logoIC
Yaoundé - 27 février 2024 -
Energie

Électricité : jusqu’en 2026, les prix vont augmenter au Cameroun de 5% et 10% par an pour les clients industriels

Électricité : jusqu’en 2026, les prix vont augmenter au Cameroun de 5% et 10% par an pour les clients industriels

(Investir au Cameroun) - Depuis le 1er janvier 2024, une nouvelle hausse des prix de l’électricité est en vigueur au Cameroun. Elle concerne les clients moyenne tension (MT), c’est-à-dire les « clients industriels ». Il s’agit d’à peu près 2000 clients sur le plus de 2 millions que compte Eneo, concessionnaire exclusif du service de distribution de l’électricité dans le pays, soit près 0,1% du portefeuille global. Dans une note d’information, datée du 23 janvier qu’Investir au Cameroun a consultée, Eneo rappelle d’ailleurs aux clients de cette catégorie que la hausse sera de 5% pour les tranches de consommation comprises entre 0 et 3 MW et de 10% pour celles comprises entre 3 et 10 MW.

Il s’agit en fait de l’application de la décision de l’Agence de régulation du secteur de l’électricité (Arsel) du 12 décembre 2022. Elle fixe les tarifs de vente hors taxe d’électricité des clients moyenne tension et les seuils minima de négociation des tarifs pour les clients dits « grands comptes » applicables pour la période 2023-2026. Selon cette décision, les tarifs d’électricité pour les clients moyenne tension, fixés et appliqués depuis le 1er janvier 2023, vont augmenter jusqu’en 2026 au rythme de 5% par an pour les consommations comprises entre 0 et 3 MW et de 10% pour celles comprises entre 3 et 10 MW. Il faut dire que le même texte avait arrêté les nouveaux prix pour les clients haute (une dizaine) et moyenne tension à appliquer dès le 1er janvier 2023. Elle consacrait une hausse des prix de 6% pour la première catégorie et 10% pour la deuxième. Ces hausses ne concernent dont pas les clients basse tension dont les ménages. Mais des travaux sont en cours pour l'ajustement tarifaire des clients basse tension professionnels.

Au Cameroun, les tarifs ont été gelés depuis 2012. Selon l’Arsel, qui assure la régulation, le contrôle et le suivi des activités des exploitants et des opérateurs du secteur de l’électricité dans le cadre de la politique définie par le gouvernement, cela était devenu intenable au regard notamment de l’explosion des charges liées à la production et la distribution de l’énergie électrique (transformateurs, compteurs, câbles électriques et combustibles).

Réduction des subventions

« Les prix étant restés figés, nous avons enregistré au cours de cette période, un déséquilibre financier entre les ressources générées par le secteur et les dépenses qui doivent être supportées par ce secteur. S’il y a eu un ajustement, nous avons évité qu’il soit complet. Nous l’avons fait de manière partielle de façon à ce qu’on puisse, au cours d’une période de cinq ans, lisser et atteindre le coût du service en 2026. Si ces hausses sont pratiquées, on aura un tarif qui correspond effectivement au coût du service supporté par les opérateurs du secteur de l’électricité », expliquait, le directeur général de l’Arsel, Jean Pascal Nkou, dans une interview accordée au magazine Cameroon Business Today en janvier 2023.

Cette hausse, décidée officiellement par le gouvernement, vise ainsi à éviter que le secteur n’engrange plus de déficit et atteigne l’équilibre financier. Elle est aussi conforme aux engagements du Cameroun pris auprès du Fonds mondial international (FMI) qui a conditionné l’obtention de certains prêts à l’arrêt des subventions énergétiques. Selon le ministre de l’Eau et de l’Énergie (Minee), Gaston Eloundou Essomba, les subventions payées entre 2012 et 2022 par l’État aux opérateurs du secteur pour éviter cette hausse tarifaire s’élèvent à environ 300 milliards de FCFA.

« À titre d’illustration, le coût de production du kWh d’une centrale thermique à gasoil s’élève à 200 FCFA/kWh à l’exemple des centrales thermiques de Bertoua, Maroua, Banyo, Yoko, etc., alors que les ménages dont la consommation mensuelle est inférieure à 110 kWh ne paient que 50 FCFA le kWh, soit une subvention par l’État de 150 FCFA/kWh. Il en est de même des industriels raccordés au réseau moyenne tension dont la consommation a été subventionnée à hauteur de 20 milliards FCFA pour l’exercice 2021 au titre de la compensation tarifaire. Toutes choses qui ont permis aux entreprises de contenir les coûts de production de leurs biens et services et ont contribué à contenir l’inflation », déclarait le membre du gouvernement au cours d’une conférence de presse le 31 mars 2022 sur les mesures prises par le gouvernement pour améliorer notamment l’approvisionnement en électricité. Mais du côté des entreprises, cette hausse n’est pas la bienvenue.

Patricia Ngo Ngouem

Lire aussi :

10-01-2023 – Electricité : les aciéries s’opposent à la hausse des tarifs qui menaceraient plus 1 000 emplois dans la filière

transport-urbain-et-interurbain-la-nouvelle-hausse-des-tarifs-devrait-entretenir-l-inflation-au-cameroun-en-2024
Dans le prolongement des mesures d’accompagnement décidées par le gouvernement (après l’augmentation des salaires et des allocations familiales), pour...
or-le-britannique-oriole-resources-annonce-la-reprise-des-travaux-d-exploration-sur-son-projet-mbe-au-cameroun
La junior-minière britannique Oriole Resources a annoncé le 26 février 2024 avoir relancé les travaux d’exploration d’or sur son projet Mbé, situé...
l-entreprise-allemande-grohe-accompagne-l-institut-technique-don-bosco-d-ebolowa-dans-le-cadre-de-son-programme-give
Ce vendredi 23 février, l'Institut Technique Don Bosco d'Ebolowa a accueilli une multitude d'invités de marque sur son campus. Parmi eux, l'évêque du...
aboudi-ottou-redaction-en-chef-d-investir-au-cameroun-prime-pour-son-courage-et-la-qualite-de-ses-enquetes-en-2023
Le journaliste Aboudi Ottou (photo), coordonnateur du Bureau Cameroun de l’Agence Ecofin et rédacteur en chef d’Investir au Cameroun, vient de remporter...

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev