports financiers que les bailleurs privés ou...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n95 Mars 2020

Minim Martap« Peut-être la meilleure bauxite au monde à ce jour »


La nécessaire réforme des entreprises publiques camerounaises


Business in Cameroon n85: March 2020

Minim Martap«It might be the best bauxite ever at the moment»


The necessary reform of Cameroonian public firms

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev