logoIC
Yaoundé - 24 octobre 2017 -
Aviculture

Cameroun : l’Etat cède ses actifs dans la station de l’Office national de développement de l’aviculture et du petit bétail de Douala

Cameroun : l’Etat cède ses actifs dans la station de l’Office national de développement de l’aviculture et du petit bétail de Douala

(Investir au Cameroun) - Après près de 4 années de recherche, l’Etat du Cameroun a finalement cédé ses actifs dans la station de l’Office national de développement de l’aviculture et du petit bétail (ONDAPB) de Douala, à la société camerounaise Ronax Invest. Les actes de cette cession d’actifs ont été récemment signés à Yaoundé, la capitale du pays, par le ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey, et Philippe Esso, Directeur général de Ronax Invest.

Selon les termes de la transaction, a-t-on appris officiellement, Ronax Invest qui a acquis les actifs résiduels de cette station de l’ONDAPB pour un montant de 250 millions de francs Cfa, s’est engagé à investir la bagatelle de 1,8 milliard de francs Cfa ; de manière à pouvoir mettre sur le marché ses premières cargaisons de poulets de chair et en découpes, dès décembre 2017.

Le plan de développement de Ronax Invest prévoit également, sur le moyen terme, la transformation de la chair de poulets en produits dérivés, la production des poussins d’un jour et de la provende.

La structure d’élevage que l’Etat camerounais vient de céder à un opérateur privé s’étend sur une superficie de 15 hectares dans la localité de Yassa, dans la banlieue de la capitale économique du pays. Elle était à l’arrêt depuis plus de 10 ans. Sa privatisation, avait précisé le ministre des Finances dans un appel à manifestations d’intérêt, lancé en novembre 2013, vise à « résorber le déficit en protéines animales » dans le pays et à limiter « des importations de poussins d’un jour et de provende ».

Créé en 1981, l’Office national pour le développement de l’aviculture et le petit bétail avait pour missions, de vulgariser et de promouvoir l’élevage avicole et du petit bétail au Cameroun, et d’encadrer les opérateurs de ces filières.

À travers sept stations réparties sur le territoire national, cette structure se chargeait concrètement de la sélection et de la diffusion de géniteurs en milieu rural et de la production de la provende. Inscrit dans le programme des entreprises à privatiser depuis les années 90, l’office a déjà cédé trois de ses stations, apprend-on de bonnes sources.

Brice R. Mbodiam 

Lire aussi:

19-11-2013 - Cameroun : l’Etat relance la privatisation de l’office national de développement de l’aviculture et du petit bétail

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n66: octobre 2017

La bataille des eaux minérales au Cameroun


Jean Joseph Aouda, une expertise ferroviaire qui dépasse les frontières


Business in Cameroon n56: October 2017

The battle of mineral waters in Cameroon


J. J. Aouda, an expertise in the railway industry that goes beyond borders

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev