logoIC
Yaoundé - 25 octobre 2020 -
Trombinoscope

Daniel KALBASSOU, la finance à la sahélienne

Daniel KALBASSOU, la finance à la sahélienne

(Investir au Cameroun) - Daniel Kalbassou dirige depuis plusieurs années Le Crédit du Sahel, une institution de microfinance implantée dans les trois régions septentrionales, qui sont aussi les plus pauvres du Cameroun. Aussi, sa stratégie d’intermédiation financière a-t-elle dû s’adapter aux réalités locales. « Nous avons eu l’idée de financer en amont l’acquisition des intrants afin d’accroître la production, et de récupérer à la récolte, la part de production qui, à l’évaluation, permettra que nous puissions obtenir notre remboursement. Nous gardons cette production en garantie dans un système d’entreposage que nous avons mis en place. Ce stock est gardé 2 ou 3 mois, au terme desquels les prix repartent généralement à la hausse. À ce moment-là, nous vendons la production collectée et nous prélevons nos revenus d’intérêts. Lorsqu’il y a un surplus, nous le mettons dans les comptes à la disposition des paysans concernés », explique M. Kalbassou.

Au terme de l’exercice 2014, l’encours de crédits du Crédit du Sahel approchait 12 milliards de FCFA, dont les 2/3 accordés au monde rural, principalement aux agriculteurs et éleveurs. L’établissement comptait à peu près 60 000 comptes ouverts, dont 10 000 appartenant à des groupements de paysans. Ceux-ci comptent pas moins de 80 000 personnes, lesquelles choisissent cette option pour mutualiser les coûts liés à la possession et la gestion d’un compte, apprend-on.