logoIC
Yaoundé - 27 février 2024 -
Energie

Plan social, restructuration : les dossiers qui attendent Harouna Bako à la Sonara

Plan social, restructuration : les dossiers qui attendent Harouna Bako à la Sonara

(Investir au Cameroun) - A peine installé en juillet 2023 dans son fauteuil de directeur général de la Cameroon Oil Transportation Company (Cotco), en pleine bataille entre le Tchad et la junior pétrolière britannique Savannay Energy pour le contrôle de cette co-entreprise chargée de gérer le pipeline Tchad-Cameroun côté camerounais, Harouna Bako (photo) quitte ses fonctions. Au sortir d’un Conseil d’administration extraordinaire de la Société nationale de raffinage (Sonara), présidé ce 9 février 2024 par le ministre de l’Eau et de l’Énergie, Gaston Eloundou Essomba, ce magistrat a été porté à la tête de l’unique raffinerie de pétrole du Cameroun.  

Harouna Bako remplace Jean Paul Simo Njonou, qui dirigeait cette entreprise publique depuis le 14 janvier 2019. L’arrivée de cet ancien membre du conseil d’administration de cette même entreprise à sa tête avait été suivie, le 31 mai 2019, par un incendie qui avait ravagé les installations de la Sonara, réduisant ce raffineur aux importations de produits pétroliers consommés au Cameroun. Des informations mises en circulation à cette époque par des sources proches de ce dossier révèleront qu’au moment de l’incendie, la Sonara n’était couverte par aucune police d’assurance, mettant ainsi à l’index des lenteurs procédurales internes à cette société d’État. D’aucuns avaient d’ailleurs prédit un limogeage de Jean Paul Simo Djonou à la suite de sinistre.

Mais, celui qui est désormais ex-DG de la Sonara aura survécu à cet incendie pendant plus de 3 ans, en pilotant les opérations d’importation d’une partie des produits pétroliers finis consommés sur le territoire camerounais. Cette prérogative avait été accordée à la Sonara par le gouvernement, afin de donner un peu d’oxygène à cette entreprise non seulement sinistrée, mais lourdement endettée auprès des traders et des banques locales. Au point de cumuler, à elle seule, environ 80% de la dette extérieure de l’ensemble des entreprises publiques du pays.

Harouna Bako, lui, prend les rênes d’une entreprise dont la dette a été restructurée. En effet, le 15 octobre 2021, le ministre des Finances, Louis Paul Motazé, a signé avec neuf banques locales, des conventions de restructuration d’une dette de 261,4 milliards de FCFA due par la Sonara. Cette dette est ainsi rééchelonnée sur une période de 10 ans, moyennant un taux d’intérêt hors taxes de 5,5% par an. Le même mécanisme est en cours avec la dette réclamée à la Sonara par les traders, qui est de 272,8 milliards de FCFA. À ce jour, des conventions de restructuration portant sur une dette de 237 milliards de FCFA ont déjà été signées avec les traders Vittol, PSTV, Trafigura et Mercuria Energy Trading.

Un plan social en gestation 

Mais, en dépit de ces avancées sur le dossier de l’endettement de l’entreprise, le nouveau DG hérite d’une société qui vient d’être amputée de son unique activité depuis l’incendie de 2019. En effet, depuis le 14 décembre 2023, à travers une lettre du secrétaire général de la présidence de la République (SGPR), Ferdinand Ngoh Ngoh, adressée au ministre de l’Eau et de l’Énergie, Gaston Eloundou Essomba, l’on apprend que le chef de l’État a décidé de libéraliser les importations des produits pétroliers finis, dont 80% des parts étaient jusqu’ici concédées à la Sonara. Selon la même lettre, il revient désormais à la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (CSPH) d’attribuer des quotas aux « importateurs majeurs du secteur, présentant les profils techniques et financiers leur permettant de procéder immédiatement aux importations ».

De sources autorisées, ce retour des marketers sur les contrats d’importation des produits pétroliers au détriment de la Sonara devrait raviver les récriminations du FMI sur la gestion de la situation à la Sonara par l’État, son unique actionnaire. En effet, apprend-on de sources autorisées, dans le cadre de son programme économique et financier avec le Cameroun, prorogé jusqu’en juillet 2024, cette institution de Bretton Woods voit d’un mauvais œil que l’État continue de faire feu de tout bois pour maintenir financièrement à flot une entreprise pratiquement sans activité. Et qui, de surcroît, continue d’afficher un grand train de vie, avec une masse salariale des plus importantes du pays. Face aux récriminations du FMI, le gouvernement et les responsables de la Sonara peaufineraient d’ailleurs, depuis un certain temps, un plan social au sein de cette entreprise. Une patate chaude qu’hériterait alors Harouna Bako, le nouveau DG.

En plus, a prescrit le ministre Eloundou Essomba en installant le nouveau promu ce 9 février 2024 à Limbé, Harouna Bako devra s’employer « à accélérer le processus de restructuration de la Sonara initié par le gouvernement, en collaboration avec les partenaires techniques et institutionnels ». De ce fait, a précisé le ministre de l’Eau et de l’Énergie, le nouveau DG devra urgemment recruter un partenaire financier et technique, à l’effet de reconstruire et d’augmenter les capacités de production de la Sonara, qui devait désormais être dotée d’un hydrocraqueur. Il s’agit d’un équipement permettant de raffiner du pétrole lourd, comme celui produit au Cameroun.         

Brice R. Mbodiam

 Lire aussi :

15-12-2023 - Importations des carburants : TotalEnergies, Tradex, Ola, Neptune etc. repositionnés au détriment de la Sonara

12-12-2023 - Projet de réhabilitation de la Sonara : deux cabinets américain et français recrutés pour les études et le conseil

22-07-2022 - Incendie à la Sonara : Activa soupçonnée de détournements de deniers publics et de négligence

transport-urbain-et-interurbain-la-nouvelle-hausse-des-tarifs-devrait-entretenir-l-inflation-au-cameroun-en-2024
Dans le prolongement des mesures d’accompagnement décidées par le gouvernement (après l’augmentation des salaires et des allocations familiales), pour...
or-le-britannique-oriole-resources-annonce-la-reprise-des-travaux-d-exploration-sur-son-projet-mbe-au-cameroun
La junior-minière britannique Oriole Resources a annoncé le 26 février 2024 avoir relancé les travaux d’exploration d’or sur son projet Mbé, situé...
l-entreprise-allemande-grohe-accompagne-l-institut-technique-don-bosco-d-ebolowa-dans-le-cadre-de-son-programme-give
Ce vendredi 23 février, l'Institut Technique Don Bosco d'Ebolowa a accueilli une multitude d'invités de marque sur son campus. Parmi eux, l'évêque du...
aboudi-ottou-redaction-en-chef-d-investir-au-cameroun-prime-pour-son-courage-et-la-qualite-de-ses-enquetes-en-2023
Le journaliste Aboudi Ottou (photo), coordonnateur du Bureau Cameroun de l’Agence Ecofin et rédacteur en chef d’Investir au Cameroun, vient de remporter...

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev