logoIC
Yaoundé - 20 octobre 2020 -
Trombinoscope

Benoît GALICHET, la remontada du cimentier

Benoît GALICHET, la remontada du cimentier

(Investir au Cameroun) - Le quinquagénaire, diplômé en génie mécanique à l’École nationale supérieure des Arts et Métiers en France, est en train de réussir la mission qui lui a été confiée à son arrivée à la tête des Cimenteries du Cameroun (Cimencam), en juillet 2018 : redevenir leader du marché du ciment au Cameroun. En monopole pendant 48 ans, la filiale locale du consortium franco-maroco-suisse LafargeHolcim-Maroc Afrique a vu sa quiétude plus que perturbée par l’arrivée, en mars 2015, du Nigérian Dangote, qui a pris la première place en contrôlant près de 45% des parts de marché.

Mais, en moins d’un an, Benoît Galichet, plus de 23 ans d’ancienneté au sein du groupe, a au moins refait l’écart. « Nous sommes redevenus leader sur le marché camerounais depuis le début de l’année 2019 », indiquait déjà, en avril 2019, Emmanuel Rigaux. L’administrateur directeur général de LafargeHolcim Maroc Afrique l’avait annoncé lors de son passage au Cameroun pour l’inauguration de la nouvelle usine de l’entreprise d’une capacité installée de 500 000 tonnes. Dangote Cement attribue en effet, en partie, la baisse de 6,5% de son chiffre d’affaires aux nouvelles capacités de ses concurrents. Le challenge de Benoît Galichet est donc de conforter cette avance, surtout que les autres acteurs du marché n’ont pas dit leur dernier mot.