logoIC
Yaoundé - 18 avril 2024 -
Gestion publique

Transformation du bois : le Cameroun met à disposition 224 hectares et espère la création de 55 000 emplois

Transformation du bois : le Cameroun met à disposition 224 hectares et espère la création de 55 000 emplois

(Investir au Cameroun) - La Mission d’aménagement et de gestion des zones industrielles (Magzi), entreprise publique camerounaise chargée de la gestion du foncier industriel, a mis à la disposition des opérateurs du secteur forestier deux zones industrielles dédiées à la transformation locale du bois dans la région de l’Est. D’une superficie cumulée de 224 hectares, révèle le rapport 2022 sur la situation des entreprises et établissements publics, que vient de publier la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic (CTR), ces sites sont situés dans les localités de Doumé-Bonis (104 hectares) et de Mandjo Kano (120 hectares).

La mise à disposition de ces espaces, apprend-on, est en droite ligne de la promotion de la transformation locale du bois décidée par le gouvernement camerounais. Cette mesure s’inscrit également dans la perspective de l’interdiction des exportations des grumes annoncée depuis quelques années dans la zone Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale), mais dont la mise en œuvre est désormais reportée sine die. À en croire la CTR, « l’installation des unités locales de transformation du bois » à Doume-Bonis et Mandjo Kano « est susceptible de générer 55 000 emplois directs, avec une incidence favorable sur les recettes budgétaires » du pays.

En effet, afin de créer davantage de plus-value dans son industrie forestière, le Cameroun s’est engagé depuis quelques années dans la promotion de la 2e et de la 3e transformation de son bois. Cet engagement a pris la forme de mesures fiscalo-douanières incitatives visant à encourager la transformation locale du bois, d’une part, et à décourager les exportations des bois non transformés (grumes) ou alors qui le sont minimalement (bois débités), d’autre part.

Surtaxation des exportations de grumes

C’est ainsi que, par exemple, sur la période de 7 ans allant de 2017 à 2024, le gouvernement camerounais a procédé à une augmentation progressive du droit de sortie des grumes, passant d’un taux de 17,5% à 75%. Calculette en main, ces revalorisations successives, contenues dans les différentes lois des finances du pays, correspondent à une hausse globale de la taxation des exportations des grumes de 428,6% en valeur relative. Par ailleurs, dans les circulaires relatives à la préparation des lois de finances 2023 et 2024, le chef de l’État, Paul Biya, prescrit expressément au gouvernement « la priorisation des meubles fabriqués localement dans la commande publique », en lieu et place des meubles importés.

Comme pour forcer davantage la main à ces dirigeants des administrations publiques et des particuliers préférant des meubles importés aux produits locaux, la loi de finances 2024 instaure un droit d’accises de 25% sur les importations des ouvrages en bois, des meubles en métal utilisés dans les bureaux, les meubles en bois utilisés dans les cuisines et les meubles en matière plastique. Tout ceci vise à renchérir les importations, pour davantage orienter la commande vers les meubles en bois fabriqués localement.

Dans l’optique de faciliter l’installation des menuiseries industrielles au Cameroun, à l’effet de répondre à une demande des meubles et ouvrages en bois, dont le gouvernement souhaite voir la demande exploser, la loi de finances 2023 de l’État du Cameroun consacre une exonération des taxes sur les équipements rentrant dans la transformation du bois. Autant de mesures de sauvegarde et de promotion d’une industrie forestière locale, dont les résultats restent attendus.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi :

06-04-2023 - Transformation du bois : les entreprises sollicitent la garantie de l’État pour financer la mise à niveau de leurs unités

20-09-2023 - Bois : le Cameroun augmente de 343% la taxe à l’exportation des grumes en 6 ans, pour doper la transformation locale

le-cameroun-confie-un-contrat-de-10-ans-a-l-ivoirien-impact-palmares-r-d-pour-la-securisation-de-son-visa-electronique
Le ministère des Relations extérieures a révélé que la société ivoirienne Impact Palmarès R&D SAS va gérer pendant 10 ans, renouvelables, son service...
capitalisation-boursiere-la-bvmac-toujours-loin-de-ses-objectifs-malgre-une-hausse-de-pres-de-37-en-2023
Selon le dernier rapport sur la politique monétaire de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), publié en mars 2024, l’activité boursière dans la...
visas-d-etudes-en-france-erratum
Le communiqué "Visa d’études en France : 7 structures spécialisées dans la fourniture d'attestations de virement irrévocable reconnues illégales",...
cemac-les-projets-miniers-devraient-porter-la-croissance-moyenne-annuelle-a-3-7-entre-2025-et-2027-beac
Après un taux de croissance économique de 3,6% attendue dans la Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale) en 2024, soit son plus...

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev