logoIC
Yaoundé - 01 octobre 2020 -

Selon le quotidien Le Messager, les locaux abritant la direction générale de la Cotonnière industrielle du Cameroun (CICAM), le fleuron de l’industrie textile camerounaise, ont été scellés par des agents du fisc camerounais le 9 décembre 2013.

A en croire la même source, cette descente du fisc à la CICAM est en rapport avec une ardoise de 400 millions de francs Cfa, que Newco, la filiale de distribution du numéro un du textile au Cameroun et qui partage les même locaux que sa maison mère à Douala, tarde à éponger auprès des services des impôts.

Ces scellés n’ont cependant pas, apprend-on, perturbé les activités aussi bien à l’usine qu’au service commercial de la CICAM, permettant ainsi à l’entreprise de poursuivre ses activités de production et de commercialisation.

Créée en 1965, la CICAM est tombée dans le giron de l’Etat camerounais en 2008, après que la Société nationale des investissements (SNI) soit devenue son unique actionnaire. Mais avant cela, la CICAM qui contrôlait alors plus de 80% du marché du textile au Cameroun, avait réussi à absorber ses distributeurs qu’étaient RW King et Solicam, respectivement en 1989 et 1995.

Leader du marché du textile au Cameroun avec des produits essentiellement constitués de pagnes, serviettes de toilettes et fil de coton, la CICAM, qui emploie environ 1000 personnes y compris dans sa filiale Newco qu’elle détient à 100%, fait actuellement face à une concurrence farouche des produits importés, parfois frauduleusement, principalement de la Chine et du Nigeria.

Mais en plus de la concurrence qui met à mal les finances de la CICAM, cette entreprise dispose encore de faibles capacités de production. Pour accroître ces dernières, la CICAM a bénéficié en janvier 2013 d’un prêt syndiqué de banques camerounaises, qui lui ont octroyé un crédit de 5,5 milliards de francs Cfa.

Ce crédit, apprend-on, vont permettre à cette société publique de rénover ses machines pour booster sa capacité de transformation du coton, en la portant à 6500 tonnes par an (sur une production nationale qui dépasse 200 000 tonnes), contre 3000 tonnes actuellement. 

BRM

Lire aussi

04-01-2013 - Trois banques accordent un crédit de 5,5 milliards de FCFA à la CICAM

21-01-2013 - La Cicam augmente le prix du pagne de 1000 à 2000 FCFA

Published in Industrie
l-operateur-telecoms-orange-s-associe-a-l-etat-pour-ameliorer-le-cadre-et-l-offre-dans-l-education-de-base-au-cameroun
A travers sa fondation, la filiale au Cameroun du groupe des télécoms français Orange a signé, ce 1er octobre 2020, une convention de partenariat avec le...
pour-moderniser-le-secteur-le-cameroun-prepare-la-creation-de-l-agence-nationale-du-conseil-agropastoral
Dans le cadre du C2D, programme d’aide au développement liant la France et le Cameroun, Louis Paul Motaze, ministre des Finances, vient de lancer un avis...
commerce-international-en-10-ans-le-cameroun-aurait-perdu-17-600-milliards-de-fcfa
Les flux financiers, qualifiés d’« illicites » dans le secteur du commerce international, auraient couté au Cameroun la somme brute de 31,5...
200-brevets-d-invention-a-la-disposition-des-chercheurs-camerounais-pour-la-production-de-medicaments-anti-covid-19
Selon le ministère en charge de l’Industrie et du Développement technologique informe que dans le cadre de la lutte contre le coronavirus (Covid-19), 200...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n101 Septembre 2020

Covid-19 Des entrepreneurs s’expriment


Les populations défendent leur patrimoine foncier


Business in Cameroon n91: september-2020

Covid-19 Insights from entrepreneurs


Land squabbles between citizens and the government

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev