logoIC
Yaoundé - 27 février 2024 -
Gestion publique

Corruption : les pertes évaluées pour l’État du Cameroun baissent de 39 milliards FCFA en 2022 par rapport à 2021

Corruption : les pertes évaluées pour l’État du Cameroun baissent de 39 milliards FCFA en 2022 par rapport à 2021

(Investir au Cameroun) - Le préjudice financier subi par l’État du fait de la corruption et des infractions assimilées a été évalué 4,6 milliards de FCFA en 2022. C’est ce qu’indique la Commission nationale anti-corruption (Conac), dans son dernier rapport sur l’état de la lutte contre la corruption en 2022 dans le pays, présenté vendredi 27 octobre. Par rapport à l’année précédente, ces pertes sont ressorties en baisse de plus de 39 milliards de FCFA. Le préjudice financier subi par l’État du fait de la corruption et des infractions assimilées a été évalué à 44 milliards de FCFA en 2021, selon la Conac. Plus de la moitié de ce montant était imputée à la Société de recouvrement des créances du Cameroun (SRC), accusée d’avoir fait perdre plus de 24 milliards de FCFA à l’État entre 2011 et 2014.

Selon le rapport, ce préjudice financier est établi sur la base des missions d’investigation de la Conac, ainsi que des condamnations pécuniaires issues des décisions rendues par le Conseil de discipline budgétaire et financière (CDBF) du Contrôle supérieur de l’État (Consupe) et le Tribunal criminel spécial (TCS). La baisse du montant des pertes évaluées en 2022 ne signifie pas forcément un recul de la corruption. Car il peut aussi s’agir d’un essoufflement de la lutte contre la corruption dans le pays au cours de la période sous revue. 

Ainsi, dans les investigations menées par la Conac en 2022, le préjudice subi par l’État est évalué à 249 131 723 FCFA. Le CDBF, chargé de statuer sur les fautes de gestion présumées des ordonnateurs des crédits publics et autres gérants ou surveillants de la fortune publique, a rendu au total 18 décisions (contre 24 en 2021). Lesdites décisions concernaient des responsables ou d’anciens responsables de sept administrations publiques.

Dénonciations

Sur les 18 personnes mises en cause, huit ont été reconnues coupables et ont écopé d’amendes spéciales d’un montant total de 6 800 000 de FCFA. Certains de ces responsables ont été mis en débet pour un montant total de 499 110 375 de FCFA, représentant le préjudice financier subi par l’État du Cameroun dans ces affaires, apprend-on. Le TCS, qui réprime les infractions de détournements de deniers publics lorsque le préjudice atteint un montant minimum de 50 millions de FCFA, a rendu 21 arrêts définitifs en 2022 pour des affaires impliquant le ministère des Finances (Minfi), le Port autonome de Douala (PAD), la Cameroon Water Utilities (Camwater), la Cameroon Postal Service (Campost), la Cameroon Telecommunications (Camtel), le Parc national de matériel de génie civil (Matgénie) et la commune de Yokadouma (Est).

Dans l’ensemble, 32 personnes étaient mises en cause dans ces affaires. Vingt-quatre d’entre elles ont été déclarées coupables et des peines d’emprisonnement ferme allant de 10 ans à l’emprisonnement à vie ont été prononcées à leur encontre. Le montant total du préjudice financier subi par l’État du Cameroun dans ces affaires s’élève à 3 875 176 820 FCFA, peut-on lire dans le document.

 « 2 603 dénonciations ont été reçues via la ligne verte, le 1517, 3 472 à travers le courrier administratif, 565 par le courrier électronique et 401 au numéro WhatsApp. Le détournement de biens publics apparaît comme l’infraction majeure avec 1 135 occurrences », a déclaré Dieudonné Massi Gams, le président de la Conac, lors de la présentation de ce rapport. L’éducation, les affaires domaniales et foncières et les finances forment le podium des secteurs (onze au total) les plus dénoncés à travers la ligne verte de la Conac l’année dernière.

D’après les résultats de l’indice de perception de la corruption publié en janvier 2023 par Transparency International (TI), le Cameroun est classé 34e pays le plus corrompu en Afrique (142e mondial) en 2022. Dans l’espace Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Tchad), le pays occupe le deuxième rang, derrière le Gabon.

Patricia Ngo Ngouem

Lire aussi :

14-11-2022-Recouvrement des créances : la Conac accuse la SRC d’avoir fait perdre à l’État 24 milliards de FCFA

transport-urbain-et-interurbain-la-nouvelle-hausse-des-tarifs-devrait-entretenir-l-inflation-au-cameroun-en-2024
Dans le prolongement des mesures d’accompagnement décidées par le gouvernement (après l’augmentation des salaires et des allocations familiales), pour...
or-le-britannique-oriole-resources-annonce-la-reprise-des-travaux-d-exploration-sur-son-projet-mbe-au-cameroun
La junior-minière britannique Oriole Resources a annoncé le 26 février 2024 avoir relancé les travaux d’exploration d’or sur son projet Mbé, situé...
l-entreprise-allemande-grohe-accompagne-l-institut-technique-don-bosco-d-ebolowa-dans-le-cadre-de-son-programme-give
Ce vendredi 23 février, l'Institut Technique Don Bosco d'Ebolowa a accueilli une multitude d'invités de marque sur son campus. Parmi eux, l'évêque du...
aboudi-ottou-redaction-en-chef-d-investir-au-cameroun-prime-pour-son-courage-et-la-qualite-de-ses-enquetes-en-2023
Le journaliste Aboudi Ottou (photo), coordonnateur du Bureau Cameroun de l’Agence Ecofin et rédacteur en chef d’Investir au Cameroun, vient de remporter...

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev