logoIC
Yaoundé - 19 avril 2024 -
Energie

Électricité : Globeleq relance ses centrales, après une promesse de paiement de 30 milliards de FCFA

Électricité : Globeleq relance ses centrales, après une promesse de paiement de 30 milliards de FCFA

(Investir au Cameroun) - Depuis le 20 décembre 2023, les centrales à gaz de Kribi (KPDC, 216 MW) et à fuel lourd de Dibamba (DPDC, 88 MW) sont de nouveau disponibles. La société britannique Globeleq, qui contrôle ces ouvrages de production (56% contre 44% pour l’État du Cameroun), a décidé de les remettre « exceptionnellement » en service, apprend-on d’un communiqué publié par le producteur indépendant d’électricité le même jour. Ce qui devrait réduire la fréquence et la durée des coupures d’électricité que connaissent actuellement six des 10 régions du Cameroun, dont les villes de Yaoundé et Douala. 

Pour justifier sa décision, Globeleq évoque « les engagements pris [par le gouvernement] afin de réduire la dette due par Eneo dès le 27 décembre 2023 ». Évaluée à 107,7 milliards de FCFA à fin novembre 2023, cette dette est projetée à 115 milliards de FCFA à fin décembre. Au ministère des Finances (Minfi), nos sources indiquent que le gouvernement s’est engagé à payer environ 30 milliards de FCFA d’ici le 27 décembre.

Pour comprendre cet engagement, il faut savoir qu’Eneo, contrôlé par le fonds d’investissement britannique Actis (51% contre 44% pour l’État du Cameroun), justifie son insolvabilité vis-à-vis de Globeleq par le volume de ses créances dues par le secteur public (État et autres entités publiques). Il est donc question pour l’État de mobiliser sur le marché des capitaux de l’argent, afin de régler une partie de la dette publique due à Eneo, pour que la filiale d’Actis puisse à son tour éponger une partie des impayés accumulés auprès de Globeleq.

Incertitude

Cette opération de monétisation est l’une des « solutions d’urgence de nature à réduire de façon significative les arriérés de paiement accumulés par Eneo » mise sur la table en novembre dernier pour convaincre Globeleq à remettre en service ses centrales thermiques. Du fait des arriérés accumulés par la filiale d’Actis, le producteur indépendant d’électricité avait déjà mis ses centrales à l’arrêt pendant la première semaine de novembre 2023. Et pour justifier la deuxième mise à l’arrêt, intervenue le 1er décembre, le directeur général de Globeleq Cameroun, Frédéric Mvondo (photo), évoquait, dans un courrier consulté par Investir au Cameroun, le fait qu’« aucun élément concret sur le montant et le calendrier de l’opération de monétisation n’est arrêté », et conditionnait la remise en service des ouvrages par la finalisation de cette opération.

Une perspective jusqu’ici bloquée, notamment par le bras de fer entre l’État et le distributeur exclusif de l’électricité sur la prise en charge des frais de cette levée de fonds. « Eneo ne veut rien prendre en charge. L’État va tout assumer », peste un responsable du Minfi. « Le non-paiement des sommes annoncées aux dates dues contraindrait Globeleq à appliquer de nouvelles mesures de sauvegarde en protection des équipements de production », menace pour sa part Frédéric Mvondo dans son communiqué. À lire entre les lignes, Globeleq attend d’autres paiements après l’opération de monétisation qui devrait permettre de lui verser environ 30 milliards de FCFA d’ici le 27 décembre. Serait-ce toujours par le biais du même mécanisme ? Rien n’est moins sûr.

Il faut dire que l’État continue de contester les créances revendiquées par Eneo. À fin septembre 2023, le distributeur exclusif de l’électricité au Cameroun chiffrait la dette publique à 234,5 milliards de FCFA, répartie en trois grandes catégories de débiteurs : l’État central (131,7 milliards de FCFA), les entreprises publiques (55 milliards de FCFA) et les autres entités publiques (47,8 milliards de FCFA). « L’État [central] ne doit rien à Eneo. Certaines entités publiques doivent environ 70 milliards de FCFA à Eneo. L’État compte se subroger à ces entités pour payer d’ici le 27 décembre environ 30 milliards de FCFA », soutient un haut responsable du Minfi, dont les collaborateurs participent aux commissions mises en place pour évaluer la dette du secteur public vis-vis d’Eneo.

Lire aussi :

18-12-2023-Électricité : Eneo réclame désormais plus de 234 milliards de FCFA à l’État, des tractations toujours en cours

04-12-2023-Électricité : Globeleq arrête de nouveau ses centrales pour réclamer à Eneo 107,7 milliards de FCFA d’arriérés

02-05-2023 - Électricité : l’État conteste la créance de 186 milliards de FCFA réclamée par Eneo, des tractations en cours

le-cameroun-confie-un-contrat-de-10-ans-a-l-ivoirien-impact-palmares-r-d-pour-la-securisation-de-son-visa-electronique
Le ministère des Relations extérieures a révélé que la société ivoirienne Impact Palmarès R&D SAS va gérer pendant 10 ans, renouvelables, son service...
capitalisation-boursiere-la-bvmac-toujours-loin-de-ses-objectifs-malgre-une-hausse-de-pres-de-37-en-2023
Selon le dernier rapport sur la politique monétaire de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), publié en mars 2024, l’activité boursière dans la...
visas-d-etudes-en-france-erratum
Le communiqué "Visa d’études en France : 7 structures spécialisées dans la fourniture d'attestations de virement irrévocable reconnues illégales",...
cemac-les-projets-miniers-devraient-porter-la-croissance-moyenne-annuelle-a-3-7-entre-2025-et-2027-beac
Après un taux de croissance économique de 3,6% attendue dans la Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale) en 2024, soit son plus...

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev